Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le système LMD ne constitue pas en lui-même un problème
Dahmane Ladjane, conseiller pédagogique de l'Université de Montréal (Canada)
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2014

Algérie, le système LMD pose problème. La polémique engagée quant à l'efficacité de cette doctrine d'enseignement et d'évaluation universitaire est toujours d'actualité.
Pour le conseiller pédagogique Dahmane Ladjane, de l'Université de Montréal (Canada), «le système LMD ne constitue pas en lui-même un problème, c'est la formation des enseignants à ce nouveau système qui a fait défaut». Ce spécialiste algérien, qui est également un concepteur de programme pédagogique, a animé, la semaine dernière, une journée d'étude portant sur «la pédagogie universitaire en contexte de l'enseignement supérieur en Algérie», organisée par le département de Lettres et langue française de l'université des frères Mentouri de Constantine.
El Watan étudiant l'a approché en marge de cette journée pour avoir davantage d'explications sur la question : «Le LMD est un système curriculaire d'harmonisation des diplômes par rapport à l'Europe ou aux pays occidentaux. L'introduction de ce système n'a pas été soutenue par des formations à la pédagogie universitaire. On a attendu beaucoup du système LMD, il n'en a rien été. Par contre, le système LMD n'a pas prouvé son échec. La problématique qui se pose est que nous sommes dans le système LMD et nous continuons à évoluer dans le système classique. Le premier est une approche par compétence, par programme. Quant au second, c'est une approche par objectif». Cela dit, la pédagogie universitaire qui est le parent pauvre de l'enseignement supérieur algérien mérite un peu plus de considération. «Pourquoi, en Algérie, on ne subventionne pas les programmes de pédagogie, contrairement aux programme de recherche ?» s'est-il interrogé lors de la conférence.
Pour rattraper les choses, M. Lardjane propose aux enseignants de rejoindre le E-learning, la formation en ligne : Educdz. Celle-ci est «un service de prestation et de formation à la pédagogie universitaire et médicale. C'est une formation électronique reconnue au Canada et qui est en train d'être reconnue par le ministère de l'Enseignement supérieur en Algérie. Elle ne porte pas sur l'expertise disciplinaire, mais plutôt sur le processus d'enseignement supérieur pour que les enseignants arrivent à améliorer leurs méthodes d'enseignement.»
La mise en place de bureaux de soutien à l'enseignement est le second point avancé par le conseiller en pédagogie, hôte de la ville du Vieux Rocher. Selon lui, ces bureaux de soutien à l'enseignement qu'on envisage d'ouvrir à Constantine, Oran et Ouargla s'occuperont de la formation des formateurs. Néanmoins, former l'enseignant algérien à la pédagogie implique l'appel aux gens spécialistes en la matière que l'Algérie n'a malheureusement pas formés !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.