Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des bombes curieuses
Contributions : les autres articles
Publié dans El Watan le 03 - 03 - 2014

Ce texte sera le dernier, pour longtemps, si le statu quo se maintient (victoire des adeptes du 4e mandat).
Car depuis le début de la révolution du Jasmin, je n'ai cessé d'appeler nos élites (dans une dizaine de contributions) à s'unir afin de sortir le pays de sa morosité. Peine perdue : certains étant tétanisés par la peur, d'autres ayant vendu leur âme, enfin, ceux imbus de leur petite personne qui prétendent sortir, à eux seuls, le pays de la médiocratie. Alors, autant cesser de «pousser un âne mort», surtout lorsqu'on est un Algérien lambda dépourvu de diplômes, de hautes fonctions et de troupes à mobiliser.
Après ce préambule, le sujet abordé est relatif aux derniers scandales étalés, dangereux pour la stabilité et la sécurité du pays. Le premier est l'œuvre du «responsable» de l'ex-parti unique (FLN) s'attaquant, avec une rare violence, à un névralgique service de sécurité (le DRS) qu'il accuse de «défaillances», en particulier, lors des actes terroristes de Tibhirine et de Tiguentourine. Les victimes étant des ressortissants étrangers, ces allégations sont nuisibles à notre pays car elles fournissent des armes à nos ennemis ainsi qu'aux adeptes du slogan débile «qui tue qui ?»… Pourtant, le dénouement du drame de Tiguentourine a été salué par les dirigeants des plus grands pays et constitue pour les patriotes algériens un motif de fierté. Notre justice est interpellée, elle qui porte un intérêt aux «facebookistes» et aux caricaturistes. Quant à la prétendue revendication d'un «Etat civil» et de la «démocratie», un enfant gâté du «système» est disqualifié pour nous donner des leçons sur ce sujet.
Le second dérapage provient de la divulgation d'informations gravissimes relatives à Saïd Bouteflika. En fait, ce chapitre comporte deux sujets différents : l'un, intéressant, contenant des accusations de détournement des deniers de la collectivité et de l'usurpation de fonction au sommet ; l'autre, répugnant, violant la vie privée (y compris l'enfance) d'un père de famille en portant lourdement atteinte à sa renommée. La publication de telles obscénités heurte notre conscience morale et rabaisse le niveau du débat au-dessous du nombril. Ces regrettables absurdités discréditent leurs auteurs et dévalorisent le prestige de notre pays. Qui sont les comandataires ou les motifs responsables de telles inepties ? On pourrait soupçonner au moins deux sources : les forces étrangères tapies dans le noir et la lutte des clans au pouvoir, se battant pour des intérêts contradictoires. La provenance de ces deux «bombes» est curieuse : un même site d'information en ligne.
Ne cherche-t-on pas à introduire le «tsunami arabe» par le sommet après son rejet par la base, grâce à la clairvoyance et au patriotisme des Algériens ? Nous devons être vigilants et unis afin de déjouer les plans des prédateurs qui veulent dépecer notre pays, car ses richesses et sa superficie attisent les appétits. Quant à ceux de nos responsables, aveuglés par les fastes du pouvoir et de la richesse matérielle, ils doivent se ressaisir afin d'admettre que nul n'est éternel : nous ne sommes sur cette terre que de passage. Que l'on demeure dans un luxueux palais ou dans un misérable taudis, l'essentiel est de se ressourcer : on peut vivre d'affreux cauchemars dans le premier et de merveilleux rêves dans le second. Que l'on se gave d'un méchoui ou que l'on se contente d'un plat de «berkoukess» aux lentilles, l'essentiel est le plaisir éprouvé. On peut continuer les comparaisons à l'infini…
Les frères et sœurs au pouvoir sont appelés à faire preuve de sagesse et de discernement en bannissant les actes odieux, car ils sont des hommes (et des femmes) d'Etat au service de la nation. S'ils sont moins performants, ils céderont la place aux autres sans rechigner : l'alternance au pouvoir étant l'essence de la démocratie. Après tout, que valent nos petites personnes comparées à nos martyrs ayant sacrifié leur vie, à la fleur de l'âge, afin de nous libérer ? Si nous sommes atteints du culte de la personnalité, il est utile d'avoir ces deux exemples à l'esprit : celui du charismatique «zaïm», Messali Hadj, victime de son ego qui le précipita dans le giron des colons en reniant ses idéaux, et l'image de Larbi Ben M'hidi Larbi annonçant à ses compagnons surexcités : «J'aimerais mourir avant l'indépendance pour ne pas assister à vos déchirements pour le ‘koursi' !»
La campagne électorale n'est guère un combat de foire, ni un échange de vulgarités immorales, c'est une saine confrontation des idées permettant de sortir de la léthargie. Placé sur le chemin du progrès, le pays retrouvera la grandeur de notre Révolution qu'il n'aurait jamais dû quitter. Les institutions de l'Etat doivent être protégées, surtout l'armée, garante de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale (je profite de cette occasion pour présenter mes condoléances aux proches des victimes du crash d'avion). Oui à l'Algérie prospère et démocratique. Gloire à nos martyrs pour leur esprit patriotique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.