«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La couleur jaune, «signe de dégradation et de mort du phytoplancton»
Micro-algues marines sur le littoral
Publié dans El Watan le 06 - 08 - 2013

Après le vert, le jaune et bientôt le bleu ? La vague verte due à une algue marine, qui était apparue dans la baie d'Alger la semaine dernière, est en phase de résorption, assurent les spécialistes.
«La coloration jaune apparue dernièrement dans l'eau de certaines plages à cause de l'augmentation de la température commence à disparaître au fur et à mesure depuis trois jours», affirme ainsi, dans un jargon assez simpliste, le ministre de l'Environnement, Amara Benyounès. Le phénomène, médiatisé par le biais d'une image satellite publiée par le site web Secret-Difaa, a jeté l'émoi parmi la population. L'opinion publique peinait d'autant plus à croire que ces larges traînées d'un vert fluorescent ne puissent être autre chose que des signes avancés de pollution. Pourtant, les scientifiques et experts contactés affirment que ce qui s'est produit est un «bloom phytoplancton». L'organisme chargé d'effectuer et d'étudier les prélèvements effectués sur le littoral n'est autre que l'Institut national supérieur des sciences de la mer et de l'aménagement du littoral (ENSSMAL, ex-Ismal).
L'Ismal collabore d'ailleurs avec les ministères de l'Environnement et de la Pêche, au sein de la cellule de crise installée à cet effet, et fait, entre autres, partie intégrante du réseau de surveillance et de préservation du littoral. Et suite à de nombreuses analyses de l'eau de mer prélevée de ces différents points, il est apparu que ce phénomène n'est autre que la présence et la reproduction massive d'une micro-algue. «Ce phénomène, qui n'était pas arrivé depuis plusieurs années avec une telle ampleur, n'est toutefois pas exceptionnel», rappelle Djamel Eddine Zouakh, directeur de l'Ismal. «Cette multiplication fulgurante est provoquée par plusieurs facteurs. Le réchauffement et le manque d'agitation de l'eau, ou encore l'eutrophisation des milieux marins, qui est une augmentation des matières organiques, notamment l'azote et le phosphore», explique M. Zouakh.
Mais l'autre facteur aggravant est la pollution, qu'elle soit atmosphérique ou marine. D'ailleurs, l'azote présent dans l'eau provient surtout des nitrates agricoles, des eaux usées et de la pollution automobile ; quant au phosphore, il provient surtout des phosphates et des eaux usées. «L'eutrophisation est grandement due à l'action anthropique, à l'empreinte de l'homme donc. Plus il y a de rejets importants en mer, plus ce phénomène augmente», estime-t-il. Ce bloom phytoplancton, dont la micro-algue n'est pas toxique et ne présente aucune menace pour la faune et la flore marine, est en voie de diminution. «La couleur jaune qui a remplacé le vert est une preuve de dépérissement et de décomposition de ces organismes unicellulaires. L'épuisement des matières organiques induira la dégradation et la mort de ces algues», assure-t-on. Fausse alerte donc… Il n'en demeure pas moins que la baie d'Alger et le littoral algérien restent fortement exposés à la «vraie» pollution. En sus des rejets «organiques», il est enregistré une pollution industrielle due aux métaux lourds et hydrocarbures…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.