Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Illizi : Bordj Omar Driss, une commune qui veut sortir de l'oubli
Actu Sud : les autres articles
Publié dans El Watan le 09 - 05 - 2012

Le chômage est le dénominateur commun de la jeunesse de Bordj Omar Driss, à laquelle l'industrie pétrolière n'offre souvent que des contrats de travail limités à 3 mois.
Située à 700 kilomètres au nord d'Illizi, la commune de Bordj Omar Driss était à l'orée du XXe siècle une petite oasis parsemée de centaines de palmiers et de figuiers, longeant la H'mada Issaouane, au pied du plateau de Tinhert. La zaouïa de Sidi Moussa constituait alors l'épicentre de cette oasis.
Le commandant Laperine, chef des compagnies sahariennes, fit bâtir en 1904 un fort qui porta le nom du colonel Flatters, mort dans la région du Hoggar lors d'un combat avec les Touareg. Bordj Omar Driss, ainsi connu durant la période coloniale sous le nom de Fort Flatters, abrita des unités de l'armée jusqu'à l'indépendance. Rattachée à la daïra d'In Amenas, Bordj Omar Driss s'étend sur une superficie de 82 280 km2 et compte 6000 habitants. Cette commune enclavée, malgré les efforts consentis par l'Etat, fait face à des carences multiples en matière de développement.
De par sa position géographique, Bordj Omar Driss présente pourtant beaucoup d'atouts pour son développement, pour peu que l'on s'occupe sérieusement de sa gestion multisectorielle. Elle ne reste pas moins la commune la plus riche du pays de par la fiscalité pétrolière versée par les entreprises pétrolières activant sur son territoire. Mais, paradoxalement, la réalité est tout autre, puisque la commune reste confrontée à une pauvreté qui ne dit pas son nom.
Plusieurs secteurs vitaux restent, en effet, confinés dans une situation, qui, le moins que l'on puisse dire, nécessite une prise en charge pressante. Dans le domaine agricole, à titre d'exemple, et malgré les potentialités hydriques importantes, aucun programme de valorisation des terres arables n'a encore vu le jour.
Sur le plan urbanistique, le plan d'aménagement de cette localité demeure inadéquat, car aucune amélioration n'a été apportée aux anciennes bâtisses. En matière d'infrastructures de formation, la commune manque de beaucoup de centres de formation professionnelle pour les jeunes recalés de l'enseignement moyen, le chômage étant le dénominateur commun de la jeunesse de Bordj Omar Driss, à laquelle l'industrie pétrolière n'offre souvent que des contrats de travail temporaires, se limitant à 3 mois. Pour sa part, le secteur de l'enseignement devrait être revalorisé par des mesures incitatives en faveur de enseignants, en leur offrant notamment des logements décents.
A Bordj Omar Driss, et à l'instar de plusieurs contrées du sud du pays, le chômage a atteint des proportions alarmantes, particulièrement parmi les jeunes diplômés. Au-delà de ces problèmes de développement sectoriel, les habitants de Bordj Omar Driss font face à des contraintes multiples, notamment l'approvisionnement en produits alimentaires. Le manque récurrent de liquidités au niveau de l'unique bureau de poste est l'autre point noir à Bordj Omar Driss, obligeant les usagers de la poste à se déplacer jusqu'à In Amenas, distante de 500 kilomètres, pour retirer leur argent. Ici, un seul centre de santé est ouvert aux patients pour les premiers soins et ne peut prendre en charge les cas urgents pour lesquels il est nécessaire de procéder à l'évacuation des patients vers Ouargla… à 500 km de là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.