Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque sur le colonel Vrirouche
Commémoration du 1er Novembre 1954
Publié dans El Watan le 03 - 11 - 2011

Des pages d'histoire ont été rouvertes lors de ce colloque* Un nombreux public a suivi les témoignages.
L'APC de Timizart et la section locale de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM) ont organisé un colloque en hommage au colonel de l'armée de libération nationale (ALN), Iazzourene Mohand Ameziane, dit Si Said Vrirouche (1912-1988).
Le rendez-vous a réuni plusieurs invités venus des quatre coins de la région, des personnalités politiques et culturelles, des élus et des centaines de citoyens de la commune.
Dans son témoignage, Mohamed Salah Essedik, écrivain et théologien, a rappelé le passé glorieux de cet officier de l'ALN avec lequel il avait passé son enfance, et qu'il avait accompagné avant et pendant la lutte armée, et après l'Indépendance du pays. L'intervenant a mis en avant le rôle majeur qu'avait joué le colonel Iazzourene tant dans la préparation que dans la conduite de la révolution. «Il y a ceux qui marquent l'histoire par leurs œuvres et leurs écrits. Il y en a d'autres qui le font par leurs actions. Si Vrirouche appartient à la deuxième catégorie. Il est un stratège doué d'une intelligence et d'une sagesse hors pair. Il servait de trait d'union entre Krim Belakcem et Amar Ouamrane -deux figures emblématiques de l'ALN-lors de la préparation de l'insurrection armée à la veille du 1er Novembre dans la Wilaya III historique. Il faut préciser aussi qu'il excellait dans le dénouement des conflits entre les dirigeants de l'ALN.»
Pour Said Chibane, ancien ministre des Affaires Religieuses dans le gouvernement Hamrouche, témoigne : «Même s'il est de formation primaire, Vrirouche était un exemple dans le commandement de la lutte armée. On se demande d'ailleurs qu'elles auraient pu être ses créations s'il avait une vie normale et accéder à l'instruction», s'est-il interrogé, avant d'ajouter : « Si nous avons été colonisés, c'est parce que notre niveau d'instruction et notre développement scientifique et technique, notre industrialisation, la production des armes en particulier, et notre manque d'organisation n'étaient pas efficaces pour nous permettre de nous défendre des forces coloniales françaises. Ce sont ces facteurs qu'il faudrait donc développer de façon permanente aujourd'hui.»
Ce qu'il faut retenir, par ailleurs, c'est que le colonel Si Said Iazzourene avait envoyé 65 hommes armés à Amar Ouamrane, soit la moitié de l'effectif des 130 soldats que la wilaya III a mis à la disposition de la région de Blida pour déclencher l'insurrection armée le 1er Novembre. Aussi, le nord de la Kabylie, région natale du colonel, a eu autant de résultats positifs durant la guerre de libération.
L'officier de l'ALN était bien orienté par ses hommes sûrs et disposés à tout. C'est d'ailleurs grâce à ces hommes et à la grande intelligence de Vrirouche que l'opération «Oiseau Bleu», qui, pour Soustelle et Lacoste, «devait anéantir les fellagas», a été détournée intelligemment par ses soins en faveur du FLN/ALN.
Grâce à cette opération, la wilaya III s'est vue dotée de 1200 hommes, équipés et armés, et d'un montant de 300 millions. Une partie de cet argent a servi pour la tenue du Congrès de la Soummam, l'autre partie a été distribuée aux autres wilayas historiques, a-t-on témoigné lors de ce colloque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.