Conférence internationale de Palerme sur la Libye: Ouyahia plaide pour une solution inclusive    Proposé par l'Egypte: Le cessez-le-feu à Ghaza après les accrochages    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    RENOUVELLEMENT DU CONSEIL DE LA NATION : Charef Benchenni représentera le FLN    REAPPARITION DE LA ROUGEOLE : Le ministère de la santé rassure    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Jil FCE optimiste    Sans perturber les vols : Nouvelle zone de turbulence à Air Algérie    Fin d'examen de l'avant-projet détaillé    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Seddik Chihab à propos de la réponse de Tayeb Louh à Ouyahia : «Je n'ai rien à dire !»    Début des grandes manœuvres avant Lomé    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    Secteurs de l'habitat et des télécommunications : Trois conventions-cadres signées    Les syndicats dénoncent de «la poudre aux yeux»    Comment faire sortir le Salon du Palais    Tourisme : Il ne suffit pas d'avoir des hôtels…    Tigzirt (Tizi-Ouzou) : Une femme meurt asphyxiée au monoxyde de carbone    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    L'écrivain Mahmoud Aroua : «Il est difficile de se faire éditer»    Alger accueille le 2e grand prix Abdelkrim Dali    Il pourrait revenir sur scène avant l'été : Meskoud garde sa belle voix    GC Mascara: Des conflits qui mettent le Ghali en danger    IRB Oued Taria: Le club de football disparaît    Des comprimés psychotropes saisis, 4 individus arrêtés    Incertitudes    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Un appel ayant visé à provoquer la «fitna»    Relizane: Une usine Ford à Sidi Khettab    L'armistice vu par un indigène    Pour booster la coopération algéro-grecque: Une commission interministérielle mixte et un forum des hommes d'affaires, en 2019    Nuit d'horreur à Constantine !    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Abdelkader Bouazghi depuis Bordj-Bou-Arreridj : " La réconciliation nationale a été un cadre de forte mobilisation pour mener à bien le programme ...    Travaux publics et Transports : Plus de 70 nouvelles gares routières entrées en exploitation    Copa Libertadores : Boca résiste à River (2-2) dans une Bombonera en fusion    Attal buteur, Mahrez passeur, Feghouli de nouveau titulaire    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CRASC : le sociologue, Jean-Paul Fourmentraux, interroge le Net-art
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 24 - 04 - 2013

L'avènement d'internet, sa démocratisation et ses rapports avec l'art est en substance le contenu de l'intervention, au Crasc, à Oran, de Jean-Paul Fourmentraux, maître de conférences à l'université de Lille.
Le sociologue, invité de l'Institut français, est également intervenu à l'Ecole des beaux-arts d'Oran pour une communication centrée sur la pratique elle-même. Au Crasc, devant un public de chercheurs en sciences humaines, il part du principe que «les artistes ne prennent pas pour argent comptant ce que leur propose la politique, la publicité etc., mais aussi la technologie et se donnent toujours le temps de réfléchir et de développer des démarches alternatives».
Auteur, déjà, d'un ouvrage Art et Internet, paru en 2005, puis réédité récemment, Il analyse donc le travail et les comportements de ces artistes, usagers pionniers d'internet au moment où ce média commence à se démocratiser dans les années 1995/1996. Il relève l'émergence et la production d'œuvres classées Net-art, et s'intéresse à la manière dont elles s'exposent et s'insèrent dans le monde de l'art en général. Par Net-art, il entend surtout ce qui est conçu par, pour et avec internet, car dans la Toile on retrouve aussi des œuvres anciennes de la manière qu'on pourrait les retrouver dans un livre ou une revue. Ici, il constate que l'art adopte une vision moins hiérarchisée avec la prise en considération des collaborations et des contributions d'autres acteurs : ingénieurs informaticiens, développeurs de programmes, performances des machines, etc.
Son étude tient compte des «pirates» ou «hackers» et s'intéresse à leurs opérations anonymes, aux environnements parallèles et alternatifs, qu'ils créent face aux institutions classiques : musées, galeries, etc., mais aussi face aux outils techniques qu'ils mettent parfois à mal. Il montre comment des artistes, activistes-designers, infiltrent les espaces intimes, créent des bugs, des erreurs et développent des spams pour aboutir à l'idée d'une territorialisation de cet espace virtuel devenu parfois un véritable champ de bataille, où s'affrontent les puissants et les partisans de la liberté et des usages démocratiques et gratuits des outils techniques.
Le groupe d'artistes européen «Etoy», dont le site éponyme a été menacé de fermeture par une multinationale suisse de jouets «Etoy», a dû livrer une véritable guerre (wartoy) sur le Net pour recouvrer ses droits en infligeant une perte conséquente au groupe suisse, en utilisant les ressources offertes par ce média. En plus du Chaos computer club (CCC), collectif de hackers influents en Europe qui interviennent sur l'espace public, Il donne également l'exemple du groupe Yes Men, collectif activiste et artistique qui, en multipliant les canulars, tentent de dénoncer le libéralisme et ses effets pervers sur la société. On leur doit l'édition et la distribution gratuite, à 100 000 exemplaires, d'une fausse édition du New York Times où sont publiées uniquement les bonnes nouvelles dont par exemple, à l'époque (novembre 2008), la fin de la guerre en Irak.
Les activistes du Net-art peuvent même, par ailleurs, s'attaquer aux logiciels de conception artistiques, tels photoshop en considérant que les fonctions prêt-à-porter limitent les possibilités de création des artistes. Ce type de logiciels apporte des nouveautés mais reste verrouillé, ce qui est perçu comme une sorte de dictat comme le sera le moteur de recherche Google utilisé et piraté par l'artiste informaticien Christophe Bruno. Dans ses œuvres, celui-ci critique la logique marchande d'internet.
Certains artistes font entrer l'idée de l'interactivité dans l'art avec, notamment, Martin le Chevallier et ses vidéos interactives par simple clic ou Samuel Bianchini (Tous ensemble), un autre exemple de collaboration entre art et technologie, mais aussi une tentative de rendre les médias participatifs. Parmi les figures du Net-art, Jean-Paul Fourmentraux cite le collectif Jodi et Mark Napier qui a élaboré Shredder 1.0, dont la fonction consiste à craquer les codes de sites Web pour créer des compositions abstraites originales.
Interactives, génératives ou participatives, les œuvres du Net-art se distinguent par une nature immatérielle mais aussi par une certaine ubiquité avec un accès simultané illimité. L'universitaire français tient compte de l'avènement d'un deuxième âge du Web, à partir de 2005, plus dynamique par opposition au premier jugé statique et où les possibilités de l'interactivité sont limitées. Le chercheur tient compte des stratégies économiques liées au développement de ce média et relève leur nature ambivalente : en même temps émancipatrices et contraignantes. D'où l'idée d'une inscription dans l'histoire de l'art, comme le fut la rupture des années 1950 avec l'avènement de l'art nouveau


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.