Le clan Tliba en perte de vitesse    Présidentielle : il y aura de l'ambiance !    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Les parlementaires s'y intéressent    Le Front Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Plus de Prozac dans la soupe, peut-être ?    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Le NAHD voit désormais grand    «Nous avons été poussés à la contestation»    Médecins, l'autre harga    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Au royaume des poètes arabes    Des écrivaines qui valent leur pesant de poudre    Vers la création d'un orchestre symphonique amazigh    Lutte contre la criminalité : Près de 40 kg de cannabis saisis en décembre dernier    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    L'opposition piégée ?    Tizi Ouzou: Un homme tué par le monoxyde de carbone    Urgences du CHUO: Près de 14.000 consultations et 1.900 admissions en 1 mois    Saisie de 100 kilos de kif    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Le GS Pétroliers évoluera dans le groupe D    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Salon national de l'emploi et de la formation La 13ème édition du 29 au 31 janvier à Alger    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    L'économie administrée est en échec    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    La fédération satisfaite de la participation algérienne    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Avant-première du documentaire «Juba II»    Plusieurs réserves levées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi Yahia (Bouhamza) : Une station thermale à valoriser
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 01 - 02 - 2012

C'est durant les week-ends que les gens abondent sur le site.On vient de Tizi Ouzou, Béjaïa, Bordj Bou Arreridj, Alger et Sétif.
La station thermale de Sidi Yahia, dans la commune de Bouhamza, est un site historique et touristique qui demeure sous exploité. Le site offre l'aspect d'un coin délaissé au bord d'une rivière. La zone est rocheuse, seuls quelques oliviers y ont pu pousser. Des maisonnettes traditionnelles y sont construites en pierre et argile. Plus haut, un rocher surplombant la source porte à ce jour, comme le rapporte la légende, l'empreinte du sabot du cheval de Sidi Yahia. Au plus haut de la source, se trouve une grotte, le coin le plus attrayant. Elle aiguise la curiosité des visiteurs. Des dizaines de personnes s'y rendent quotidiennement. Les uns, pour une simple balade, les autres, pour voir de plus près le coin le plus sacré du site.
C'est là que les femmes, particulièrement, font des prières et des offrandes. Sur le bord de la rivière de Boussellam, à la limite des communes de Bouhamza, Tamokra et Aït R'zine, une eau chaude aux vertus thérapeutiques jaillit du sol. Les hommes qui souhaiteraient faire leurs ablutions doivent attendre que passe le tour des femmes. Un timing est établi à cet effet. «Les femmes viennent beaucoup plus pour des ziara, des pèlerinages,elles font des offrandes et prient. Elles préfèrent la ziara aux cures thermales», nous fait remarquer un gérant du site. Le débit de la source est tellement important que les eaux se déversent dans l'oued.
Une cafétéria modestement équipée est installée sur les lieux. On s'y rend pour siroter une boisson fraiche ou un thé chaud, selon la saison. «Six chambres équipées sont proposées aux clients à raison de 500 DA chacune et 18 autres gratuitement», affirme notre interlocuteur. «Les prix ne sont pas fixes puisque certains clients payent leurs chambres et font une offrande», enchaine un cogérant du site. Et d'ajouter : «nous avons opté pour des bains gratuits mais souvent on reçoit des dons». Les recettes issues de location sont perçues par l'association religieuse qui gère aussi la Zaouia de Sidi Yahia, sise au village de Tamokra. «La période où il y a une grande affluence c'est entre la fin mai et début juin», précise notre interlocuteur. C'est durant les week-ends que les gens abondent sur le site. On vient de Tizi Ouzou, Béjaïa, Bordj Bou Arreridj, Alger et Sétif.
«Parmi les gens qui viennent régulièrement ici il y a ceux qui suivent des cures régulières, certains pour de simples courbatures, d'autres pour des problèmes de santé plus sérieux», témoignent des visiteurs. «Les cures régulières sont bénéfiques même pour les sujets qui souffrent de varices», explique un jeune homme qui fréquente occasionnellement les lieux. Les vertus thérapeutiques, faut-il le noter, sont attribuées à cette eau en l'absence d'une étude physico chimique.
«Il serait plus bénéfique pour la région de réaliser un complexe touristique sur le site, en réservant une quote-part des recettes pour la zaouia de Sidi Yahia, que de maintenir le statu quo», suggère le vice-président de l'APC. «Nous avons vu défiler plusieurs fois sur les lieux des commissions pour établir des fiches techniques, mais aucune, hélas, n'a abouti» déplore-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.