Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    Milan AC: Bennacer encense son coach    Ligue des champions : forfait des Buffles du Borgou, la CAF réagit    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France ignore le 19 mars
Malgré les appels pour l'instauration de cette date de commémoration
Publié dans La Tribune le 18 - 03 - 2012

De notre correspondant à Paris
Merzak Meneceur

La France officielle ne commémore pas le 50e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie. Le 29 janvier dernier à Perpignan devant un rassemblement de pieds noirs et de harkis, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a lu un message de Nicolas Sarkozy dans lequel le président français écartait toute idée de faire du 19 mars une journée officielle de commémoration. Et comme une piqure de rappel, le secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants, Marc Laffineur, a rendu public, vendredi dernier, un communiqué pour confirmer la position du pouvoir politique. Pour le gouvernement français : «Si le 19 mars évoque la joie du retour de militaires français dans leurs familles, il marque également l'amorce d'un drame pour les rapatriés, contraints au déracinement, et le début d'une tragédie pour les harkis, massacrés dans les semaines qui suivirent, au mépris des accords d'Evian.» Il estime que «loin de raviver les mémoires, le 19 mars est une date qui les divise et ravive les plaies profondes d'une page douloureuse de l'histoire récente de France». D'où : «Par respect pour ces victimes et leurs familles encore en vie aujourd'hui, la Nation ne peut et ne doit se rassembler en ce jour anniversaire.» Le communiqué se conclut en précisant que «la date officielle de l'Hommage aux morts pour la France durant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie reste fixée au 5 décembre.» Ce choix ne correspondant à aucune date historique de la guerre d'Algérie. Il est celui qui a vu Jacques Chirac, alors président, inaugurer en 2002 le Mémorial du quai Branly à Paris. Intervenant en pleine campagne électorale présidentielle, la non célébration du 19 mars correspondant à la position de quelques associations de rapatriés et de harkis. Ce qui fait dire au quotidien l'Humanité que «Nicolas Sarkozy, président mais surtout candidat à la présidentielle, effectue là un appel du pied à l'électorat des rapatriés» d'Algérie. Un appel du pied ignoré par la Fnaca ( Fédération des anciens combattants d'Algérie, du Maroc et de la Tunisie) qui, comme chaque année, organise cet après-midi un rassemblement au Mémorial du quai Branly, suivi d'une remontée des Champs Elysées jusqu'à l'Arc de triomphe où sera ravivée la flamme sur le tombeau du soldat inconnu. La Fnaca, qui revendique 358 000 membres, défend depuis des décennies la date anniversaire du 19 mars 1962 pour rendre hommage aux soldats français morts durant la guerre coloniale «pour la plupart des appelés». «Sans porter de jugement collectif sur ce drame», déclarait son président dans le numéro hors série du Monde sur les Accords d'Evians, Guy Darmanin, «la Fnaca a choisi le cessez-le-feu qui est la date historique. Cette date, précisait-il, a été approuvée par 90,8% des Français de métropole à l'occasion du référendum organisé par de Gaulle le 8 avril 1962». Autour de la célébration ou non du 19 mars 1962, c'est un véritable affrontement de mémoires qui «masquent un débat idéologique sur la signification à donner à la guerre d'Algérie» estimait le 1er octobre 2000, le secrétaire d'Etat aux anciens combattants de l'époque, le socialiste Jean-Pierre Massenet. Cet affrontement a pris de l'ampleur à partir du 18 octobre 1999 lorsque fut reconnu, que ce qui s'est passé en Algérie de 1954 à 1962 est «une Guerre» mettant ainsi fin à une guerre sans nom. Il devenait alors possible de trouver une date pour marquer la fin de l'ultime guerre de l'empire colonial français. Des députés de gauche, comme certains de droite, ont déposé plusieurs projets de loi pour officialiser le 19 mars. Cédant aux pressions des anti-19 mars, le gouvernement socialiste dirigé par Lionel Jospin laissa la situation en état. Jacques Chirac, réélu président en 2002, en obtenant dans la foulée une majorité parlementaire, opta alors pour le 5 décembre accepté par le mouvement associatif, sauf la Fnaca qui persiste depuis, pour obtenir la date du 19 mars. Comme pour signifier que le dossier n'est pas clos, et prolonger le combat de la Fnaca, le groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC) du Sénat a décidé, il y a quelques jours, de déposer une nouvelle proposition de loi visant à faire du 19 mars la date officielle de la commémoration de la fin de la guerre d'Algérie. Dans un communiqué annonçant son initiative, le CRC estime qu'il «n'est en effet pas acceptable qu'une date dénuée de sens -le 5 décembre- ait été imposée en 2003 par Jacques Chirac à l'instigation des nostalgiques de l'Algérie française».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.