Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président Sarkozy à contre-courant de l'histoire
Commémoration du 50e anniversaire des Accords d'évian en France
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2012

Il n'y aura pas de commémoration officielle du 50e anniversaire des Accords d'Evian en France. Ainsi en a décidé le président Sarkozy, cédant au lobby des ultras rapatriés, minoritaires mais très actifs et introduits jusqu'au plus haut de l'Etat français, à un mois du premier tour de l'élection présidentielle.
Paris.
De notre correspondante
Marc Laffineur, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants a, dans un communiqué rendu public vendredi, confirmé que l'Etat français n'organisera aucune commémoration nationale. C'était prévisible. «Si le 19 mars évoque la joie du retour des militaires français dans leurs familles, il marque également l'amorce d'un drame pour les rapatriés, contraints au déracinement, et le début d'une tragédie pour les harkis massacrés dans les semaines qui suivirent, au mépris des Accords d'Evian», affirme-t-il. «La date officielle de l'hommage aux morts pour la France durant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie reste fixée au 5 décembre. Cette date résulte d'un large consensus obtenu en 2003 par la commission Favier, réunissant l'historien
Jean Favier et les principales associations d'anciens combattants», ajoute-t-il. Il est à préciser que, déjà le 29 janvier 2012, devant des rapatriés partisans de «l'Algérie française», qui participaient au congrès annuel du Cercle algérianiste à Perpignan, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, lut un message de Nicolas Sarkozy rédigé dans l'esprit de la loi du 23 févier 2005 «portant reconnaissance de la nation(…) en faveur des Français rapatriés» et du discours de Toulon, le 7 février 2007.
Nicolas Sarkozy exclut dans son message que le 19 mars 1962 devienne une journée officielle de commémoration, comme le voudrait la FNACA, organisation progressiste d'anciens combattants. «Je puis ainsi vous affirmer que le 5 décembre (correspondant à l'inauguration du mémorial de la Guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie par Jacques Chirac en 2002, ndlr) est et restera l'unique date de commémoration et d'hommage de la nation à tous ses enfants tombés pour la France en Afrique du Nord, avant et même après le cessez-le-feu.»
M.Laffineur, en présentant ses vœux aux rapatriés le 31 janvier 2012 à Aix-en-Provence, avait, lui aussi, affirmé que «le 19 mars ne peut pas être une commémoration» et que la date officielle de l'hommage national aux «morts pour la France» en Afrique du Nord restera le 5 décembre. Du côté des associations d'anciens combattants, le contentieux sur la date du 19 mars et sa commémoration n'est pas nouveau. Il oppose ceux qui ont retenu pour les commémorations annuelles la date du 5 décembre et ceux qui, à l'instar de la FNACA (la plus importante, de sensibilité progressiste) depuis 1964, commémorent le 19 mars et le cessez-le-feu correspondant à la fin de la guerre.
Selon une enquête réalisée par l'IFOP pour la FNACA, huit Français sur dix estiment justifié qu'une cérémonie du souvenir soit organisée à l'occasion du 50e anniversaire des Accords d'Evian, de la fin de la guerre et du cessez-le-feu du 19 mars 1962, et 84% sont pour la date du 19 mars et non pour celle du 5 décembre.
«Une mémoire officielle de la guerre d'Algérie s'écrit en ce moment sous l'influence d'anciens ultras de l'Algérie française », dénonce l'Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS (Anpromevo), qui signale qu'une réunion s'est tenue le 22 février entre, d'une part, l'ancien préfet Christian Frémont, directeur de cabinet du président Sarkozy, assisté de Renaud Bachy, président de la mission interministérielle aux rapatriés, et, d'autre part, les représentants des courants les plus radicalement revanchards de la colonisation, mais en l'absence de délégués des harkis.
«Lors de cette rencontre, M. Frémont se serait notamment engagé à ce que l'Etat ne soit pas représenté, le 19 mars 2012, lors des cérémonies commémoratives de l'entrée en vigueur des Accords d'Evian ; une circulaire devrait être adressée aux membres du corps préfectoral, les appelant à se détourner de ces manifestations patriotiques», souligne l'Anpromevo. Et «ainsi, l'Etat n'hésite-t-il pas à s'inscrire à contre-courant de l'histoire et à limiter l'exercice du droit au souvenir en cette année annoncée comme étant celle des grands rendez-vous mémoriels». «Le directeur de cabinet de M. Sarkozy se serait également ému que des colloques puissent être envisagés, en ce mois de mars, sur des sujets rigoureusement neutres tels que 'Les Accords d'Evian : la paix en Algérie ?' ou '50 ans après, sortir de la guerre d'Algérie : regards croisés, regards apaisés''», ajoute l'Anpromevo.
«Discours insidieux»
«D'anciens ultras imposent aux pouvoirs publics complaisants une écriture et une mémoire partisanes de la guerre d'Algérie», indique pour sa part Jean-Philippe Ould Aoudia, président de l'association des Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et leurs compagnons. Et à propos du colloque d'Evian des 17 et 18 mars : «Serait-il interdit à des historiens, enseignants dans des universités, d'essayer de répondre à une question historique, dès lors que celle-ci concerne l'écriture de la Guerre d'Algérie ? Les partisans de la colonisation auraient-ils l'exclusivité de la vérité sur cette période de l'histoire de France
Jacques Pradel, président de l'Association nationale des pieds-noirs progressistes et de leurs amis, qui vit à Marseille, conteste aux associations de nostalgiques de l'Algérie française le droit de s'exprimer au nom de tous les rapatriés : «La date retenue du 5 décembre ne correspond à rien. Les pieds-noirs de droite et d'extrême droite se mobilisent contre le 19 mars pour des raisons politiques et revanchardes. Ils s'appuient sur une réalité indéniable : après cette date, des assassinats ont continué. Mais qu'on le veuille ou non, les Accords d'Evian ont été signés un 19 mars. C'est l'histoire» (dans un entretien à la Marseillaise). Et d'ajouter : «On ne fête pas l'arrachement, l'exode, le départ. En revanche, on peut commémorer la victoire contre le colonialisme, car la lutte du peuple algérien pour son émancipation était une lutte juste. Nous participerons dans cet esprit à des initiatives qui sont en préparation. L'une de nos priorités est d'œuvrer au rapprochement des peuples français et algérien.»
La LDH demande aux autorités françaises d'abandonner «le discours insidieux» tenu depuis l'élection de Nicolas Sarkozy sur «le refus de la repentance» et l'éloge de «l'œuvre civilisatrice» de la colonisation, pour formuler une «véritable reconnaissance des injustices fondamentales» qui ont marqué cette époque. «Seule une telle reconnaissance permettra, enfin, de tourner cette page tragique de notre histoire et de construire, avec les peuples du sud de la Méditerranée, un avenir de paix et de progrès.» Est-il besoin de rappeler qu'il a fallu attendre 1999, soit 45 ans après son déclenchement, pour que le terme «guerre d'Algérie» soit reconnu par l'Etat français ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.