Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'émergence des voix féminines
Conférence sur la musique andalouse par Fadilet Diff
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2014

En marge du Festival de la musique andalouse et des musiques anciennes qui s'est tenu dernièrement, la musicienne Fadilet Diff a clôturé le cycle de conférences au niveau de l'Institut national supérieur de musique, à Alger, en intervenant sur la thématique «Musique andalouse et expressions féminines».
Brillamment présentée par l'une de plus belles voix féminines andalouses, Fazilet Diff a soutenu qu'actuellement il existe un véritable retour aux voix féminines. Contrairement aux voix masculines qui tendent à disparaître. En effet, après une époque de belles voix ayant appartenu à Mahieddine Bachtarzi, Dahmane Benachour et Sid Ahmed Serri, il manque actuellement dans la nouvelle génération le ou les futurs maîtres qui marqueront leur temps. C'est du moins ce qu'a avancé la conférencière.
Maâlema Yamna Bent El Hadj El Mehdi (1859-1933) est la première femme à avoir ouvert la voie de la chanson féminine.
C'est la première femme à avoir maîtrisé le titre de Mâalama et à constituer un orchestre féminin, se produisant devant un public masculin. Elle a été, pour ainsi dire, le fer de lance pour les autres artistes qui arriveront par la suite, dont entre autres Chekha Tetma, Meriem Fekhai et Fadhéla Dziria. Au lendemain de l'indépendance de l'Algérie, les femmes sont plus nombreuses à intervenir dans tous les genres musicaux. Cependant, elles arrivent plus nombreuses dans le classique. Le nombre d'associations musicales andalouses augmente aussi. Bien que la liste des chanteuses arabo-andalouses algériennes soit large, Fazilet Diff a axé son étude sur trois femmes solistes. Elles ont toutes eu un parcours dans lequel on retrouve des simulitudes. Elles ont transité respectivement par le Conservatoire d'Alger et par deux prestigieuses associations, El Sendoussia et El Fakhardjia... En outre, elles ont été encadrées par des professeurs de référence, à l'image de Bachir Mazouni et Nourreddine Saoudi. Fazilet Diff commencera par l'artiste Beihdja Rahal.
Cette dernière s'est spécialisée dans la nouba. La conférencière affirme : «Behidja Rahal reste à la quête de poésie et de mélodies rares. Elle assure elle-même la direction de son orchestre. Beihdja n'apprécie pas les petites variations. Elle est sollicitée régulièrement par les maîtres. Il y a beaucoup de technicité dans sa façon de faire. Elle ne modifie jamais le caractère du rythme. Elle s'est lancée dans l'enregistrement de 22 noubas. Elle reste inégalée dans sa génération. Elle a fait des enregistrements que certains n'ont pas réalisés.» Deuxième exemple cité, la chanteuse Dalila Mekkader. Exilée aux Etats-Unis durant une vingtaine d'années et aux Emirats arabes unis depuis 8 ans, elle aussi a fait le Conservatoire d'Alger et rejoint les deux associations musicales andalouses, Essendoussia et El Fakhardjia. Elle pratique autant la nouba que le âroubi et le hawzi. Elle a réalisé trois albums. Fazilet Diff indique que l'une des particularités de Dalila, «c'est qu'elle a une voix puissante avec des capacités pour des variations différentes.
Elle chante excellemment bien à l'ancienne. Elle n'est influencée par aucun courant musical nouveau», argue-t-elle. Lamia Maâdini est une autre belle voix féminine qui se consacre à la nouba classique. Elle a étudié au Conservatoire d'Alger et a regagné Essendousia et El Fakhardjia. Fazilet Diff soutient que Lamia Mâadini a toujours suivi les recommandations de son professeur Nourreddine Saoudi. Elle excelle dans les instikhbar, et ce, grâce à sa capacité de variations vocales.
Elle a enregistré une dizaine de CD. Il est à noter qu'il existe d'autres performantes voix féminines telles que Nassima Chabane, Imène Sahir, Lila Borsali, Leila Benmarah et Meriem Benallal. Nous assistons également à l'avènement d'ensembles de musique andalouse exclusivement féminins. De nombreuses associations arrivent d'ailleurs à programmer des ensembles féminins, à l'image de l'association Ahbab Cheikh Es Sadeq El Béjaoui, l'association El Fen Oual Nachat de Mostaghanem, et l'association El Inchirah de Constantine. D'autres tentatives d'ensembles féminins ont vu le jour à travers les associations musicales andalouses d'Alger El Inchirah d'Alger, et l'association La Corboda. En guise de conclusion, l'intervenante Fazilet Diff a estimé que ces trois artistes viennent enrichir le panorama musical andalou d'Alger avec leur différence dans l'interprétation d'un même répertoire. «Elles s'inscrivent dans la pérennité de la tradition musicale algéroise. Il y a une féminisation de l'élite musicale», explique-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.