Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On l'appelle Madiba
La chronique africaine de Benaouda Lebdaï
Publié dans El Watan le 06 - 07 - 2013

L'Afrique du Sud est un pays post-apartheid depuis 1994, avec Nelson Mandela comme premier président noir, élu après 352 ans de colonisation.
Ainsi, les Noirs et les Blancs l'appellent affectueusement «Madiba», nom d'un chef de sa tribu qui a vécu au XVIIIe siècle. Né à Qunu dans le Transkei, Nelson Mandela fut un enfant heureux. Il a parcouru, depuis, un long chemin, traversant le XXe siècle et le début du XXIe avec une passion sans réserve. Cette longue et superbe vie, cet extraordinaire itinéraire, ne peuvent être contenus dans cette chronique.
Son autobiographie, La longue marche, et son ouvrage, Discussion avec moi-même, soulignent son extrême intelligence et son incommensurable volonté. Berger dès l'âge de cinq ans, même s'il appartenait à une lignée royale, on lui a appris qu'il fallait compter sur lui-même dans la vie. Sa soif d'apprendre et sa volonté à vouloir aller au-delà de son village l'ont mené à poursuivre de longues études, ce qui n'était pas acquis d'avance dans ces années-là pour un Noir. Il devient avocat dans la grande ville de Johannesburg. De la culture Xhosa acquise dans son village, il retient l'importance de la vie en communauté, la générosité envers autrui et l'échange. Ces éléments furent le moteur de toutes ses actions et expliquent son engagement politique, au-delà de sa révolte fondamentale en tant que Sud-Africain noir révolté par le racisme et luttant contre l'apartheid.
Dans son enfance, il avait entendu le nom de Robben Island, comme étant l'île de la mort et de la déportation. En Xhosa, on l'appelait «Esiquithini» et cela depuis le XIXe siècle avec le premier Xhosa à y être déporté, un certain Makana, un des héros du jeune Nelson Mandela qui ne savait pas que son futur engagement allait le mener à passer
27 ans de sa vie sur cette même île, dans une cellule minuscule. Mandela a étudié grâce aux missions chrétiennes britanniques. Brillant, il a attiré l'attention de ses enseignants qui l'ont poussé vers les études supérieures dans les années 1940. La seule université qui acceptait quelques Noirs était Witwatersrand, à Johannesburg, et c'est donc là qu'il débuta des études de droit. Il se mêle aux syndicalistes communistes des mines et il rejoint l'ANC en tant que militant, approchant ainsi des leaders comme Walter Sizulu qui se souvient toujours du jeune homme athlétique et fort élégant qu'il était, avec cette aura naturelle qui l'a toujours caractérisé.
Il se marie avec Evelyn Mase qu'il quitte quand elle lui demande de choisir entre elle et la politique, le foyer conjugal ou la libération de son peuple. C'est à cette période qu'il rencontre la belle Winnie Madikizela qui faisait des études d'infirmière à Johannesburg. Ils se marièrent en juin 1958. Winnie savait qu'en épousant Mandela, elle épousait la cause du peuple sud-africain et la lutte contre l'apartheid. Quelques années après son mariage, il rentre dans la clandestinité car recherché par la police de Pretoria. Il vivait à Soweto dans une petite maison que j'ai eu l'occasion de visiter et où il fut arrêté en 1959. Il fut jugé pour haute trahison durant le célèbre procès de Rivonia où il affirmait déjà qu'il ne luttait pas contre les Blancs mais contre le système inique de l'apartheid.
La clandestinité de Mandela fut très dure pour le jeune couple qui venait d'avoir une petite fille. Winnie Mandela se rappelait : «J'attendais toujours les petits coups sur la vitre vers l'aube, quand il réussissait à venir voir la petite famille.» L'activité de Mandela était intense, il avait voyagé en Afrique au nom de l'ANC pour récolter des fonds et de l'aide. Arrêté à nouveau, condamné à perpétuité pour terrorisme, il fut transféré à Robben Island, en 1963, où il subit travaux forcés, humiliation et déstabilisation psychologique. L'homme est exceptionnel d'humanité dans ses rapports avec les autres prisonniers politiques, dans son combat pour la reconnaissance de son statut de prisonnier politique et celui des autres prisonniers de l'ANC, dans ses rapport avec le peuple noir, métisse et indiens sud-africains, et aussi avec les libéraux blancs, comme Nadine Gordimer, qui luttaient contre l'apartheid. Durant cette vie de courage, il faut rendre hommage à Winnie Mandela qui a maintenu, durant le très long emprisonnement de son mari, le nom de Mandela dans l'actualité dans le cadre de la campagne «Free Nelson Mandela» et dans les townships où elle a maintenu la flamme de ce nom vivante.
C'est ainsi que le gouvernement de Pretoria, sous De Klerk, cédant à la pression internationale, débuta des négociations secrètes avec Nelson Mandela, pour sortir l'Afrique du Sud de l'impasse. Le monde entier a vu la libération de Nelson Mandela de Robben Island, auprès de Winnie Mandela, en février 1990. Nelson Mandela a réussi le tour de force de réconcilier l'inconciliable, d'éviter un bain de sang entre Blancs et Noirs en défendant l'idée d'une «nation arc-en-ciel», un bel exemple contre la bêtise humaine. Aujourd'hui, l'Afrique du Sud doit aller de l'avant en réglant les problèmes économiques et sociaux des Sud-Africains démunis, l'unique manière de continuer le combat d'un homme si humble dans sa vie privée mais si grand pour l'humanité. Nelson Mandela est une grande référence pour tous ceux épris de justice et d'équité. Le savoir aujourd'hui finissant ne peut faire oublier la force morale qu'il représentera toujours en tant que symbole de l'Afrique et de l'humanité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.