Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Zones d'ombre: la prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    L'espoir renaît chez les agriculteurs suite aux dernières averses    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Les articles de la discorde    Naceri à la Cour constitutionnelle    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Benkhelifa signe pour trois ans    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Béjaïa s'apprête à commémorer Octobre 88    Alger tente de reprendre la main au Sahel    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    3 morts dans un accident de la route    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Un pari difficile    Enfin un gouverneur !    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    On vous le dit    7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition prépare un plan anti-Wade
Washington et Paris appellent le président sénégalais à quitter le pouvoir
Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2012

Le Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe les principaux représentants de l'opposition et de la société civile sénégalaises, s'est félicité hier du «succès» de sa manifestation organisée mardi pour dénoncer la candidature du chef de l'Etat, Abdoulaye Wade, à l'élection présidentielle.
L'opposition, qui a promis un «printemps sénégalais», a annoncé qu'elle mettrait en place une «nouvelle stratégie», une sorte de plan anti-Wade, face à la «répression» des autorités. A l'appel du M23, des milliers de personnes s'étaient, rappelle-t-on, rassemblées mardi à Dakar pour exiger le retrait de la candidature à la présidentielle du 26 février de Abdoulaye Wade, 86 ans, dont près de 12 ans passés à la tête de l'Etat.Après plusieurs heures sans incident, le rassemblement sur la place de l'Obélisque a été dispersé par la police à coup de grenades lacrymogènes. Un jeune homme a été tué lors de la dispersion, alors que les échauffourées se sont poursuivies jusqu'à une heure tardive de la nuit.
Des manifestants ont été par ailleurs passés à tabac. Pour de nombreux observateurs, la manifestation de mardi a été un test positif pour les membres du M23 dans la mesure où il a réussi, malgré l'interdiction des autorités, à mobiliser plus de 10 000 personnes. Certains responsables du mouvement estiment toutefois qu'il faudra davantage de monde pour faire plier Abdoulaye Wade. Ignorant les recours qui lui ont été adressés, le Conseil constitutionnel – dont les cinq membres ont été nommés par le président Abdoulaye Wade – a, rappelle-t-on, confirmé, lundi 30 janvier, son verdict qui avait déjà provoqué des émeutes vendredi, à Dakar et dans d'autres villes du pays.
L'institution a validé la candidature du Président sortant en l'autorisant à briguer un troisième mandat et a rejeté celle du chanteur Youssou N'dour, qui jouit d'une grande popularité au sein de la société sénégalaise. Le M23 devait réunir hier un «comité de crise» pour évaluer justement la suite à donner à la manifestation. Face à «la répression du gouvernement», le M23 va «désormais devoir développer une nouvelle stratégie», a indiqué à la presse, sur une note d'optimisme, Abdoul Aziz Diop, son porte-parole.
L'opposition a-t-elle maintenant des chances de voir Wade renoncer à son projet, sachant que la campagne commence la semaine prochaine ? «Affirmatif», répondent des animateurs du mouvement. A ce propos, l'on rappelle que la colère de la rue avait déjà réussi à le faire reculer, le 23 juin, lorsque M. Wade avait essayé de faire passer une réforme constitutionnelle qui lui aurait permis d'être élu dès le premier tour avec 25% des voix. Le chef de l'Etat sénégalais sait désormais que la rue peut lui poser problème. Et puis, fait à ne pas négliger, la majorité des capitales occidentales ont lâché le vieux président.
Eu égard au caractère musclé de la réponse réservée par le régime de Wade à l'opposition, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit hier «préoccupé par la montée des tensions» et a exhorté les acteurs politiques «à s'abstenir de toute violence». M. Ban a souligné par ailleurs «la nécessité pour les autorités d'agir de manière à préserver et à consolider les traditions démocratiques» du pays.
Cet appel intervient après que les Etats-Unis aient invité, lundi, Abdoulaye Wade à «laisser la place à la prochaine génération» et à ne pas briguer un troisième mandat. Jusque-là complaisante vis-à-vis de certaines des dérives autoritaires du président sénégalais, la France a aussi fait savoir, hier, qu'elle souhaitait qu'il y ait un renouvellement de génération à la tête de l'Etat. Bref, le message est clair : on ne veut de Wade ni à Paris et encore moins à Washington.
Dakar ne semble toutefois pas prendre au sérieux les avertissements de Washington et de Paris. Ou du moins, Abdoulaye Wade pense aujourd'hui pouvoir se passer du parapluie français et américain. C'est ainsi que ses proches ont précisé que le Sénégal n'acceptera pas de diktat de l'étranger concernant l'organisation de sa présidentielle. «Le vote (du 26 février) ne se fera ni aux Etats-Unis, ni en France, ni ailleurs mais au Sénégal. Je voudrais dire à ces pays (...) que le Sénégal n'a de leçon de démocratie à recevoir de personne», a averti le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Madické Niang. En clair, le président sénégalais sortant est prêt à affronter la rue et à mettre le Sénégal à feu et à sang rien que pour garder le pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.