Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P.-dg    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Russes et Saoudiens "très, très proches" d'un accord    Rezig: Radiation des commerçants coupables de contravention du registre de commerce    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    "Confinement total et masque pour tous"    Les officiers-généraux et les officiers supérieurs font don d'un mois de salaire    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Assouplissement des obligations fiscales    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paléontologie, à la découverte des fossiles enfouis
Etudiant : les autres articles
Publié dans El Watan le 06 - 11 - 2013

Comment à partir de simples fragments d'ossements ou de squelette, des chercheurs étudient les comportements, les aspects ainsi que les modes de vie des populations durant la préhistoire. C'est ce que tenteront de nous faire découvrir les chercheurs du CNRPAH d'Alger.
Il y a des millions d'années, des êtres vivants, végétaux et animaux, ont arpenté le monde. Ils ont vécu, disparu et laissé des traces de leur présence par des fossiles ou des os définitivement incrustées dans la pierre ou sous terre. Comment pouvons-nous connaître ces détails ? Telle est la mission des chercheurs paléontologues. Patients et passionnés dans leur métier, ils s'intéressent à l'étude des fossiles de ces êtres oubliés par le temps. A quoi ressemblaient-ils ? comment se déplaçaient-ils ? quand ont-ils vécu précisément, et dans quel environnement ? Pour répondre à ces questions, un travail fatigant et de longue haleine est mené par des chercheurs émérites en paléontologie au centre national de recherche préhistorique, anthropologique et historique (CNRPAH), situé en plein centre-ville d'Alger.
En arpentant des escaliers menant à un laboratoire, nous apercevons devant nous une salle appelée «Salle Lucy», en référence au fameux squelette trouvé en Ethiopie en 1974. «nous avons un exemplaire de Lucy, que très peu de pays dans le monde possèdent. Ce vieux squelette d'hominidé préhistorique, âgé de plus de 3 millions d'années, trouvé à Addis-abeba, dans la région d'Haffar, est considéré comme un ancêtre très ancien», nous apprend Souhila Merzoug, responsable du laboratoire de paléontologie et d'archéozoologie au CNRPAH.
Des crânes d'hominidés et des milliers de fragments d'os reposent dans cette salle. Ils viennent de différents sites préhistoriques du pays et sont bien conservés dans des tiroirs ou des coffres vitrés. Depuis la période coloniale jusqu'à ce jour, la mission du CNRPAH concerne la recherche dans les domaines de la culture et des interactions de l'homme avec ses milieux de la préhistoire à nos jours. «notre travail consiste à étudier les comportements, les aspects ainsi que les modes de vie des populations durant la préhistoire, c'est-à-dire avant l'avènement de l'écriture jusqu'à la période actuelle où l'homme a évolué», ajoute-t-elle. En effet, pour reconstituer ces biodiversités du passé et donner vie à ces êtres dormants ensevelis depuis des milliers d'années dans les quatre coins du pays, qui possède contre toute attente un patrimoine préhistorique insoupçonné, les paléontologues du centre divisent leur travail en quatre grandes étapes. Aventuriers et chercheurs, ils se représentent souvent comme une sorte d'«Indiana Jones».
à la recherche de traces fossiles
Il ne s'agit pas d'un espace où des fossiles et des squelettes apparaîtraient sous de simples coups de pinceaux, mais un véritable travail de fourmi. La fouille d'un site prend des allures d'enquête policière. «Nous commençons par une prospection qui consiste à trouver les fossiles enfouis dans des environnements sédimentaires», explique Souhila. Mais la tâche ardue qui exige une attention particulière et une concentration considérable est d'extraire ces fossiles en utilisant des outils spéciaux. «nous appelons ça une fouille systématique basée sur le quadrillage et le relevé des fossiles découverts», précise -t-elle. L'équipe de chercheurs devra donc récupérer un maximum d'informations permettant, à tout moment, de reconstituer la disposition des vestiges sans pour autant abîmer les fossiles trouvés. Elle nous a informé également sur une fouille qui se déroule actuellement sur un site préhistorique, «Kef Dahmouni», qu'elle dirige dans la région de Tiaret, et d'autres fouilles importantes menées par des chercheurs du CNRPAH.
Transport des fossiles
Cette étape consiste à identifier les fossiles découverts une fois transportés vers le laboratoire, la patience est la clef de la réussite dans ce travail. «Dès que les restes arrivent dans le laboratoire, nous entamons l'identification de ces fossiles, en étudiant leur anatomie, leur taxonomie, autrement dit identifier le taxon, l'espèce, et essayant d'estimer l'âge et du sexe (mâle ou femelle) quand cela est possible», précise-t-elle. Une étape complexe qui incite les paléontologues à travailler en équipe, où chaque membre apporte sa propre spécialité entre archéologues, géologues et préhistoriens ; cette étape mettra du temps pour pouvoir arriver à un résultat précis.
«Nous travaillons dur pour identifier et déterminer les fossiles, car ce n'est pas une tâche aisée quand il s'agit des fossiles qui datent de centaines milliers d'années», relate Samia Aouimeur, préhistorienne et lithicienne au CNRPAH. Elle ajoute aussi que le personnel de recherche «doit être très important, c'est pourquoi nous cherchons à transmettre ce flambeau à la jeune génération de diplômés dans le domaine de la recherche préhistorique, anthropologique et historique, intéressés par une vie de recherche passionnante et mystérieuse.»
Analyse des données
Pour que les fossiles nous révèlent tous leurs secrets, nos chercheurs paléontologues quantifient les restes. Pour comprendre dans quelles conditions climatiques vivaient ces animaux et bien d'autres, ils reconstituent le paléoenvironnement et le paléoclimat. «Cette discipline se nomme l'archéozoologie, l'étude va concerner plus précisément la relation entre l'homme et l'animal ; par exemple, la chasse, la domestication, l'utilisation des restes osseux et la matière dure d'origine animale pour la confection de parures ou d'outils», indique Souhila.
Diffusion des résultats
Une fois que les fossiles sont préparés et soigneusement étudiés, il est temps de publier les résultats dans les supports éditoriaux du CNRPAH, ainsi que dans des revues internationales. Des livres et des articles sont destinés au grand public, y compris les expositions pour les musées. Cependant, la diffusion de ces merveilles, qui cachent bien une histoire avant l'histoire, demeure très limitée à des revues scientifiques hyper spécialisées dans le domaine. «Il y a un manque important de reportages et d'articles quant aux découvertes préhistoriques en Algérie», déplore Souhila. En effet, la couverture médiatique des découvertes de fossiles préhistoriques sur notre territoire national est très restreinte, et c'est dommage, car notre pays est encore un vaste champ aux trésors de l'histoire humaine ; une médiatisation plus importante donnera plus de dynamisme aux recherches dans ce domaine prestigieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.