LE FLN SE SEPARE D'UN AUTRE SECRETAIRE GENERAL : Djamel Ould Abbes démissionne    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    Les mieux lotis en grève    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    ASSOCIATION DES HANDICAPES : Inauguration d'un restaurant à Hassi Mameche    AIN SIDI CHERIF : Une postière condamnée à une année de prison    «Pas d'effacement des dettes»    «Inaugurées» mais non ouvertes au public    L'échec programmé de Rome    Au moins six Palestiniens tués dans des frappes israéliennes    SMT, nouveau représentant en Algérie    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    3 médailles dont 1 en or pour l'Algérie    Errance intérieure(6)    Les candidats du FLN à guelma connus    Ouyahia, le cœur battant de l'incertitude    Presque tout est tributaire du prix du pétrole    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    Vivre ensemble, vivre mieux (1re partie)    Retour du bras de fer ?    Les Beatles, cinquante ans après The Double White    Des ex-dirigeants catalans devront rembourser le coût du vote de 2014    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    "il est temps pour nous de pouvoir bien voyager"    Affrontements à couteaux tirés au FLN    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Fatwa décroche le Tanit d'or    Le titre d'officier de l'Ordre de Léopold de Belgique décerné à un citoyen algérien    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    L'affrontement    USM Alger: Un point et des satisfactions    ASM Oran: Josep Maria Noguès contacté    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    Investissement: 121 projets inscrits en dix mois    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Ouyahia parle de "manipulation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





500 km pour un passeport
Bordj Omar Driss (Illizi)
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2013

Il n'est pas facile de renouveler ses papiers administratifs lorsque l'on habite une région qui s'appelle Bordj Omar Driss.
Les habitants de la commune de Bordj Omar Driss, située à environ 500 km au nord-ouest du chef-lieu de la daïra d'In Amenas, sont victimes de l'éloignement de l'administration de leur lieu de résidence. En effet, les citoyens de cette localité sont dans l'obligation d'aller eux- mêmes au chef-lieu de la daïra pour retirer leur passeport biométrique et leur carte d'identité nationale, soit un parcours de 1000 km en aller et retour !
En raison de l'inexistence totale de moyens de transport entre cette commune et le chef-lieu de daïra, nous sommes obligés d'avoir recours à un chauffeur clandestin à un prix fort pour rejoindre la route nationale n°3 au lieu-dit Hassi
Bellagbour, à 80 km de Bordj Omar Driss et attendre un bus qui vient de Hassi Messaoud, mais quand il y a de la place pour le prendre à destination d'In Amenas. Ce parcours du combattant est à la fois pénible et dangereux, car les moyens de transport sont rares ou inexistants au lieu-dit Bellagbour. Avec toutes ces difficultés, les habitants de Bordj Omar Driss souffrent énormément pour rejoindre la daïra d'In Amenas. Pire encore, une fois à In Amenas, ils ne trouvent pas de structures d'accueil pour se reposer ; en attendant l'ouverture de la daïra ou le bus pour le retour, ils restent dehors, sans abri, sous les grandes chaleurs d'été ou le froid en hiver.
Les femmes et les personnes âgées sont les plus pénalisées par ces longs déplacements coûteux et harassants. Aussi, une intervention des autorités concernées est vivement souhaitée afin de rapprocher l'administration publique de l'administré et pour faciliter la circulation entre les pôles de la wilaya. Et surtout mettre fin à la souffrance des citoyens qui parcourent plusieurs kilomètres pour se faire établir une pièce administrative, perdant ainsi du temps et de l'argent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.