Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Est-ce une bonne chose pour l'Algérie ?
Quatrième mandat pour Bouteflika
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2013

Sept janvier 2012. Ahmed Ouyahia, alors Premier ministre et secrétaire général du RND, ose jeter une pierre dans le jardin fleuri de courtisans du président Bouteflika.
A une question des journalistes sur son soutien à un éventuel 4e mandat, Ouyahia dégaine : «Pensez-vous qu'un quatrième mandat rendra service à l'Algérie ?» Lancée à la cantonade, cette interrogation d'Ouyahia avait une réponse claire à ses yeux. Non. Ce n'est pas une bonne chose pour l'Algérie que Bouteflika rempile pour un 4e mandat.
Cette déclaration de guerre de celui qu'on aime à présenter – à tort ou à raison – comme le «poulain des services» n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Le divorce entre lui et Bouteflika sera consommé quelques mois après, en septembre précisément. Ombrageux, Bouteflika lui fera payer son outrecuidance en le faisant débarquer même du secrétariat général du RND, où il sortait pourtant d'un score plutôt honorable lors des législatives de mai 2012. Mais Ouyahia semble avoir commis l'irréparable aux yeux d'un Président qui se voit ainsi présenté au mieux comme inutile, au pire comme dangereux pour l'avenir de son pays. Il est vrai qu'Ouyahia avait signé, ce jour-là, une déclaration tonitruante, mais ô combien réaliste sur l'avenir de l'Algérie si, d'aventure, Bouteflika éprouvait encore le besoin de rallonger son séjour au palais, même sur un fauteuil roulant… Ironie de l'histoire, cette interrogation teintée d'inquiétude d'Ouyahia est d'une brûlante actualité. Un 4e mandat est-il une bonne chose pour l'Algérie ? C'est peut-être la seule question qui vaille d'être posée en l'état actuel de l'Algérie dans ses déclinaisons politiques, sociales, économiques et géopolitiques.
Un grabataire dans la peau d'un «sauveur»
A l'heure où les thuriféraires du régime et les partisans du statu quo mortel redoublent d'activisme pour nous expliquer, à coup d'arguments qui défient les sciences politiques, qu'il est encore le «sauveur», n'est-il pas plus judicieux de s'appesantir sur ce qui en coûterait au pays de lier encore son sort à Bouteflika ?
Parce que, au-delà des intérêts politiques et matériels immédiats de ses alliés et ses ralliés, se pose la lancinante question de l'avenir du pays. Et à voir les «hommes» qu'il a choisis pour se relancer à l'assaut du 4e mandat, beaucoup d'Algériens se tiennent la tête. Avec Tayeb Louh à la Justice, Tayeb Belaïz à l'Intérieur, Mourad Medelci au Conseil constitutionnel et surtout Amar Saadani à la tête du FLN, il y a de quoi s'inquiéter. Ces personnages, pour ne pas en citer d'autres, résument à eux seuls l'échec de Bouteflika dans leurs secteurs respectifs. Mais tout le monde aura compris que le bilan d'un ministre ne se juge pas à l'aune de ses réalisations comptables. Le dernier casting gouvernemental aura édifié les plus hésitants que Bouteflika a fait honneur à sa tribu et à ses soutiens. Lui qui se plaignait du manque d'hommes d'Etat au début de son premier mandat en vient à nommer du tout-venant… Comme s'il fallait juste remplir une liste de ministres pour former un attelage gouvernemental, peu importent leur CV, leur background et leur talent.
Quant aux convictions, Bouteflika sait que le personnel politique algérien adopte des convictions qu'il peut en fonction de la direction du vent. C'est dire que, abstraction faite de l'idée qu'on se fait de Bouteflika, il vient d'amorcer un faux départ pou un 4e mandat. Jamais peut-être l'Algérie n'a été aussi mal en point et dans tous les domaines.
Recommencer l'échec
Pourquoi alors accorder une rallonge de vie à Bouteflika à la Présidence alors qu'il a échoué à tirer le pays vers le haut malgré les incroyables ressources à sa disposition ? Plus grave encore, Bouteflika a échoué dans sa mission en étant plus ou moins en bonne santé (encore que…). Serait-il politiquement judicieux de lui confier le destin du pays alors que ses activités se limitent à prendre un café «télévisé» chaque semaine avec son Premier ministre ? Il est à se demander s'il est raisonnable, pour un Président qui n'arrive pas à supporter une réunion du Conseil des ministres, de vouloir s'offrir un autre mandat. A fortiori avec ses trois bilans qui sont aussi ses boulets, malgré les opérations cosmétiques de ses courtisans. Passons sur l'économie nationale, plombée par l'immobilisme et l'affairisme. Quant aux libertés et aux droits de l'homme, la gestion policière de la société sous Bouteflika aura fait de l'Algérie l'un pays les plus arriérés au monde. Mais c'est sur le terrain diplomatique qu'un éventuel 4e mandat pour Bouteflika risque d'être un vrai désastre. Ayant déjà fait l'impasse sur ses voyages à l'étranger mis à part pour se refaire une santé, Bouteflika a réduit l'Algérie à un simple spectateur des convulsions du monde.
Tout au plus, ce pays qui a fait une formidable révolution hérite du statut peu glorieux de «champion de la lutte antiterroriste» que distillent Paris, Londres et Washington. Une sorte de sous-traitant régional des Occidentaux façon Pakistan. La figuration qu'a dû faire Abdelmalek Sellal jeudi dernier à Bamako, à l'investiture du nouveau président malien, donne la pleine mesure du retrait diplomatique de l'Algérie, y compris sur la scène régionale.
Un 4e mandat est-il, in fine, «une bonne chose pour l'Algérie» ? La réponse paraît presque évidente. Pour Bouteflika et son clan, la réponse ne l'est pas moins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.