Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque sur le colonel Vrirouche
Commémoration du 1er Novembre 1954
Publié dans El Watan le 03 - 11 - 2011

Des pages d'histoire ont été rouvertes lors de ce colloque* Un nombreux public a suivi les témoignages.
L'APC de Timizart et la section locale de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM) ont organisé un colloque en hommage au colonel de l'armée de libération nationale (ALN), Iazzourene Mohand Ameziane, dit Si Said Vrirouche (1912-1988).
Le rendez-vous a réuni plusieurs invités venus des quatre coins de la région, des personnalités politiques et culturelles, des élus et des centaines de citoyens de la commune.
Dans son témoignage, Mohamed Salah Essedik, écrivain et théologien, a rappelé le passé glorieux de cet officier de l'ALN avec lequel il avait passé son enfance, et qu'il avait accompagné avant et pendant la lutte armée, et après l'Indépendance du pays. L'intervenant a mis en avant le rôle majeur qu'avait joué le colonel Iazzourene tant dans la préparation que dans la conduite de la révolution. «Il y a ceux qui marquent l'histoire par leurs œuvres et leurs écrits. Il y en a d'autres qui le font par leurs actions. Si Vrirouche appartient à la deuxième catégorie. Il est un stratège doué d'une intelligence et d'une sagesse hors pair. Il servait de trait d'union entre Krim Belakcem et Amar Ouamrane -deux figures emblématiques de l'ALN-lors de la préparation de l'insurrection armée à la veille du 1er Novembre dans la Wilaya III historique. Il faut préciser aussi qu'il excellait dans le dénouement des conflits entre les dirigeants de l'ALN.»
Pour Said Chibane, ancien ministre des Affaires Religieuses dans le gouvernement Hamrouche, témoigne : «Même s'il est de formation primaire, Vrirouche était un exemple dans le commandement de la lutte armée. On se demande d'ailleurs qu'elles auraient pu être ses créations s'il avait une vie normale et accéder à l'instruction», s'est-il interrogé, avant d'ajouter : « Si nous avons été colonisés, c'est parce que notre niveau d'instruction et notre développement scientifique et technique, notre industrialisation, la production des armes en particulier, et notre manque d'organisation n'étaient pas efficaces pour nous permettre de nous défendre des forces coloniales françaises. Ce sont ces facteurs qu'il faudrait donc développer de façon permanente aujourd'hui.»
Ce qu'il faut retenir, par ailleurs, c'est que le colonel Si Said Iazzourene avait envoyé 65 hommes armés à Amar Ouamrane, soit la moitié de l'effectif des 130 soldats que la wilaya III a mis à la disposition de la région de Blida pour déclencher l'insurrection armée le 1er Novembre. Aussi, le nord de la Kabylie, région natale du colonel, a eu autant de résultats positifs durant la guerre de libération.
L'officier de l'ALN était bien orienté par ses hommes sûrs et disposés à tout. C'est d'ailleurs grâce à ces hommes et à la grande intelligence de Vrirouche que l'opération «Oiseau Bleu», qui, pour Soustelle et Lacoste, «devait anéantir les fellagas», a été détournée intelligemment par ses soins en faveur du FLN/ALN.
Grâce à cette opération, la wilaya III s'est vue dotée de 1200 hommes, équipés et armés, et d'un montant de 300 millions. Une partie de cet argent a servi pour la tenue du Congrès de la Soummam, l'autre partie a été distribuée aux autres wilayas historiques, a-t-on témoigné lors de ce colloque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.