Ouverture de la 9ème Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Le Maroc vit depuis des années dans sa bulle illusoire d'un mythe de développement    Foot/ Direction technique nationale (DTN) : Biskri officiellement installé dans ses nouvelles fonctions    Séisme à Blida: aucun dégât enregistré dans les infrastructures de base    Le ministre de la Santé reçoit les membres du Syndicat national des praticiens de la santé publique    Festival international du cinéma d'Alger: projection de courts métrages sur le thème "cinéma et l'environnement"    Prix d'Alger de récitation du Saint Coran: début des sélections    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    De COP en COP !    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    «Samahna si l'Hadj» !    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Un litige qui dure depuis 5 ans    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le FFS, un parti-rempart    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Les élèves grelottent    Le budget primitif en constante régression    On a frôlé le pire    La part du pétrole    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Le Qatar impressionne le monde    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



5e salon de la distillisation florale : une tradition à préserver
Constantine : les autres articles
Publié dans El Watan le 16 - 05 - 2012

Cette pratique ancestrale mérite d'être dotée de plus de moyens pour son redéploiement.
La salle d'exposition de la maison de la culture Mohamed-El Aïd Al Khalifa accueille, depuis dimanche, et jusqu'à jeudi, le 5ème Salon de la distillation florale dans le cadre du Mois du patrimoine. Une fusion de parfums, rose, fleur de bigaradier, jasmin, ambre et géranium d'Orient (atarcha), embaume délicieusement les lieux, attirant irrésistiblement une nuée de curieux. Le maître de cérémonie, Zoubir Bouberbara, est d'ores et déjà affairé à ses fourneaux, sous le regard fasciné de l'assistance.
Un chaudron en cuivre, couvert du fameux alambic (qettar), est majestueusement dressé: l'opération de distillation est lancée. Notre horticulteur prend deux bonnes brassées de roses dites de Syrie, les met dans le chaudron, ajoute de l'eau et recouvre le tout de l'alambic. Tout en travaillant, il nous explique les différentes étapes de l'opération, à laquelle, dans le temps, les familles constantinoises ne dérogeaient jamais. La vapeur se transforme en gouttelettes, qui s'écoulent du robinet de l'alambic (celui-ci est empli d'une eau qu'on doit absolument maintenir froide), directement dans la tourie (m'ghelfa). Même procédé pour la fleur de bigaradier et autres essences. «C'est une manière de fêter le printemps, précise M. Bouberbara; ces extraits servent à parfumer les entremets, la pâtisserie traditionnelle, le café; ils sont utilisés en cosmétique et en pharmacologie; l'eau de rose est connue pour ses innombrables vertus; en plus d'être un antiride, elle est très apaisante pour les yeux».
Cet artisan pépiniériste, membre de la Chambre de l'artisanat et des métiers (CAM), est un passionné de plantes ; il les cultive lui-même à Hamma Bouzane depuis 1989. Intransigeant sur la qualité du produit, il nous confie, à titre d'exemple, que la rose doit être de couleur framboisée, délicate, d'une senteur particulière; elle atteint, selon lui, sa pleine maturité au mois de mai.
Une autre eau florale appelée «m'khabel», ou cocktail, est confectionnée à partir d'un panachage de rose, jasmin, ambre, «généréa» et fleur d'oranger. Celle-ci sert également à parfumer certaines confiseries et autres gâteaux traditionnels. Notre artisan souhaiterait avoir un kiosque dans la ville du Vieux Rocher pour y exposer son produit. Ce serait certes un atout pour la cité, eu égard à la terrible déperdition qui guette tous les vieux métiers. Un autre amoureux de Constantine et de ses traditions ancestrales, Slimane Gasmi, que nous avons rencontré sur les lieux, nous révèle que l'art de la distillation florale remonte à loin, voire à la période byzantine.
«Cette noble pratique nous est parvenue il y a douze siècles grâce à Ziryab l'Andalou, qui a créé la première distillerie à Cordoue; celle-ci devient très vite un genre de nouba printanière, une occasion de rencontres entre lettrés, de dégustation de fruits de saison, de convivialité, de ballades dans les grands et féeriques jardins d'Andalousie.» M. Gasmi nous fera savoir, en outre, que la distillation des fleurs était avant pratiquée à Alger, Blida, Koléa, Tlemcen et Béjaïa, mais qu'actuellement elle l'est à Constantine uniquement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.