Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'exploitation des eaux du barrage Dahmouni suspendue
Publié dans El Watan le 10 - 06 - 2006

La décision portant autorisation de pompage de deux millions de m3 d'eaux à partir du barrage de Dahmouni, 20 km à l'est du chef-lieu de wilaya de Tiaret, au profit des agriculteurs de la région, a été suspendu ce week-end par les autorités locales, à l'issue d'une rencontre entre le wali, les directeurs des services agricoles, celui de l'hydraulique, des chefs des daïras concernés ainsi que le chef de projet.
Les motifs invoqués sont liés à l'absence de traitement de ces eaux charriées depuis Tiaret. Traitement de plus de dix millions de m3/an qui devrait s'effectuer en aval grâce à la mise en marche d'une station d'épuration que coréalise une entreprise Allemande avec le groupe COSIDER. La décision serait motivée, selon les termes du communiqué de la wilaya, pour « préserver la santé publique jusqu'à l'obtention des analyses ». Cela laisse supposer une probable pollution de ces eaux contenues dans un barrage destiné à l'irrigation de plusieurs centaines d'hectares où l'on pratique à outrance les cultures potagères, notamment la pomme de terre, l'oignon et la tomate. Les récoltes sont produites par des variétés hâtives en été et tardives en automne. La pomme de terre est souvent attaquée par le mildiou ou les maladies des plantes qui se manifestent sur le légume par des moisissures et des tâches brunes suivies d'un flétrissement général.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.