Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des atouts touristiques à revaloriser
Wilaya de Bordj Bou Arréridj
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2011

La mise en exploitation des potentialités locales en la matière, nécessite des investissements, mais il faut dire qu'il y a des zones où la sécurité n'est pas encore totalement rétablie.
La wilaya de Bordj Bou Arréridj dispose d'un haut et riche potentiel touristique, d'empreintes ethniques et culturelles importantes, et d'une biodiversité floristique. Outre le patrimoine paysager, il y a également les produits du terroir et les valeurs ancestrales. Vrai, il y a de réelles capacités pour le développement du tourisme durable en général et de l'écotourisme en particulier. D'est en ouest, du sud au nord, Bordj Bou Arréridj est un eldorado jouissant de beautés, d'authenticité et de curiosités. Au nord, une zone montagneuse, formée par la chaîne des Bibans, s'étend de Ouled Sidi Brahim, à l'ouest, jusqu'à Bordj Zemoura, à l'est. Cette zone est dominée par l'arboriculture, surtout l'olivier et le figuier. Ce qui explique les nombreuses huileries traditionnelles dans la région. On y trouve aussi de grandes étendues boisées, des forêts de chêne et de pin d'Alep, dans la région de Djaâfra, et d'autres de cèdres à Ouled Hanache. Le centre de la wilaya, est dominé de hautes plaines s'étendant de la chaîne de montagne des Bibans, à l'ouest jusqu'au barrage de Aïn Zada, à l'est. Les montagnes de Theniet Nasser et de Bordj Zemoura en constituent la limite, au nord, et Djebel Maâdi, au sud.
Le sud-ouest est une zone steppique à vocation pastorale. «La nature est généreuse, mais il faut prendre son courage à deux mains pour s'y rendre», disent les amoureux du tourisme de montagne à Bordj Bou Arréridj. En plus des sites naturels, la wilaya est parsemée de vestiges archéologiques qui sont délaissés, mais qui peuvent être des destinations incontournables pour des touristes nationaux et étrangers, d'autant que la relance de ce créneau ne demande pas beaucoup de moyens; il suffit d'une bonne volonté pour investir dans le secteur et surtout dans cette contrée montagneuse. La région recèle aussi de sources thermales: Hammam Biban, à l'ouest, et Hamam Ibaynan (Ouled Hala), au nord. Ces deux stations restent peu exploitées, surtout la deuxième. Atout pour le tourisme aquatique, le barrage de Aïn Zada est laissé en jachère, et aucun créneau rentable n'y a été exploité. Ses rives restent vierges malgré des études entamées pour la réhabilitation du site en vue de redynamiser le touristique multiforme: séjour, pêche, activités de plein air, baignades, randonnées pédestres... Une étude a déjà défini le périmètre d'intervention avec un programme d'équipements comprenant des structures d'hébergement qui s'articulent autour des zones d'animation et de loisirs. Malheureusement, rien n'a été fait sur le terrain.
Investir et non bricoler
D'un autre côté, ils sont nombreux les promoteurs qui ont le sens de l'investissement dans le tourisme et qui attendent juste des projets d'inspiration artistique et de tendances instructives, touristiques, écologiques, historiques et patrimoniales, s'inscrivant dans le cadre du développement de la microentreprise et visant la contribution à l'essor du tourisme durable. «Je ne veux pas investir dans des projets flous qui n'ont ni âme ni racine culturelle», dira l'un d'eux. Et d'ajouter: «Je veux des projets qui redonnent à la région son vrai aspect et offrent aux visiteurs des lieux de culture, de détente et de loisirs.» En effet, l'Etat a investi des milliards dans des projets «importés» qui n'ont aucune valeur culturelle ou touristique, tels que le parc d'attraction, les jardins publics et la forêt de Boumergued.
L'on remarque que question animation, il n'y a rien ou presque rien; Bordj Bou Arréridj est devenue une ville dortoir. Les quelques manifestations culturelles et artistiques se déroulent à huis clos, et sont presque dénudées de toute originalité car elles ne sont pas animées par des artistes locaux. Pour les spécialistes du tourisme, Bordj Bou Arréridj n'est pas une station balnéaire où le touriste doit séjourner et chercher un luxe, mais une région de tourisme de montagne qui a pour vocation d'amener les touristes à découvrir les zones rurales de la région à travers des itinéraires allant à la rencontre des populations et leur mode de vie en dehors des circuits connus. Les responsables concernés sont attendus par les citoyens pour prendre en charge ce secteur qui demande une sérieuse redynamisation par de légers moyens et des équipements pour assurer la sécurité et les conditions nécessaires pour garantir un séjour agréable aux visiteurs. Le choix d'une stratégie de développement du secteur touristique doit émaner d'une volonté conjointe des professionnels (hôteliers, restaurateurs, cafetiers, transporteurs, artisans …) et des autorités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.