JM/Volley-ball (Gr. C - 3e J): résultats et classement    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des terrils de charbon menaçants à Béchar
Publié dans El Watan le 12 - 06 - 2006

Les 5 terrils de charbon géants de Béchar-Djédid et leurs scories résultant de la combustion du charbon en plus de leur nocivité supposée, en sont une parfaite illustration d'atteinte permanente à la qualité et à l'esthétique de l'environnement.
Pour rappel, la présence en ces lieux de ces terrils de charbon remonte à l'époque coloniale, durant l'exploitation des mines. A la faveur de l'urbanisation effrénée et anarchique de la ville, due en grande partie à l'explosion démographique, ces terrils de charbon encerclent aujourd'hui les agglomérations venues se greffer autour d'un tissu urbain sans cesse rétréci. Une situation qui a conduit à une dénaturation de l'environnement et, par ricochet, à la violation des règles urbanistiques par une laideur repoussante. Ainsi, selon les spécialistes, urbanisation et environnement sont intimement liés et les atteintes à la nature peuvent se présenter sous plusieurs formes anachroniques. Aussi, en plein centre-ville de Béchar, on peut retrouver une construction moderne surélevée (institutions financières), surplombant d'anciennes habitations traditionnelles datant des années 1930 aux normes architecturales de type saharien.
Paradoxes urbains
Un tel conglomérat d'habitats renseigne aisément des paradoxes d'une ville toujours à la recherche de l'harmonie et de cohérence en matière de type d'habitat approprié, font remarquer de nombreux observateurs. Il faut ajouter les autres préjudices classiques qu'endure sans cesse un environnement qui se dégrade de plus en plus et qui ne vas pas de pair avec une urbanisation mal assumée, notamment en matière d'hygiène où des tas d'ordures ménagères et autres gravats jonchent plusieurs quartiers de la ville et souvent déposés par incivisme. Mais, selon la population locale, l'atteinte la plus grave à la nature demeure sans conteste la catastrophe sanitaire et écologique que représente l'Oued de Béchar (13 km) qui coupe la ville en deux et qui dégage en permanence des odeurs nauséabondes dues à l'éclatement des canalisations traversant le lit de la rivière. Enfin, l'action aussi louable qu'elle soit, comme celle engagée depuis deux ans par la DUC pour réhabiliter les ksours de Béni-Abbès, Kerzaz, Taghit et Kénadsa, ne pourra, selon des avis partagés, suffire à sauver l'environnement et l'urbanisme des multiples transgressions qui revêtent plusieurs formes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.