Législatives : Un taux de participation de 14,47% à 16h00    Législatives/centre du pays: les citoyens plus nombreux aux bureaux de vote dans l'après-midi    Euro 2020 : Le match Danemark-Finlande va reprendre    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Les Canaris en plein vol...    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    Khaldi : "Revoir la politique du football"    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Presse régionale: rendez-vous avec le changement    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un livre contre l'oubli
Parution. La Moudjahida Annie Steiner. Une vie pour l'Algérie de Hafida Ameyar
Publié dans El Watan le 10 - 10 - 2011

Après avoir écrit en 2001, Sahara Occidental, que veut l'ONU ? la journaliste écrivaine, Hafida Ameyar, vient de publier un autre livre de 187 pages sur la militante algérienne Annie Fiorio-Steiner.
Edité par l'association Les amis de Abdelhamid Benzine, ce livre entretien est intitulé : La Moudjahida Annie Fiorio-Steiner. Une vie pour l'Algérie. Tout est dans le titre pour dire le combat de cette résistante.L'idée d'écrire ce livre, pour la mémoire, paru à l'occasion du 16e Salon du livre d'Alger, remonte à mars 2011. Au bout de trois rencontres entre la journaliste et l'ancien agent de liaison du FLN, à Alger, Annie Fiorio-Steiner se prête volontiers à la confidence. Elle déroule ainsi le film de ses souvenirs d'enfance, le processus de prise de conscience politique, la déchirure dans les relations familiales, son militantisme au sein du FLN et la violence de l'univers carcéral pour avoir été arrêtée en octobre 1957. «Dans son récit, elle nous fait découvrir une vie de femme inséparable des luttes du peuple algérien», écrit l'auteur dans l'avant-propos. Le témoignage d'Annie Steiner, ajoute la journaliste, «nous livre une part de vérité de notre histoire et apporte donc un éclairage salutaire sur une période si mal connue en Algérie, ainsi que sur les luttes menées par les moudjahidate».
Il nous donne également l'occasion de faire connaissance avec ces «Français de France» qui se sont engagés aux côtés du FLN durant la guerre de libération, qui ont dénoncé la torture pratiquée par l'armée coloniale ou qui, par leur humanisme, ont participé à la création de passerelles de paix et d'amitiés.» Pour l'auteur, cet ouvrage s'adresse «particulièrement aux générations qui n'ont pas participé à la guerre de Libération nationale ou qui n'ont pas connu cet période.» Née le 7 février 1928 à Hadjout (ex-Marengo) à Tipasa, Annie Steiner s'est distinguée pour son engagement patriotique pour l'indépendance de l'Algérie à travers ses activités à Alger.
Arrêtée le 15 octobre 1956, elle est condamnée en mars 1957 par le tribunal des forces armées d'Alger à cinq ans de réclusion. Incarcérée à la prison de Barberousse, elle a été libérée en 1961. A l'indépendance, cette femme d'exception opte pour la nationalité algérienne. Annie n'a jamais quitté son pays de toujours, où elle y réside encore.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.