Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Sept opérations entre la police et la Gendarmerie nationale enregistrées au 1er trimestre 2019    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    L'ingérence étrangère torpille le processus de l'ONU    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    En hommage aux 126 martyrs    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Transfert illégal de devises : une bande démantelée    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    Le quart de rôle de Bensalah    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un patrimoine qu'il faudra prendre à bras-le-corps
Forêts Baïnem et Bouchaoui
Publié dans El Watan le 22 - 03 - 2006

Après une période de léthargie suite à la conjoncture défavorable qu'a connue le pays, la forêt semble, ces derniers temps reprendre ses droits. La forêt de Baïnem constitue une réserve naturelle qui s'étend sur 504 ha. Le public peut d'ores et déjà profiter de cet espace bucolique.
Depuis trois années, plusieurs hectares sont reboisés de manière cyclique, surtout les espaces arboricoles qui ont été décimés lors de la dernière décennie. Une pépinière expérimentale de plants forestiers est d'ailleurs installée dans cette belle enceinte pour étudier, suivre et améliorer le comportement des espèces (feuillus et résineux), d'une part, et répondre à la demande des organismes, associations écologiques et autres institutions publiques ou privées en matière d'assistance scientifique, d'autre part. Il est prévu aussi, de créer un musée qui regroupe différentes espèces forestières et ce, en enrichissant l'arboretum avec une collection qui servira d'appoint pour les pédagogues. Une manière de sensibiliser le mouvement associatif environnemental et les enfants notamment, quant à l'importance de cette entité écologique qui fait défaut au sein de notre milieu urbain. Le plan d'action de la circonscription de Baïnem porte depuis 2004 sur l'aménagement des pistes carrossables, des aires et parcours sportifs, l'équipement de la forêt en points d'eau, la régénération de certaines espèces sylvicoles comme l'eucalyptus et le chêne-liège. Il s'agit aussi d'ouvrir des espaces récréatifs et pédagogiques qui épousent la nature du site naturel. Cet espace profitera au public qui, espérons-le, saura préserver cette entité écologique qui demeure l'une des plus importantes de ce patrimoine forestier constitué d'une strate arborescente comme le pin d'Alep, le pin pignon, le pin des Canaries, l'eucalyptus, le cyprès, et d'une strate arbustive formant le maquis.
Forêt Bouchaoui, un espace récréatif
Rappelons qu'une trentaine de sites (bois et forêts) de 2000 ha relèvent de la circonscription de Baïnem dont Bordj Poloniac, le Parc zoologique, la forêt Bouaârioua, le Paradou, le Ravin de la femme sauvage, etc. Quant à la superficie des sites forestiers répartis entre bois et forêts dans la wilaya d'Alger, elle avoisine les 5500 ha. La forêt est ce cadre enchanteur qui constitue notamment pour les familles un lieu d'évasion, de farniente et de décompression. Bouchaoui, à un jet de pierre de la plage, constitue un cadre agréable de détente et de farniente pour une catégorie de gens qui préfèrent, pour des raisons diverses, se « mettre au vert » et se prélasser au milieu d'un décor « déstressant ». Depuis deux ou trois ans, le sentiment de sécurité conforte les gens à côtoyer de nouveau ces endroits publics et la forêt de Bouchaoui semble, depuis, offrir cette opportunité. Ce qui explique la grande affluence vers ce lieu convoité, notamment les week-ends. En effet, un poste de gendarmerie élit ses quartiers à l'entrée de la forêt et les éléments de ce corps sillonnent en permanence le dédale des sentiers pour déloger les éventuels trublions et dissuader les potentiels coupe-jarrets et autres prédateurs qui, il y a quelque temps, sévissaient impunément dans les parages. Dans ce cadre enchanteur et loin de la nuisance acoustique de la ville, les familles peuvent désormais se dégourdir les jambes, s'attabler autour de rafraîchissements dans les cafés à l'aspect rustique et s'offrir quelques activités de loisirs open-air, comme les petites randonnées équestres qui génèrent la joie des enfants. Cependant, la fausse note réside dans « le comportement aux antipodes du civisme qu'affichent certaines gens à l'égard de ce patrimoine forestier », nous dit un agent de surveillance. Ceux-là mêmes qui, enchaîne-t-il sur un air dépité, trouvent un malin plaisir à porter atteinte à cette entité écologique, en abandonnant les résidus de leur repas et autres détritus sur les lieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.