Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    Lutte contre la mendicité des enfants : Prise en charge de plus de 90 enfants    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    A quand l'ouverture du site pour le retrait des ordres de versement ? Les souscripteurs du programme AADL 2 à Oran s'impatientent    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    Equipe nationale: Premier objectif atteint pour Belmadi    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    Entre réforme set continuité    ICG préconise des réformes en urgence: Risque d'une crise économique majeure en Algérie    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    Un proche de Ould-Abbès candidat du FLN    Le temps et la diversion    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    La JSK pour réduire l'écart sur le leader    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Une éclatante résurrection    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    L'ASO Chlef reprend les commandes    Retard dans la création de zones industrielles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La station thermale de Sidi Yahia : Un hammam livré à l'abandon
Publié dans El Watan le 25 - 08 - 2008

Située à la lisière territoriale des communes de Bouhamza et de Tamokra, la station thermale de Sidi Yahia est un site mythique, à la fois historique et touristique. A vue d'œil, le site donne l'aspect d'un coin délaissé au bord d'une rivière empestée par les déchets et les immondices.
Les bâtisses sont vétustes, construites en pierre et en argile avec des toitures en tuiles. En somme, un amas de maisonnettes perdues au creux de la rivière. Plus haut, un rocher surplombant la source porte à ce jour, comme nous le rapporte la légende, l'empreinte du sabot du cheval de Sidi Yahia. Sur le bord de la rivière toutes sortes de déchets jonchent la rive. Au plus haut de la source, une grotte, le coin le plus attrayant pour les visiteurs, aiguise la curiosité. Des dizaines de personnes s'y rendent quotidiennement. Pour les uns, ce n'est qu'une simple balade, pour d'autres, c'est le coin le plus sacré du site. En effet, c'est là qu'on implore Sidi Yahia pour qu'il exauce les vœux. Sur le lieu, on fait la prière de circonstance et on dépose des offrandes. La station est alimentée en eau potable à partir d'un puits creusé dans le lit de l'oued.
Ce dernier est complètement à sec ces derniers jours. Les travaux d'adduction des eaux du barrage de Tichi-Haf vers la station de traitement en cours de réalisation dans le territoire de la commune d'Ait Rzine en sont la cause. L'établissement est alimenté désormais à l'aide de citernes affectées par la société chargée des travaux. Une cafétéria modestement équipée est le lieu privilégié pour des rencontres. Une aire de stationnement est improvisée sur le lit de l'oued où se garent les véhicules venus des différentes régions du pays. Des gens viennent pour des cures thermales. « Les plus assidus sont les habitants des villages de Tizi Ouzou. Ils viennent en groupes par bus loués pour la circonstance », nous dira un habitué des lieux. Parmi les gens qui viennent régulièrement, il y a ceux qui suivent des cures, certains pour soigner de simples courbatures, d'autres pour des problèmes de santé plus sérieux. C'est durant les week-ends que la fréquentation est la plus importante. Les prix des modestes chambres proposées aux clients varient entre 200 et 400 DA.
Les recettes de location sont perçues par l'association religieuse qui gère aussi la Zaouia de Sidi Yahia, sise au village de Tamokra. Ses membres sont les descendants de la tribu de Sidi Yahia El Aidli. « Avant, c'était les familles de la même tribu qui se relayaient pour assurer la gestion de l'établissement. Actuellement, nous sommes deux locataires de la station » nous dira M. Beldjoudi Ziad. « Nos recettes sont minimes. Regardez tout ce monde qui attend son tour pour aller aux bains ; si nous faisons payer 50 DA par personne, nous aurions jusqu'à 6000 DA la journée, uniquement pour les recettes des baignades », fait remarquer Si Mohand Tayeb, le chargé de la location. Au restaurant, de modestes repas sont proposés à des prix allant de 80 à 200 DA. « Mais les gens préfèrent se déplacer avec leur provisions » confie notre interlocuteur. La gestion archaïque du site n'est pas sans répercussions sur la qualité des prestations de service. Le président de l'APC de Bouhamza souhaite que la station soit prise en charge par l'Etat. « Il est plus bénéfique pour la région de réaliser un complexe touristique sur le site, en réservant une quote-part des recettes à la Zaouia de Sidi Yahia, que de maintenir les choses au stade actuel » suggère notre interlocuteur. « Nous avons vu défiler plusieurs fois sur les lieux des commissions pour établir des fiches techniques, mais aucune n'a abouti » a-t-il encore déploré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.