Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Après l'accord entre l'Opep et ses alliés : Le pétrole achève la semaine en hausse    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    CAN 2019 : Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    Les autorités algériennes appelées à les respecter    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Leurs corps sans vie repêchées de oued Mendès    Les dispositions expliquées par l'ambassade de France    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    Les Français ont eu vraiment peur…    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Soins en France, rien de nouveau    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Un concours de pièces de théâtre radiophoniques l'année prochaine    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les cinq ont 25 ans, un quart de siècle quand l'Indépendance du pays en a un demi.
Musique. Caméléon, révélation de l'année de la toile à la scène
Publié dans El Watan le 31 - 12 - 2011

Il est juste que l'année s'achève avec un concert* du groupe Caméléon car, c'est bien 2011 qui aura marqué l'ascension de cette jeune formation, apparue durant l'été 2009 sur la scène immense d'Internet.
Une initiative du groupe qui avait décidé de jeter, comme une bouteille à la mer, trois de ses compositions sur un fameux réseau d'internautes. Loin d'être emportés par les flots cybernétiques, où l'on compte plus de noyés que de rescapés, ces morceaux ont vite surfé sur les vagues de l'enthousiasme. Des milliers d'internautes ont aussitôt adopté le groupe, le plébiscitant aux quatre coins du pays et, en partie, à l'étranger. Cet engouement a été suivi par les médias qui, à leur tour, ont relayé l'élan.
En mars 2011, Caméléon a publié son premier disque chez Badidou, nouvel éditeur de musique. Le 27 mai, son concert au Théâtre de plein air du Bois des Arcades a révélé son public, venu si nombreux qu'il y avait plus de monde dehors que sur les gradins. Même tableau le 7 juillet, lors de la 33e édition du Festival de Timgad. Puis, dix jours après, au Festival de Djoua, près de Béjaïa. Puis, encore, le 16 août, au Théâtre de Verdure Laâdi Flici d'Alger, avec une marée humaine, et le 28, au Théâtre Abdelkader Alloula d'Oran, plein à craquer jusqu'au poulailler. Enfin, ce fameux concert, le 3 novembre, au Festival international du monde arabe de Montréal, grâce au soutien de l'AARC. La prestation devant un public cosmopolite et dans un cadre comprenant des artistes d'envergure internationale n'a impressionné le groupe que le temps des premières notes.
Si une bonne fée veille sur eux, c'est à leur talent et leur travail qu'ils doivent leur succès. Au départ de l'aventure, deux frères, faux jumeaux mais vrais amis, Hcene et Hocine Agrane. Le premier, leader du groupe, est poète et compositeur. Aujourd'hui étudiant aux Beaux-arts d'Alger, cet autodidacte a commencé très tôt à gratter une guitare. Il avait dix ans quand il a composé sa première mélodie et seize quand il a écrit Lillah, chanson-titre de l'album éponyme. Hocine, lui, élève de l'Institut supérieur de musique, est le percussionniste et batteur du groupe. Pour former ce dynamique quintette, le duo de base a fait osmose avec un trio : Réda Saïb, bassiste ; Anis Aïdja, guitariste, et Hocine Sakhar, au synthétiseur.
Au-delà de leur complicité personnelle et artistique, ces cinq-là ont d'autres points communs. Formés à l'Université, ils ont tous 25 ans : un quart de siècle quand l'Indépendance du pays en a un demi. Tous sont donc nés en 1986, au moment où commençaient les bouleversements du pays. Les émeutes de 1988 et la décennie noire ont «bercé» leur enfance et ils ont grandi avec l'Algérie actuelle. Comme plusieurs groupes de la nouvelle scène musicale, ils portent en eux les espoirs et désespoirs de leur génération, avec une sensibilité peu commune et une grande créativité.
En effet, Caméléon ne se contente pas de reprises (à peine 2 sur les 9 titres de leur premier opus). Ils se positionnent avant tout comme créateurs, développant leurs propres textes et musiques. Il est sans doute trop tôt pour statuer définitivement sur leur style, mais d'ores et déjà il est évident qu'ils se sont engagés sur une voie originale, prenante et respectueuse de leurs admirateurs. Dans la musique moderne algérienne, la signature Caméléon est déjà là, entre rythme et poésie, désir d'être entendu mais surtout écouté.
*Concert cet après-midi à l'Atlas (16h30), organisé par l'ONCI en partenariat avec la Radio Nationale, Chaîne 3, avec, en première partie, le fameux groupe Freeklane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.