LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ballet national, Caméléon et Sinoudj pour lancer la cérémonie de clôture
«Tlemcen, capital de la culture islamique»
Publié dans El Watan le 24 - 04 - 2012

Le public de Tlemcen s'est divisé en deux, samedi soir, pour assister à deux spectacles différents, lançant la cérémonie de clôture de
la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique».
Tlemcen
De notre envoyé spécial
Il y a d'abord les jeunes, qui sont allés nombreux au Théâtre de plein air d'El Koudia, pour voir les concerts du groupe Sinoudj de Constantine et Caméléon d'Alger. Caméléon, qui ne veut faire ni raï, ni rap, ni rock, revendique une certaine liberté musicale. Cela peut être appelé «new wave» algérienne. Autant dire que Lillah ou Bir Sghir, qui ressemblent à des ballades, sont des tubes. Le groupe des frères Agrane est sollicité par un auditoire lassé par la longue vague raï-diwan. Sinoudj, lui, reste fidèle au jazz. Le groupe n'a pas hésité à y ajouter du malouf. Cela est possible quand c'est bien fait. Et Zouheir Bouzid, commissaire du Dimajazz, Festival international du jazz de Constantine, qui accompagne le groupe, a tout fait pour que cela se fasse. Sinoudj et Caméléon sont deux exemples parfaits de la nouvelle scène musicale algérienne, innovante et vivante.
Le Ballet national, lui, semble tourner en rond. Samedi soir, au Palais de la culture Abdelkrim Dali-Imama, le ballet a représenté son spectacle Rihla fi biladi (Voyage dans mon pays), une série d'une douzaine de danses populaires, élaborée à partir du travail du chorégraphe bulgare, Giorgi Abratchev. Au programme : les danses de Souk Ahras, Tlemcen, Reguibat (Tindouf), Bou Saâda, Allaouie (ouest algérien), des Touareg, Zendali (Est algérien), El Burnous… La danse algéroise est toujours exécutée sous le rythme Farha ou zahwa ! Existe-t-il une crise d'imagination au Ballet national pour garder pendant plus de quarante ans les mêmes danses et musiques ? Serait-ce trop demander à ce ballet pour qu'il introduise de l'air frais dans ses travaux chorégraphiques ? Il reste que la vingtaine de danseurs et danseuses, habillés de costumes bien faits, ont réussi tout de même à imposer un spectacle plaisant d'apparence destiné au regard extérieur.
Sabrina Natouri, responsable de la programmation au Ballet national, nous a précisé que «Rihla fi biladi» est présenté lors des semaines culturelles algériennes à l'étranger. «A travers les costumes, nous avons voulu montrer qu'en Algérie chaque région a ses propres habits, bijoux, accessoires et maquillages. Nos costumiers sont allés sur place pour étudier les habits spécifiques de chaque région pour respecter la tradition», a-t-elle indiqué. Elle a annoncé la présentation, le 30 avril prochain, au palais de la culture Moufdi Zakaria, à Alger, d'un nouveau spectacle du Ballet national à inscrire dans le registre néoclassique. Pour les Journées nationales de la danse, le Ballet national envisage d'organiser également des débats et d'inviter des troupes étrangères.
Dans l'après-midi de samedi, le début de la cérémonie de clôture de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» a été marqué par une parade dans les rues de la ville, avec la présence de 48 troupes venues de Sidi Bel Abbès, Oran, Chlef, Miliana, Cherchell, Relizane, Naâma, Mostaganem, Aïn Témouchent et Tlemcen (voir article sur le site www.elwatan.com). «C'est une petite fête. Le public est venu. Cette parade n'est que l'ouverture de la clôture de ‘‘Tlemcen, capitale de la culture islamique''. Nous avons prévu en tout quinze spectacles qui vont se poursuivre jusqu'au 25 avril», a précisé Abdelhamid Belblidia, coordinateur de la manifestation.
Les spectacles vont se dérouler à la maison de la culture Abdelkader Alloula, au palais de la culture Abdelkrim Dali-Imama et au théâtre de plein air d'El Koudia. Une cinquantaine de chanteurs et groupes musicaux ont été invités à animer les soirées. Le spectacle final du mercredi 25 avril sera assuré par l'Orchestre symphonique national, la chorale Nagham et la troupe de la Garde républicaine. La ville irakienne de Najaf sera la capitale de la culture islamique 2012 et prendra donc le relais de Tlemcen (lire détail sur http://www.alnajaf2012.com).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.