Treize individus arrêtés pour entrave à l'opération de vote à Bouira    De nombreux pays comptent sur le rôle de l'Algérie pour hisser la coopération en Afrique    Tizi-Ouzou: démantèlement d'un réseau de passeurs de migrants    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Agressions marocaines contre Sultana Khaya: le Journal Féministe Algérien exprime sa "profonde indignation"    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le PT fustige le gouvernement    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Déclin du RND et recul du MSP    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Libye : la présidentielle en équation    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plantes aromatiques et médicinales (PAM) : un marché à grands revenus encore à la traîne en Algérie
Blida : les autres articles
Publié dans El Watan le 25 - 03 - 2012

Les voisins maghrébins sont déjà passés à l'échelle de l'exportation de certains extraits de plantes aromatiques et médicinales vers l'Europe.
Le pôle Pass (plantes, arômes, senteurs, saveurs), organisme français spécialisé dans la valorisation des plantes aromatiques et médicinales (PAM) réalise quelque quatre milliards d'euros de revenus par an. C'est un marché à enjeux socio-économiques énormes au vu des potentialités phytogénétiques encore en friche dans un pays très riche en écosystèmes diversifiés comme l'Algérie. Si le Maroc a déjà installé son réseau des PAM, idem pour la Tunisie, notamment en nouant des partenariats gagnant/gagnant à l'échelle méditerranéenne, l'Algérie, elle, n'a même pas encore de statistiques fiables à l'échelle nationale de l'inventaire de son capital de biodiversité phytogénétique.
«Nos voisins maghrébins sont déjà passés à l'échelle de l'exportation de certains extraits de plantes aromatiques et médicinales vers l'Europe. Ils ont déjà leur réseau dans le domaine des PAM, une véritable structure qui cadre toute stratégie nationale en matière de promotion des ressources phytogénétiques à l'échelle industrielle», nous a affirmé un biochimiste, lors des premières journées techniques sur les PAM, sponsorisées par les laboratoire Vénus et Cevital et organisées à l'unité de développement des équipements solaires de Bou Ismaïl, les 21 et 22 mars, par le Centre de recherche scientifique et technique en analyse physico-chimique (CRAPC), l'université de Blida, l'International Innovation on Médicinal and Pronostic Plants, le pôle Pass de l'université de Nice Sophia Antipolis (France) et la Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DGRS).
Il n'est plus à démontrer que la richesse et la diversité des espaces biogéographiques en Algérie constituent, selon plusieurs intervenants, un socle de valorisation très important pour la création d'emplois et la promotion des économies rurales, en ciblant les marchés dynamiques du cosmétique naturel, de l'agro-alimentaire bio et des applications pharmaceutiques, telles que l'aromathérapie. L'éco-extraction des huiles végétales et ses applications dans le domaine de la cosmétologie, de la médecine, de l'agro-alimentaire ainsi que la fabrication des arômes à partir de substrats naturels, qui constituent de plus en plus en Europe, dira Florence Luccuïni, représentante du pôle Pass, la nouvelle mouvance vers ce qu'on l'appelle les menus bio respectueux de l'environnement.
«Dorénavant, la fonction recherche et développement, dans le domaine de la valorisation des PAM, ne sera plus figée à l'échelle du labo, mais sera dans sa majorité une activité destinataire des acteurs socio-économiques, et ce, afin de tirer le maximum de l'immense actif environnemental encore en friche et booster ainsi l'économie rurale et la sédentarisation des villageois», a lancé Hafid Aourag, directeur de la DGRST. Dans le même sillage, le premier responsable de cette direction a fait savoir qu'il y a déjà eu la mise en forme de deux plateformes technologiques pour le développement des PAM en Algérie.
à quand une banque nationale de données PAM ?
Les débats ont longuement porté sur la nécessité de travailler en concertation avec tous les acteurs afin de constituer une base de données à l'échelle nationale où convergeraient toutes les statistiques. «Tous les laboratoires de recherche ainsi que les universités continuent de travailler de manière individuelle. Nous n'avons pas de statistiques homogénéisées et unifiées à l'échelle nationale. Le marché algérien des PAM n'est pas encore segmenté. Cela veut dire que toute tentative d'estimation du passif national de biodiversité exploitable, à l'échelle industrielle, s'avère non représentative de la réalité et des potentialités disponibles», a expliqué une enseignante-chercheur venue de Annaba.
Le passif des compétences, dans le domaine des PAM ainsi que les quelques industriels qui activent dans ce créneau n'est pas encore cartographié. Sur le plan documentaire, une masse colossale d'informations phytogénétiques collectée et structurée dans le cadre des études universitaires n'est pas encore valorisée dans le cadre d'une stratégie industrielle et continue toujours de croupir dans les tiroirs poussiéreux. «Pourquoi ne pas exploiter ce qui a déjà fait l'objet de recherches universitaires, comme c'est le cas du deuxième rapport national sur les ressources phytogénétiques en Algérie réalisé en 2007, cela va nous faire gagner l'argent du contribuable et du temps dans la mise en œuvre du réseau PAM algérien», a lancé une chercheur de l'INRAA à l'adresse des organisateurs des journées techniques.
Les PAM, un marché de quatre milliards d'euros !
Le directeur du CRAPC, le Pr Meklati, a toutefois fixé le mois de mai comme date butoir à échéance à laquelle toutes les compétences algériennes dans le domaine des PAM ainsi que l'infrastructure industrielle y afférente devraient êtres inventoriées. «Le pôle Pass des PAM en France réalise quelque quatre milliards d'euros de revenus par an. C'est un marché à enjeux socio-économiques énormes en Algérie au vu de l'immensité de nos espaces biogéographiques et des potentialités phytogénétiques dont nous disposons», a martelé, lors des débats, le premier responsable du CRAPC. «Nous avons lancé plusieurs études spatio-temporelles sur la répartition des espèces spontanées dans les zones arides et semi-arides. Les résultats enregistrés sur plusieurs années et pour la plupart des espèces ont fait ressortir que la majorité des plantes, du fait qu'elles soient soumises aux effets abiotiques très rudes, ont pu développer des mécanismes de défense et d'adaptation qu'on peut très bien exploiter sur le plan médicinal», a expliqué une chercheur du sud algérien.
Des questions soulevées par des universitaires et des représentants de laboratoires de recherche sont restées également sans réponse, à l'exemple de celle liée à l'utilité de fixer, comme priorité, l'exploration de nouvelles plantes endémiques exploitables à l'échelle industrielle, alors que, par exemple, l'écorce de la figue de barbarie ou le romarin, disponibles en très grandes quantités, restent inexploitables à l'échelle industrielle et à l'heure actuelle. «La Tunisie exporte déjà vers l'Europe l'extrait de cactus», dira un intervenant et d'ajouter : «Pourquoi l'Algérie n'emprunte-t-elle pas ce chemin, alors que ces ressources existent chez nous en quantités autrement plus importantes qu'ailleurs ? Plusieurs essences végétales étaient exportées de la Mitidja vers la France, entre autres du jasmin sous forme d'enfleurage, du géranium de la menthe…».
La politique de la révolution agraire a été, dans ce sens, longtemps mise à l'index en supprimant plusieurs spéculations à l'exemple de la mise en écart des priorités de tout ce qui relève des PAM, alors que l'infrastructure de transformation existait déjà. L'Algérie saura-t-elle, à l'image de ses voisins immédiats le Maroc et la Tunisie, tirer profit des ses innombrables écosystèmes qui s'étalent du nord au sud sur plus de 2000 km de parcours et avec un très large éventail de ressources phytogénétiques prêtes à l'emploi. La question semble rester «éternellement» posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.