Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Curieuse ascension d'une nébuleuse terroriste
Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)
Publié dans El Watan le 24 - 09 - 2014

Lorsqu'elle a proclamé la naissance de l'Etat islamique en Irak, le 29 juin 2014, l'organisation terroriste Daech ne faisait qu'entériner ce qu'elle avait commencé en 2006, à travers la fusion de cinq groupes d'Al Qaîda, activant en Irak, avec une trentaine de tribus sunnites de la région d'Al Anbar, située à l'ouest de l'Irak, mais aussi sur toute la bande frontalière avec la Syrie et la Turquie, pour créer le conseil consultatif des moudjahidine (en Irak), qui, lui-même, va proclamer pour la première fois, l'Etat islamique en Irak (EI).
Le groupe adopte la stratégie de la terre brûlée, avance sur les terres irakiennes en ne laissant derrière lui que des cadavres et de la dévastation, sans pour autant susciter l'inquiétude de l'Occident. Six ans plus tard, EI rallie à ses troupes des branches d'Al Qaîda et étend son hégémonie jusqu'en Syrie où la rébellion islamiste bat son plein. Au mois d'avril 2013, EI devient «Dawla islamiya fil Irak oua Al Sham», c'est-à-dire «Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)», plus connu sous le nom de Daech et dont le chef, qui se déclare successeur du Prophète, porte comme pseudonyme Abou Bakr Al Baghdadi Al Husseini Al Quraichi, et se fait appeler Ibrahim.
Profitant de la défection de l'armée irakienne et du chaos qui règne en Syrie, il arrive en temps record à conquérir des villes entières. Avec une barbarie inouïe, ses troupes tuent les chiites, lapident les femmes, détruisent les mosquées, les églises et les mausolées et obligent les chrétiens à se convertir à l'islam ou à payer la djizia (impôt) sous peine d'exécution. En bref, le monde découvre un nouveau monstre qui ne cesse de prendre de l'ampleur. L'inquiétude s'installe au sein d'Al Qaîda, qui refuse que le Front Al Nosra, soit phagocyté par l'EI.
Dans un communiqué publié en juin 2013, Aymane Zaouahiri demande à Daech de renoncer à la Syrie sous peine de représailles. Les deux groupes n'ont plus les mêmes objectifs. Pour Daech, la guerre doit être menée contre les chiites et les Iraniens, alors que pour Al Qaîda, elle doit être dirigée contre les Américains, les Israéliens et les Occidentaux. Sur le terrain, les victimes sont principalement des musulmans notamment chiites.
En Syrie, le Front Al Nosra perd des dizaines d'hommes, tués par les membres de Daech, Puissamment armé et bien encadré par des troupes aguerries et visiblement entraînées, auxquelles se sont joints des contingents d'au moins 10 000 djihadistes venus d'une cinquantaine de pays d'Europe, d'Asie, d'Afrique et des monarchies du Golfe, financièrement, Daech devient une organisation des riches grâce à la générosité des pays du Golfe, de la Turquie, de certains Etats occidentaux, mais aussi aux puits de pétrole qu'elle contrôle en Syrie, le trafic d'armes et de carburant et les impôts qu'elle lève dans les zones sous sa responsabilité. De nombreux groupes djihadistes à travers le monde, comme en Tunisie, Libye et Algérie, lui ont fait allégeance sans pour autant la rallier.
Aujourd'hui, aussi bien sa puissance que son hégémonie sur une région riche en pétrole suscitent des interrogations. Certains la voient comme une création américaine pour justifier une intervention en Syrie, étant donné que celle-ci (intervention) ne peut être validée par l'ONU en raison du veto russe, faire tomber Bachar Al Assad et secouer le régime iranien. D'autres par contre, pensent que Daech a été enfanté par les monarchies du Golfe dans le but de l'utiliser contre l'ennemi commun, qu'est l'Iran. Mais, quels que soient ses parrains, Daech et sa stratégie de terreur rappellent le sinistre GIA (Groupe islamiste armé) en Algérie, cette organisation sanguinaire qui a endeuillé le pays durant toute une décennie et, étrangement, avec l'aide des mêmes monarchies du Golfe…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.