Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La station thermale de Sidi Yahia : Un hammam livré à l'abandon
Publié dans El Watan le 25 - 08 - 2008

Située à la lisière territoriale des communes de Bouhamza et de Tamokra, la station thermale de Sidi Yahia est un site mythique, à la fois historique et touristique. A vue d'œil, le site donne l'aspect d'un coin délaissé au bord d'une rivière empestée par les déchets et les immondices.
Les bâtisses sont vétustes, construites en pierre et en argile avec des toitures en tuiles. En somme, un amas de maisonnettes perdues au creux de la rivière. Plus haut, un rocher surplombant la source porte à ce jour, comme nous le rapporte la légende, l'empreinte du sabot du cheval de Sidi Yahia. Sur le bord de la rivière toutes sortes de déchets jonchent la rive. Au plus haut de la source, une grotte, le coin le plus attrayant pour les visiteurs, aiguise la curiosité. Des dizaines de personnes s'y rendent quotidiennement. Pour les uns, ce n'est qu'une simple balade, pour d'autres, c'est le coin le plus sacré du site. En effet, c'est là qu'on implore Sidi Yahia pour qu'il exauce les vœux. Sur le lieu, on fait la prière de circonstance et on dépose des offrandes. La station est alimentée en eau potable à partir d'un puits creusé dans le lit de l'oued.
Ce dernier est complètement à sec ces derniers jours. Les travaux d'adduction des eaux du barrage de Tichi-Haf vers la station de traitement en cours de réalisation dans le territoire de la commune d'Ait Rzine en sont la cause. L'établissement est alimenté désormais à l'aide de citernes affectées par la société chargée des travaux. Une cafétéria modestement équipée est le lieu privilégié pour des rencontres. Une aire de stationnement est improvisée sur le lit de l'oued où se garent les véhicules venus des différentes régions du pays. Des gens viennent pour des cures thermales. « Les plus assidus sont les habitants des villages de Tizi Ouzou. Ils viennent en groupes par bus loués pour la circonstance », nous dira un habitué des lieux. Parmi les gens qui viennent régulièrement, il y a ceux qui suivent des cures, certains pour soigner de simples courbatures, d'autres pour des problèmes de santé plus sérieux. C'est durant les week-ends que la fréquentation est la plus importante. Les prix des modestes chambres proposées aux clients varient entre 200 et 400 DA.
Les recettes de location sont perçues par l'association religieuse qui gère aussi la Zaouia de Sidi Yahia, sise au village de Tamokra. Ses membres sont les descendants de la tribu de Sidi Yahia El Aidli. « Avant, c'était les familles de la même tribu qui se relayaient pour assurer la gestion de l'établissement. Actuellement, nous sommes deux locataires de la station » nous dira M. Beldjoudi Ziad. « Nos recettes sont minimes. Regardez tout ce monde qui attend son tour pour aller aux bains ; si nous faisons payer 50 DA par personne, nous aurions jusqu'à 6000 DA la journée, uniquement pour les recettes des baignades », fait remarquer Si Mohand Tayeb, le chargé de la location. Au restaurant, de modestes repas sont proposés à des prix allant de 80 à 200 DA. « Mais les gens préfèrent se déplacer avec leur provisions » confie notre interlocuteur. La gestion archaïque du site n'est pas sans répercussions sur la qualité des prestations de service. Le président de l'APC de Bouhamza souhaite que la station soit prise en charge par l'Etat. « Il est plus bénéfique pour la région de réaliser un complexe touristique sur le site, en réservant une quote-part des recettes à la Zaouia de Sidi Yahia, que de maintenir les choses au stade actuel » suggère notre interlocuteur. « Nous avons vu défiler plusieurs fois sur les lieux des commissions pour établir des fiches techniques, mais aucune n'a abouti » a-t-il encore déploré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.