Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tipasa : La moudjahida Annie Fiorio- Steiner retrouve sa ville natale
Epoque : les autres articles
Publié dans El Watan le 04 - 01 - 2012

Française de nationalité, et algérienne de cœur, Annie Fiorio-Steiner a participé à la Révolution et a épousé sa cause.
Un bout de femme frêle marche difficilement au milieu d'un environnement indifférent le long du port de Tipasa, accompagnée par un moudjahid déjà connu, en l'occurrence Hadj Basta Arezki.
C'est la moudjahida Annie Fiorio-Steiner. Cette enfant de pieds-noirs, née le 7 février 1928 à Hadjout (Tipasa), avait adhéré corps et âme à l'Algérie, son pays, pour lutter contre le colonialisme français.Arrêtée par la police coloniale en 1956, elle passe 5 années en prison. Puis, enfermée dans 3 prisons en Algérie (Serkadji, El Harrach, Blida) avant qu'elle ne soit transférée dans 3 autres prisons françaises jusqu'à sa libération. Elle sera soumise à une interdiction de séjour en Algérie jusqu'à l'indépendance du pays. De 1962 à 1991, Annie Fiorio-Steiner a été fonctionnaire au Secrétariat général du gouvernement algérien. Elle est venue à Tipasa, en 2011, revivre des instants d'émotion intense en plongeant dans ses souvenirs d'enfance.
«C'est dans cette maison de ma grande-tante maternelle, voyez-vous, que j'avais été baptisée en 1928. Je me souviens du grand salon, mon grand-père, Fiorio, était le SG de la mairie de Tipasa. Ma famille respectait son jardin, y compris les colonnes romaines plantées au milieu de la verdure ; tenez, les voilà, c'est extraordinaire, tout cet endroit n'a pas disparu, c'est formidable», s'exclame-t-elle. Un long et lourd silence s'abat spontanément. Annie Fiorio-Steiner est à ce moment-là aux anges. Elle lance des regards furtifs vers cette maison qui a gardé son architecture.
Cette demeure se dégrade aujourd'hui. Elle est érigée au pied de la colline du port sur laquelle avait été construit le phare de Tipasa. Mme Annie Fiorio-Steiner murmure quelques mots inaudibles. Son visage n'a pas pu dissimuler l'émotion vive de la moudjahida. Elle commence par nous rappeler l'ambiance familiale qui régnait à cette époque. Son accompagnateur exceptionnel, Hadj Basta Arezki, une personnalité qui s'était engagée dans le mouvement national depuis le mois d'avril 1945 jusqu'à l'indépendance de notre pays, assiste discrètement à la joie de la moudjahida dans un silence religieux. Un détour à l'ancienne église de Tipasa, devenue depuis le début des années 2000 une bibliothèque communale, et un regard vers l'ancien siège de la commune de Tipasa transforment cette dame âgée de 84 ans, ivre de bonheur.
«Terminer l'année 2011 avec autant de paysages paradisiaques dans la ville de mon enfance, une plongée inattendue dans mes lointains souvenirs, accompagnée par un grand frère moudjahid, Hadj Basta, et une journée ensoleillée, franchement, je ne m'attendais pas à cette surprise. Vous voyez que notre pays est grand, très beau, il mérite beaucoup d'attention et de protection, afin de permettre à tous les Algériens de vivre dans la sérénité et la prospérité», confie-t-elle.
En répondant à notre question relative à sa pension de moudjahida, elle répond simplement : «Je n'ai pas besoin de cette pension. Je ne l'ai pas demandée, ma retraite de fonctionnaire me suffit largement. Je préfère que ma pension profite aux familles algériennes qui sont dans le besoin. Je ne suis pas une femme qui dépense beaucoup d'argent.»
A l'issue d'un copieux repas, constitué de crustacés et mollusques, la moudjahida, Annie Fiorio Steiner, est repartie à Alger rejoindre son appartement, qui menace ruine, les larmes aux yeux. Les nuages commencent à envahir le ciel de Tipasa. La pluie fine se met à tomber...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.