Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



5e salon de la distillisation florale : une tradition à préserver
Constantine : les autres articles
Publié dans El Watan le 16 - 05 - 2012

Cette pratique ancestrale mérite d'être dotée de plus de moyens pour son redéploiement.
La salle d'exposition de la maison de la culture Mohamed-El Aïd Al Khalifa accueille, depuis dimanche, et jusqu'à jeudi, le 5ème Salon de la distillation florale dans le cadre du Mois du patrimoine. Une fusion de parfums, rose, fleur de bigaradier, jasmin, ambre et géranium d'Orient (atarcha), embaume délicieusement les lieux, attirant irrésistiblement une nuée de curieux. Le maître de cérémonie, Zoubir Bouberbara, est d'ores et déjà affairé à ses fourneaux, sous le regard fasciné de l'assistance.
Un chaudron en cuivre, couvert du fameux alambic (qettar), est majestueusement dressé: l'opération de distillation est lancée. Notre horticulteur prend deux bonnes brassées de roses dites de Syrie, les met dans le chaudron, ajoute de l'eau et recouvre le tout de l'alambic. Tout en travaillant, il nous explique les différentes étapes de l'opération, à laquelle, dans le temps, les familles constantinoises ne dérogeaient jamais. La vapeur se transforme en gouttelettes, qui s'écoulent du robinet de l'alambic (celui-ci est empli d'une eau qu'on doit absolument maintenir froide), directement dans la tourie (m'ghelfa). Même procédé pour la fleur de bigaradier et autres essences. «C'est une manière de fêter le printemps, précise M. Bouberbara; ces extraits servent à parfumer les entremets, la pâtisserie traditionnelle, le café; ils sont utilisés en cosmétique et en pharmacologie; l'eau de rose est connue pour ses innombrables vertus; en plus d'être un antiride, elle est très apaisante pour les yeux».
Cet artisan pépiniériste, membre de la Chambre de l'artisanat et des métiers (CAM), est un passionné de plantes ; il les cultive lui-même à Hamma Bouzane depuis 1989. Intransigeant sur la qualité du produit, il nous confie, à titre d'exemple, que la rose doit être de couleur framboisée, délicate, d'une senteur particulière; elle atteint, selon lui, sa pleine maturité au mois de mai.
Une autre eau florale appelée «m'khabel», ou cocktail, est confectionnée à partir d'un panachage de rose, jasmin, ambre, «généréa» et fleur d'oranger. Celle-ci sert également à parfumer certaines confiseries et autres gâteaux traditionnels. Notre artisan souhaiterait avoir un kiosque dans la ville du Vieux Rocher pour y exposer son produit. Ce serait certes un atout pour la cité, eu égard à la terrible déperdition qui guette tous les vieux métiers. Un autre amoureux de Constantine et de ses traditions ancestrales, Slimane Gasmi, que nous avons rencontré sur les lieux, nous révèle que l'art de la distillation florale remonte à loin, voire à la période byzantine.
«Cette noble pratique nous est parvenue il y a douze siècles grâce à Ziryab l'Andalou, qui a créé la première distillerie à Cordoue; celle-ci devient très vite un genre de nouba printanière, une occasion de rencontres entre lettrés, de dégustation de fruits de saison, de convivialité, de ballades dans les grands et féeriques jardins d'Andalousie.» M. Gasmi nous fera savoir, en outre, que la distillation des fleurs était avant pratiquée à Alger, Blida, Koléa, Tlemcen et Béjaïa, mais qu'actuellement elle l'est à Constantine uniquement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.