L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belle leçon de patriotisme et d'engagement
“LA MOUDJAHIDA ANNIE FIORIO-STEINER UNE VIE POUR L'ALGéRIE” DE HAFIDA AMEYAR
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2011

À l'occasion de la tenue de la 16e édition du Salon international du livre d'Alger (du 21 septembre au 1er octobre 2011, au grand parking du stade du 5 Juillet), l'association Les Amis de Abdelhamid Benzine a édité un livre sur Annie Fiorio-Steiner, dont l'auteur n'est que notre amie et collègue Hafida Ameyar. Ce livre, elle l'a écrit en référence aux trois idéaux que le regretté Abdelhamid Benzine défendait, à savoir humanisme, liberté et algérianité. L'idée de dépasser le spectre de la page blanche s'est imposée en mars 2011, lors du colloque sur le rôle des avocats pendant la guerre de Libération nationale, organisé par ladite association, en hommage à A. Benzine. Intitulé “La Moudjahida Annie Fiorio-Steiner une vie pour l'Algérie”, ce livre ni n'est un roman ni un essai. C'est une succession d'interviews que l'auteure a réalisées avec cette combattante qui a épousé la cause algérienne, durant la colonisation française et la guerre de libération. Ce témoignage est un “moment très particulier”. Car dans son récit, cette militante algérienne revient sur les grands moments de sa vie. Elle nous fait “découvrir une vie de femme inséparable des luttes de son peuple”. Tout au long de ce jeu des questions-réponses, mais qui n'en est pas un, “l'ancien agent de liaison du FLN nous entraîne dans chacune des six prisons où elle a séjourné avec les autres militantes”. Née le 7 février 1928, à Hadjout (ex-Marengo) à Tipaza, elle est issue d'une famille de pieds-noirs depuis au moins trois générations. Enfant unique, elle ne manquait de rien. Annie Steiner s'est entre autres distinguée pour son engagement pour la cause algérienne, à savoir l'indépendance du pays, et ce, à travers diverses activités dans la capitale. Arrêtée le 15 octobre 1956, elle est condamnée, en mars 1957, à cinq ans de prison ferme. Elle ne sera libérée qu'en 1961. Après l'indépendance de l'Algérie, elle opte pour la nationalité algérienne. Les souvenirs reviennent à la surface.
C'est avec émotion que l'on découvre le parcours d'Annie Fiorio-Steiner qui ne parle que de ce qu'elle a vécu. Elle s'exprime “pour briser le silence et parler avant tout de celles qui sont mortes”. Outre les divers éclairages qu'apporte ce témoignage sur l'histoire de l'Algérie coloniale, Annie Fiorio-Steiner donne une véritable leçon d'humilité, de patriotisme et d'engagement. Un témoignage qui “s'adresse particulièrement aux jeunes générations qui n'ont pas participé à la guerre de Libération nationale ou qui n'ont pas connu cette période (…)”.
A. I.
Hafida Ameyar signera ce livre aux côtés d'Annie Steiner, lors du 16e Sila : aujourd'hui à 15h au stand des éditions Chihab, et mardi 27 septembre 2011


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.