Comment dit-on «t'zaguett» en espagnol ?    La démission de Sahli de l'APN toujours d'actualité    La marche des libertés violemment réprimée    5e édition du Salon international de la sous-traitance    Appel pour un fonds pour le développement de l'Afrique    L'armée reprend le contrôle sur l'ensemble de la province de Soueida    Le groupe Renault dans l'expectative    Le Sportage à l'honneur    Le dossier sur les bureaux de la CNRL    Les «Rouge et Noir» en conquérants    La déroute des Canaris «L'efficacité nous a fait défaut»    Le nombre d'accidents en baisse    Des essais d'armes chimiques français au Sahara algérien ?    Le progrès informatique au service des arts et lettres    La générale de la pièce Istirahat El mouharidjine début décembre    22 novembre 1999 : assassinat de Abdelkader Hachani, un homme de dialogue    Tizi Ouzou : 55% des foyers ont accès à l'internet    600 associations se partagent 20 milliards    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Les Falaises: Deux blessés graves après une chute de plus de 40 mètres    Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    Le "Onze" gagnant de Belmadi    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    Le ministère du Commerce saisit la justice    Le terroriste abattu à Mila, identifié    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Ouyahia bientôt face aux députés    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le P-dg fait des révèlations    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ouverture au grand public est effective
Réserve naturelle de Réghaïa
Publié dans El Watan le 27 - 07 - 2006

Le centre cynégétique de Réghaïa a ouvert ses portes au grand public à la faveur de son inauguration, hier, par le wali M. Addou. Ce centre fut pour longtemps une réserve protégée aux seuls spécialistes qui y ont effectué leurs travaux.
Les Epics Erma, les Ateliers d'Alger et la Conservation des forêts qui le chapeautent se sont donné le mot pour achever les travaux de réaménagement, entamés le 7 mai dernier. Les familles qui s'y rendaient, auparavant pour se prélasser, n'auront plus à s'en cacher. L'entrée aux adultes sera de 20 DA alors que les enfants âgés de moins de 10 ans accéderont gratuitement au site. Les familles y trouveront des aires de détente, des cafétérias à la sortie sud, à l'intérieur et du côté de la plage d'El Kaddous. Une pizzeria y est aussi aménagée. Le gestionnaire se veut rassurant quant aux tarifs. Pour lui, les augmentations si elles viennent à être appliquées ne seraient qu'« infimes ». La structure, pouvant braver les caprices propres à la région, conçue par un étudiant de l'EPAU, peut accueillir quelque 200 personnes. « Comme prévu dans le contrat nous liant avec la direction, l'aspect hygiène sera pris en compte. Nous y veillerons d'ailleurs », affirme-t-il. Un centre d'éducation et de sensibilisation est mis en place. Il comporte une salle d'expositions permettant aux enfants de faire la connaissance des espèces faunistiques et floristiques, de deux salles, l'une destinée aux travaux pratiques des sciences naturelles et l'autre à la projection de films. Le centre est ouvert aux élèves des établissements scolaires. Le large public ne peut y accéder que les week-ends. L'encadrement sera assuré, insiste-t-on, par des enseignants et des concours y seront organisés.
Contraintes et menaces
Se rendre à l'enclos n'est guère aisé. La ville de Réghaïa est à plus de 3 km. Ainsi, un tronçon a été bitumé entre les vergers pour faciliter la tâche aux visiteurs. Aussi, des parkings sont aménagés pour les véhicules. Il s'agit de celui installé à la sortie sud du site de 100 places et de celui de 300 places se trouvant du côté de la plage d'El Kaddous. La sécurité du site sera assurée par les services de la Protection civile et ceux de la Gendarmerie nationale qui disposent chacun de cabines. Classé en juin 2003 sur la liste Ramsar (nom de la ville où a été signée en 1971 la convention internationale sur les marécages), le site, situé à quelque 30 km d'Alger, est d'une importance internationale majeure. Les oiseaux s'y établissant font l'objet d'analyses biologiques, chaque semaine. Un dispositif de veille est mis en place avec le soutien de biologistes camarguais en France. Lesquels ont signé des accords avec les services de la wilaya d'Alger. Probables menaces sur les visiteurs ? « Les personnes se rendant sur le site ne risquent rien », se contente-t-on de nous rétorquer. Les déchets industriels et ménagers menaceraient, à en croire des échos persistants, l'enclos. La station d'épuration de Réghaïa ne procède qu'au traitement physique. Le traitement biologique sera effectif, atteste-t-on, avec le réaménagement de la station, fin 2006. L'avancée du béton est aussi appréhendée par les spécialistes. Des cités voient le jour autour du site. S'y ajoute le danger que font peser le surpâturage, le braconnage, l'extraction anarchique de sable ainsi que la fréquentation estivale de la zone maritime. Un plan de gestion avec des objectifs à long terme est proposé. Il prévoit de prendre en charge divers aspects comme la sauvegarde du site, sa réhabilitation et son intégration adéquate avec son milieu. Sa rédaction interviendra en septembre. D'une durée de 4 ans, le plan est conçu en collaboration avec le centre biologique de la tour de Vallat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.