«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adrar : malaise à l'hôpital
Actu Ouest : les autres articles
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2013

Une soixantaine de médecins et paramédicaux ont observé, hier matin, devant le siège de la direction de l'hôpital «Ibn Sina» d'Adrar, un sit-in en guise de protestation contre la dégradation de leurs conditions de travail.
C'est la deuxième fois en l'intervalle d'un mois que les affiliés à la corporation médicale affichent leurs préoccupations socioprofessionnelles. Le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) a exhibé une plateforme de revendications mettant à nu la défaillance dans la gestion de cette principale structure médicale du chef-lieu de wilaya. Une entité qui est censée assurer une bonne couverture sanitaire à une population estimée à quelque 70 000 habitants.
Les contestataires déplorent l'insuffisance de personnel médical et des auxiliaires de la santé. «Nous avons un manque flagrant de médecins et de spécialistes, de paramédicaux et de sages-femmes. Faute de moyens de travail, 8 spécialistes dont un orthopédiste, CCiste, radiologue ont fui Adrar pour rejoindre d'autres structures médicales», nous déclara le docteur Abderrahmane Belouafi, SG du SNPSP. Et d'ajouter : «L'effectif spécialisé est composé d'un seul gynécologue, 3 chirurgiens, 3 réanimateurs, un radiologue et un ophtalmologue. Ce dernier ne dispose d'aucun équipement pour pouvoir exercer son travail convenablement.
Les services des urgences souffrent d'encadrement et de moyens d'intervention. Le laboratoire est obsolète à cause de l'indisponibilité de réactifs et d'appareils destinés à la biochimie d'hormonologie. Le service de réanimation est inexistant. Quant à la programmation, celle-ci ne se fait plus car le bloc opératoire est à l'arrêt depuis juin 2011 par manque de matériel d'anesthésie-réanimation», signale notre interlocuteur.
«Cette situation pénalisante a fait que plus de 600 patients ont été évacués vers les hôpitaux du nord, de Ghardaïa ou Béchar. Certains malades laissent leur vie en cours de route lors de leurs transferts par manque d'ambulances médicalisées», a-t-il ajouté. De son côté, le directeur de la santé, M. H. Lalama, nous fait savoir qu'il vient de limoger le directeur de cet EPH ainsi que son économe. Et que le ministre vient de nommer un nouveau directeur, en provenance de Bouira, pour redresser la situation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.