Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hôpital Belloua : Situation critique au service d'oncologie
Tiziouzou : les autres articles
Publié dans El Watan le 01 - 12 - 2011

La situation s'aggrave de plus en plus au niveau du service d'oncologie de l'hôpital Belloua, relevant du CHU de Tizi Ouzou.
Les malades et le personnel de cette structure lancent un véritable cri d'alarme. «La situation est plus qu'intenable. Le personnel ne cesse de subir un véritable calvaire pour prendre en charge les patients, alors que notre service n'arrive pas à satisfaire toute la demande, surtout avec les soins palliatifs et les urgences. On a enregistré 1092 cas depuis le début de l'année», lance une infirmière.
Le constat est alarmant. A défaut d'une salle d'attente spacieuse, nous avons trouvé des malades parqués sur les escaliers, attendant leur tour pour une séance de chimiothérapie. «Il faut venir à 6 h du matin pour pouvoir trouver une place avant 11 h. On est en train d'attendre ici car, il n'y a pas de place à l'intérieur du service», nous a expliqué un malade venu de la région d'Ath Douala.
Un autre fulmine : «C'est vraiment le désespoir. J'ai fait plus de 40 kilomètres et je risque de ne pas avoir la place, aujourd'hui, pour une séance de chimiothérapie alors que j'ai dû payer un taxi à 1400 DA. Je ne sais plus quoi faire devant pareille situation. Il n'y a pas de médicaments et la prise en charge laisse à désirer», ajoute ce citoyen de Draâ El Mizan. A l'intérieur des salles exigües, trois femmes allongées, attendent le passage du médecin pour la visite quotidienne. «On espère que les choses changent, car, avec cet état de fait on est pénalisé. Le personnel fait de son mieux pour nous aider mais il n'en peut plus», déplorent-elles.
Un médecin avoue que le service en question est dépassé et souvent submergé de patients. «La situation est catastrophique. Il y a plus de malades que d'espace. Il y a des problèmes de radiothérapie et des ruptures fréquentes de stock de médicament. Rares sont les malades qui ont reçu la chimiothérapie dans les normes». «Les malades deviennent agressifs quand ils trouvent pareilles conditions. J'ai été agressé par un malade à qui je voulais dire qu'il y a un manque de place pour prendre en charge tout le monde», nous dira un infirmier qui ajoute : «c'est difficile de convaincre des citoyens qui viennent, dans la plupart des cas, des régions éloignées».
Le chef de service, le professeur Ferhat, estime lui aussi, que son personnel fait de son mieux pour satisfaire toute la demande mais, malheureusement, il fait face à un afflux considérable de malades, qui dépasse largement les capacités d'accueil de la structure. Il a relevé par ailleurs, le manque de médecins spécialistes et de paramédicaux. Le service d'oncologie de l'hôpital Belloua, ouvert en juillet 2006, dispose seulement de 12 lits d'hospitalisation et 20 fauteuils pour l'hôpital du jour. «On accueille environ 1500 nouveaux cancéreux chaque année. On prend en charge les malades de Tizi Ouzou, de Boumerdes, de Bouia, Béjaïa et même parfois ceux des autres wilayas. L'administration ne ramène pas de molécules. Dernièrement, on a reçu seulement 15 boites de Xeloda, un médicament inévitable pour les cancéreux. On a eu du mal à les distribuer», nous a-t-il précisé.
Sur un autre chapitre, le Professeur Ferhat a souligné qu'un tiers du nombre des malades arrive avec une pathologie ayant atteint un stade grave, notamment chez les femmes souffrant du cancer du sein.
Selon lui, la liste d'attente s'allonge de plus en plus, alors que sa structure «ne peut pas prendre en charge de nouveaux malades jusqu'au feu vert de l'administration».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.