Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque sur le colonel Vrirouche
Commémoration du 1er Novembre 1954
Publié dans El Watan le 03 - 11 - 2011

Des pages d'histoire ont été rouvertes lors de ce colloque* Un nombreux public a suivi les témoignages.
L'APC de Timizart et la section locale de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM) ont organisé un colloque en hommage au colonel de l'armée de libération nationale (ALN), Iazzourene Mohand Ameziane, dit Si Said Vrirouche (1912-1988).
Le rendez-vous a réuni plusieurs invités venus des quatre coins de la région, des personnalités politiques et culturelles, des élus et des centaines de citoyens de la commune.
Dans son témoignage, Mohamed Salah Essedik, écrivain et théologien, a rappelé le passé glorieux de cet officier de l'ALN avec lequel il avait passé son enfance, et qu'il avait accompagné avant et pendant la lutte armée, et après l'Indépendance du pays. L'intervenant a mis en avant le rôle majeur qu'avait joué le colonel Iazzourene tant dans la préparation que dans la conduite de la révolution. «Il y a ceux qui marquent l'histoire par leurs œuvres et leurs écrits. Il y en a d'autres qui le font par leurs actions. Si Vrirouche appartient à la deuxième catégorie. Il est un stratège doué d'une intelligence et d'une sagesse hors pair. Il servait de trait d'union entre Krim Belakcem et Amar Ouamrane -deux figures emblématiques de l'ALN-lors de la préparation de l'insurrection armée à la veille du 1er Novembre dans la Wilaya III historique. Il faut préciser aussi qu'il excellait dans le dénouement des conflits entre les dirigeants de l'ALN.»
Pour Said Chibane, ancien ministre des Affaires Religieuses dans le gouvernement Hamrouche, témoigne : «Même s'il est de formation primaire, Vrirouche était un exemple dans le commandement de la lutte armée. On se demande d'ailleurs qu'elles auraient pu être ses créations s'il avait une vie normale et accéder à l'instruction», s'est-il interrogé, avant d'ajouter : « Si nous avons été colonisés, c'est parce que notre niveau d'instruction et notre développement scientifique et technique, notre industrialisation, la production des armes en particulier, et notre manque d'organisation n'étaient pas efficaces pour nous permettre de nous défendre des forces coloniales françaises. Ce sont ces facteurs qu'il faudrait donc développer de façon permanente aujourd'hui.»
Ce qu'il faut retenir, par ailleurs, c'est que le colonel Si Said Iazzourene avait envoyé 65 hommes armés à Amar Ouamrane, soit la moitié de l'effectif des 130 soldats que la wilaya III a mis à la disposition de la région de Blida pour déclencher l'insurrection armée le 1er Novembre. Aussi, le nord de la Kabylie, région natale du colonel, a eu autant de résultats positifs durant la guerre de libération.
L'officier de l'ALN était bien orienté par ses hommes sûrs et disposés à tout. C'est d'ailleurs grâce à ces hommes et à la grande intelligence de Vrirouche que l'opération «Oiseau Bleu», qui, pour Soustelle et Lacoste, «devait anéantir les fellagas», a été détournée intelligemment par ses soins en faveur du FLN/ALN.
Grâce à cette opération, la wilaya III s'est vue dotée de 1200 hommes, équipés et armés, et d'un montant de 300 millions. Une partie de cet argent a servi pour la tenue du Congrès de la Soummam, l'autre partie a été distribuée aux autres wilayas historiques, a-t-on témoigné lors de ce colloque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.