BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    PRESIDENTIELLE 2019 : L'alliance présidentielle réitère son appui au Président    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un dangereux terroriste abattu à Mila    PRIX DES FRUITS A MOSTAGANEM : La ‘'Clémentine'' toujours à 300 dinars le kg    LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION CLANDESTINE : 37.000 migrants subsahariens rapatriés en 4 ans    CELEBRATION DU ‘'MAWLID ENNABAOUI'' A MOSTAGANEM : La mosquée ‘'Amr Ibn El Ass '' abrite les festivités    El Mouloud, fête religieuse ou désagréments ?    La marche de Béjaïa violemment réprimée    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    Installation de la nouvelle chef de daïra    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    Dhouibi dément tout changement de cap    Trois terroristes abattus à Benihemidane    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    24 heures    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Entre réforme set continuité    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Yahia (Bouhamza) : Une station thermale à valoriser
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 01 - 02 - 2012

C'est durant les week-ends que les gens abondent sur le site.On vient de Tizi Ouzou, Béjaïa, Bordj Bou Arreridj, Alger et Sétif.
La station thermale de Sidi Yahia, dans la commune de Bouhamza, est un site historique et touristique qui demeure sous exploité. Le site offre l'aspect d'un coin délaissé au bord d'une rivière. La zone est rocheuse, seuls quelques oliviers y ont pu pousser. Des maisonnettes traditionnelles y sont construites en pierre et argile. Plus haut, un rocher surplombant la source porte à ce jour, comme le rapporte la légende, l'empreinte du sabot du cheval de Sidi Yahia. Au plus haut de la source, se trouve une grotte, le coin le plus attrayant. Elle aiguise la curiosité des visiteurs. Des dizaines de personnes s'y rendent quotidiennement. Les uns, pour une simple balade, les autres, pour voir de plus près le coin le plus sacré du site.
C'est là que les femmes, particulièrement, font des prières et des offrandes. Sur le bord de la rivière de Boussellam, à la limite des communes de Bouhamza, Tamokra et Aït R'zine, une eau chaude aux vertus thérapeutiques jaillit du sol. Les hommes qui souhaiteraient faire leurs ablutions doivent attendre que passe le tour des femmes. Un timing est établi à cet effet. «Les femmes viennent beaucoup plus pour des ziara, des pèlerinages,elles font des offrandes et prient. Elles préfèrent la ziara aux cures thermales», nous fait remarquer un gérant du site. Le débit de la source est tellement important que les eaux se déversent dans l'oued.
Une cafétéria modestement équipée est installée sur les lieux. On s'y rend pour siroter une boisson fraiche ou un thé chaud, selon la saison. «Six chambres équipées sont proposées aux clients à raison de 500 DA chacune et 18 autres gratuitement», affirme notre interlocuteur. «Les prix ne sont pas fixes puisque certains clients payent leurs chambres et font une offrande», enchaine un cogérant du site. Et d'ajouter : «nous avons opté pour des bains gratuits mais souvent on reçoit des dons». Les recettes issues de location sont perçues par l'association religieuse qui gère aussi la Zaouia de Sidi Yahia, sise au village de Tamokra. «La période où il y a une grande affluence c'est entre la fin mai et début juin», précise notre interlocuteur. C'est durant les week-ends que les gens abondent sur le site. On vient de Tizi Ouzou, Béjaïa, Bordj Bou Arreridj, Alger et Sétif.
«Parmi les gens qui viennent régulièrement ici il y a ceux qui suivent des cures régulières, certains pour de simples courbatures, d'autres pour des problèmes de santé plus sérieux», témoignent des visiteurs. «Les cures régulières sont bénéfiques même pour les sujets qui souffrent de varices», explique un jeune homme qui fréquente occasionnellement les lieux. Les vertus thérapeutiques, faut-il le noter, sont attribuées à cette eau en l'absence d'une étude physico chimique.
«Il serait plus bénéfique pour la région de réaliser un complexe touristique sur le site, en réservant une quote-part des recettes pour la zaouia de Sidi Yahia, que de maintenir le statu quo», suggère le vice-président de l'APC. «Nous avons vu défiler plusieurs fois sur les lieux des commissions pour établir des fiches techniques, mais aucune, hélas, n'a abouti» déplore-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.