Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre Kateb Yacine : hommage à Djamila
Tiziouzou : les autres articles
Publié dans El Watan le 19 - 12 - 2013

La 11e édition des Journées nationales théâtrales d'expression amazighe a été lancée mardi dernier au théâtre régional Kateb Yacine de Tizi Ouzou en hommage à la grande chanteuse kabyle «Djamila», de son vrai nom Bachene Djoher.
Cet hommage, qui s'étale du 17 au 21 décembre courant, est organisé par l'association Amezgoun n'Djerdjer, en collaboration avec la direction de wilaya de la culture, l'APW de Tizi Ouzou. Djamila est connue pour son talent en tant que chanteuse, actrice de cinéma et femme de théâtre. Au programme de cet hommage, dont l'ouverture a été marquée par une minute de silence à la mémoire du grand comédien et chanteur kabyle, M'henni Amroun, figurent plusieurs pièces théâtrales, ainsi qu'un monologue, qui seront présentés durant la semaine par des associations du 4e art venues d'Oran, de Béjaia, de Ghardaia et de Tizi Ouzou.
Ouvrant la manifestation, le directeur de la culture a rendu hommage à celle qui berce toujours les admirateurs de sa chaude voix et égayait dans le passé les auditeurs de l'émission radiophonique «Ourar n elkhalat» qu'elle animait à la Chaîne 2. Djamila est née en mai 1930 à Aït Bouhini, à Azazga. Elle a passé son enfance à Alger où elle a côtoyé Chabha, une autre chanteuse de talent. En découvrant sa voix mélodieuse prédestinée à la chanson, cette dernière l'a présentée à la Radio algérienne pour des essais qui se sont avérés concluants. C'est ainsi qu'elle fera ses débuts à la radio kabyle dans les années 1950, avant d'animer une émission intitulée «Les femmes aux foyers», puis une autre sur l'enfance.
Djamila marquera également le chant patriotique en kabyle, notamment par «Ledzayer» (l'Algérie), ainsi que l'émigration avec «Abahri siwed as slam», des titres qui lui ont valu le succès. A l'indépendance, elle gagnera encore plus de notoriété aux côtés d'artistes de renom (Nouara, Cherifa, Youcef Abdjaoui…). Présente à cette fête organisée en son honneur, Djamila, émue, dira avec une grande humilité : «Jeunes filles et garçons, vous avez le devoir de reprendre le flambeau de la chanson kabyle. Instruits, vous pouvez relever tous les défis. Notre génération était analphabète en majorité, mais elle a su lutter non seulement pour l'indépendance nationale, mais aussi pour le triomphe de notre culture, de notre langue, à travers la radio et la télévision…», dira-t-elle pendant que le public l'ovationnait chaleureusement. Elle recevra ensuite un cadeau symbolique de reconnaissance pour sa carrière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.