Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un quota, mais pour quoi faire ?
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 17 - 10 - 2011

La question des quotas divise… même les femmes ! Ainsi, lorsque les politiques, députées et autres, plaident en faveur de l'instauration d'un taux de 30%, les associations féministes estiment que c'est un «faux débat».
Non pas qu'elles soient contre «dans l'absolu», mais cette disposition équivaut, selon elles, à «mettre la charrue avant les bœufs», ce qui ne changera rien au paysage politique actuel. «Cette mesure n'a aucun sens tant que les droits des citoyens ne sont pas respectés, tant que la femme n'est pas considérée comme partie intégrante de la vie publique, comme individu à part entière. Quelle valeur peut avoir cette ‘reconnaissance' et cette ‘promotion' sans l'abrogation du code de la famille, qui maintient la femme dans une infériorité infamante», s'indigne Fadhéla Chitour, féministe, membre du Réseau Wassila qui œuvre à la défense des droits de la femme. «Ce dont les femmes ont urgemment besoin, aujourd'hui, ce sont, en premier lieu, des législations claires qui intronisent l'égalité entre hommes et femmes au quotidien, dans la sphère privée ou dans la sphère publique, en politique ou encore en économie», explique Chérifa Kheddar, présidente de l'association Djazaïriouna. Selon elle, l'introduction de ces quotas ne représente en rien une avancée quelconque pour la condition féminine. «L'on aura beau être députée, maire, wali, ministre et même présidente, l'on sera toujours considérée comme mineure. Tant que le code de la famille n'est pas abrogé, qu'il n'est pas remplacé par un code civil et égalitaire», dénonce-t-elle.
Des textes, mais pas d'application…
Et le code de la famille n'est pas l'unique entrave à une pleine jouissance par la gent féminine de ses droits. «L'égalité doit être obligatoirement instaurée pas seulement dans les textes, mais dans la pratique et l'application», ajoute Mme Kheddar. Car de nombreuses mesures prises en faveur des femmes, annoncées comme révolutionnaires, ne sont pas appliquées. C'est le cas notamment de l'octroi de la nationalité algérienne systématique d'une Algérienne à ses enfants. «Aujourd'hui, des difficultés sont encore faites à des femmes dont les enfants sont de père étranger. Il y a de nombreux exemples similaires où l'on constate un retour à la case départ en termes de droits», poursuit-elle. Alors, se «chamailler» sur le pourcentage d'élues qui siègeront dans les assemblées n'est pas tout à fait un débat qui fera avancer la cause féminine. «Le nombre, important ou symbolique, de députées ou de ministres en politique, n'est pas ce qui réglera les discriminations vécues au quotidien par les femmes», estime Mme Kheddar. Pourtant, certaines femmes sont pour l'instauration de ces quotas. «Réduire ce quota à 20% serait ignorer le rôle de la femme dans la législation et sa réelle présence et représentativité dans la société», plaident, dans une lettre ouverte, des politiciennes, dont Mme Benhabilès. «De telles positions en défaveur de l'accès des femmes à la vie politique desservent les intérêts de l'Algérie sur les plans international et national où la femme jouit de la crédibilité et de la confiance du peuple», ajoutent-elles dans ce document. Loin de toute orientation idéologique ou partisane, cet appel découle d'«une volonté de participer activement au succès des réformes démocratiques lancées en Algérie», affirment les signataires du document.
Un état de droit avant tout !
Ce qui n'est pas tout à fait l'avis des militantes féministes. L'introduction de tels quotas nécessite des conditions préalables. L'instauration réelle d'un Etat de droit, d'une démocratie. Comment peut-on promouvoir les femmes et les «imposer» sur la scène politique lorsque leurs droits au quotidien ne sont pas respectés, lorsque la société tend à les étouffer ? «Il faudrait d'abord s'occuper de respecter les droits élémentaires des citoyens et des femmes, ensuite penser à ce qui est purement ‘esthétique', en l'état actuel des choses», affirme Mme Chitour. Mais plus encore, l'on estime que cette proposition de loi est dangereuse. «Cela est à même de décrédibiliser ces femmes qui, au final, se verront rétorquer sans cesse qu'elles ne doivent pas leur place à leurs compétences, mais à l'obligation faite de leur présence», prévient-elle. Il y a un réel risque qu'elles ne soient que des «potiches». «Le système fonctionne dictatorialement. Elles ne feront que lever le bras, comme les hommes, cautionner des politiques parce qu'elles le doivent.
Tous les espaces sont verrouillés, tout est fermé», explique-t-elle. Il faudrait ainsi des conditions qui favorisent l'émergence d'une élite politique et citoyenne, mais pas seulement féminine. Dès lors, à l'instar de leurs alter ego hommes, ces femmes ne verront en ces mandats qu'un gagne-pain comme un autre. «Comme pour les hommes, ces postes n'attireront certainement et en grande partie que des opportunistes, des khobzistes qui œuvreront pour leurs intérêts personnels. Et ce n'est pas ce type de femmes qui amélioreront la vie des Algériens, tout comme les assemblées élues précédentes ne l'ont pas fait», dénonce Mme Chitour. «Il y a d'ores et déjà des femmes députées, sénateurs et même ministres. Ont-elle changé ou fait quelque chose pour la condition de la femme en Algérie ?», ajoute pour sa part Mme Kheddar. Cette dernière assure pourtant que les féministes ne sont pas contre dans l'absolu.
Seulement, elles estiment qu'il y a plus important, plus urgent. Ces 30% ne sont pas leur «cheval de bataille» tout simplement parce que ce n'est, pour le moment, pas le plus indispensable pour faire que les discriminations, les injustices, les violences contre les femmes cessent et qu'elles puissent trouver une vraie place au sein de la société. «Ce débat est inapproprié au vu de la situation vécue par la gent féminine et n'a aucun sens dans la conjoncture politique du pays. Ce débat intervient en avance et en retard !», conclut Mme Chitour. Une décision pour la consommation extérieure, en somme, qui ne servira aucunement la femme lambda dans sa vie quotidienne...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.