Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le scanner et le service d'ophtalmologie non opérationnels
Boumerdes : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 11 - 2013

Les responsables de l'hôpital de Thénia ont-ils menti au nouveau ministre de la santé et de la réforme hospitalière ? Lors de sa dernière visite dans cet EPH (établissement public hospitalier), le ministre s'est montré très satisfait des conditions de prise en charge des malades.
Le DSP et le directeur de l'hôpital l'ont rassuré que tout fonctionne à merveille, notamment après l'ouverture du nouvel hôpital. Or, la réalité est tout autre. Le scanner et le nouvel appareil de radiologie ne sont toujours pas opérationnels, à cause, nous dit-on, du manque de médecins radiologues et de techniciens spécialisés dans la manipulation de ce genre d'équipement médical. Ce problème se pose avec acuité au niveau de nombreuses polycliniques de la wilaya. Le seul appareil de radiologie qui est fonctionnel dans ledit établissement est celui se trouvant au service des urgences. Sa mise en marche est assurée par huit techniciens 24h/24 et 7j/7, a-t-on appris.
Les malades ne comprennent toujours pas pourquoi les responsables du secteur n'ont pas recruté des médecins radiologues pour pouvoir faire des examens de scanner à l'hôpital. Surtout lorsqu'on sait que ce type d'examen coûte entre 8.000 et 12.000 DA chez les privés. Outre cela, le ministre de la santé semble ignorer également que le service d'ophtalmologie fonctionne encore au ralenti. Malgré la disponibilité des moyens matériaux nécessaires, le personnel médical qui y travaille n'assure que les consultations et les soins d'urgence. Lors de notre passage, nous avions trouvé six patients en train d'attendre devant le bloc pour obtenir un hypothétique rendez vous pour se faire opérer l'œil.
À l'intérieur, quatre employés, vêtus de tabliers blancs, trient le dossier dans l'obscurité. «Vous voyez, ils n'ont même pas d'électricité. On m'a dit que le groupe électrogène est en panne», tempête un sexagénaire, souffrant de la cataracte. Et d'enchaîner: «cela fait deux ans que je cours. En vain. À chaque fois que je viens ici on me demande de patienter», rouspète-t-il, ajoutant que ses revenus ne lui permettent pas de se soigner chez un privé. «Je touche une retraite de 13.000 DA/mois, alors qu'une simple opération chez le privé coûte 40.000 DA, mais si elle sera effectuée avec un lazer, elle revient à 80.000 DA. Donc je n'ai plus le choix, je suis obligé d'attendre jusqu'à l'ouverture de ce service», grogne-t-il. Ce problème se pose au niveau des tous les services de chirurgie.
Un patient présentant une vésicule biliaire, affirme avoir attendu 14 mois pour se faire opérer au niveau du même hôpital. Notre interlocuteur ne sait plus à qui se plaindre. Lui et tant d'autres malades ignorent même où se trouve le bureau du directeur de l'hôpital. Lors de notre passage, pas l'ombre d'un employé du secteur n'était sur les lieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.