De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Belatoui espère un véritable départ    Est-ce le déclic?    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aïd sanglant en Syrie
le cessez-le-feu entre les troupes d'Al Assad et les rebelles n'a pas été respecté
Publié dans El Watan le 28 - 10 - 2012

Ainsi qu'il fallait, malheureusement, s'y attendre, la trêve que l'armée et les rebelles syriens s'étaient engagés, jeudi dernier, à observer durant la fête de l'Aïd El Adha n'a pas été suivie d'effet sur le terrain.
Après une accalmie d'une toute petite poignée d'heures, les combats ont repris de plus belle vendredi dernier, premier jour de la trêve.
Les combats, d'une rare intensité, ont fait au moins 146 morts (53 civils, 50 rebelles et 43 soldats) en moins de 24 heures. Ce bilan qui ne diffère en rien de ceux, atroces, annoncés ces derniers jours par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) montre à quel point une solution politique au conflit sera difficile à trouver dans ce pays plongé dans le chaos. Hier encore, les violences ont fait 29 morts, selon la même source, les deux belligérants faisant usage du droit de riposte qu'ils s'étaient réservé en cas de violation du cessez-le-feu par la partie adverse.
Comme ce fut le cas de la première trêve négociée en avril dernier par Kofi Annan, le prédécesseur de Lakhdar Brahimi, et qui avait déjà volé en éclats au bout de quelques heures, les deux parties en conflit se sont mutuellement accusées d'avoir volontairement torpillé le cessez-le-feu et manqué à leurs engagements. Des rebelles du conseil militaire d'Alep se sont d'ailleurs empressés pour signifier l'«échec» de la trêve âprement négociée par M. Brahimi et qualifier celle-ci de «mensonge». Répondant du tac au tac, l'armée a annoncé de son côté, dès vendredi soir, avoir riposté après des attaques rebelles. «Des groupes terroristes armés ont attaqué des positions militaires (...). Nos valeureuses forces armées sont en train de répondre à ces violations», a indiqué un communiqué lu à la télévision d'Etat.
Pourtant, le chevronné médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, avait réussi le plus dur, mardi dernier, en convaincant le régime de Damas et les chefs de l'Armée syrienne libre (ASL), un des bras armés de l'opposition, de faire taire leurs armes l'espace de quatre jours. L'initiative de l'ancien chef de la diplomatie algérienne avait d'autant plus de mérite que c'était pour ainsi dire la première fois que les belligérants s'entendaient sur quelque chose depuis 19 mois. La trêve, en cas de succès, aurait sans doute servi d'excellente base de travail pour l'organisation d'un dialogue entre le pouvoir et l'opposition.
Et il semble bien que c'était là l'objectif premier visé par Lakhdar Brahimi : faire taire les armes et mettre en place une atmosphère propice au lancement d'un processus politique capable de stopper l'effusion de sang. Il est vrai que si elle avait été respectée, cette trêve de 4 jours aurait pu faire prendre conscience aux Syriens du caractère horrible de la guerre et de la nécessité d'en sortir. Mais aussi souhaitée était-elle, cette trêve était tout de même marquée par trop d'incertitudes pour qu'elle ait eu une chance de fonctionner.
L'on a par ailleurs trop souvent tendance à sous-estimer la complexité de la situation sur le terrain. S'il était effectivement possible pour les forces gouvernementales de respecter les ordres du pouvoir politique, qui paraissait soucieux d'améliorer une image aussi dévastée que l'est le pays, il n'était effectivement pas certain que cela allait être le cas pour les autres groupes rebelles qui, eux, n'obéissent pas à une chaîne de commandement identifiée. La rébellion pour le moins hétéroclite compte également des éléments djihadistes armés curieusement de missiles Stinger qui suivent des agendas propres.
C'est, par exemple, le cas du front islamiste Al Nosra, qui a revendiqué la plupart des attentats ces derniers mois en Syrie rejeté catégoriquement la trêve patiemment organisée par Lakhdar Brahimi. Lorsque l'on sait tout cela, il n'est pas nécessaire d'aller chercher trop loin pour trouver un coupable et cerner les raisons de l'échec des envoyés spéciaux de l'ONU et de la Ligue arabe. En ne favorisant que la logique guerrière, ces groupes moitié djihadistes et moitié mercenaires – recrutés aux quatre coins du Monde arabe et grassement financés par l'Arabie Saoudite et le Qatar – paraissent même vouloir maintenant se substituer aux Syriens eux-mêmes et imposer leur propre vision de la Syrie de demain. Sans nul doute, le pire pour les Syriens serait justement qu'on leur impose une solution de l'extérieur. Et c'est, vraisemblablement, ce qui est en train de se passer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.