Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«On pourra faire de la derja une langue aboutie si...»
Amine Khemissi. Auteur de la page «L'Algérien pour les nuls» sur Facebook
Publié dans El Watan le 25 - 12 - 2014

-Comment est venue l'idée du lancement de la page «l'Algérien pour les nuls» ?
Au début des années 2000, j'ai fini une licence en anglais. Ce cursus m'a donné envie de creuser encore plus le monde linguistique, notamment le parler algérien. J'avais commencé par créer un site web pour récolter, discuter les subtilités de cette langue. J'aimais décortiquer les mots, les expressions, les proverbes. Et à chaque fois, l'étymologie était surprenante : latine, berbère, turque, arabe, hébraïque, espagnole, française...
-Pensez-vous qu'il est important de réhabiliter la derja et pourquoi ?
Je pense effectivement qu'il est important de réhabiliter la derja, comme vous le dites, ou simplement de la promouvoir, car elle ne l'a jamais été de façon officielle. Beaucoup d'écrivains ont fait de la derja le moteur de leur œuvre ; je pense à Kateb Yacine. Mais jamais elle n'a été prise au sérieux par les systèmes éducatifs qui se sont succédé. Sans doute parce que la tâche, à juste titre, paraît titanesque et les priorités ailleurs. On a préféré arabiser, mais ça n'a rien donné non plus en termes de progrès culturels et scientifiques. Comme les peuples du monde entier où l'arabe est langue officielle et première, on est obligé de passer par des langues abouties, souvent l'anglais ou le français, pour rester à jour avec le monde.
-Notre langue maternelle reste cantonnée dans l'oralité, le fait de la transcrire pourrait en faire une langue à part entière. Qu'en pensez-vous ?
Quand on pense que la langue anglaise a commencé par un statut de «derja», puisque au début du Moyen-Âge les Anglais ne parlaient et n'écrivaient qu'en français ou en latin, l'anglais étant une langue inaboutie et seulement utilisée oralement par le petit peuple, et qu'à peine la Renaissance dépassée on avait un Shakespeare, on se dit qu'il faut commencer aujourd'hui avec notre derja, même s'il faut la faire cohabiter avec d'autres langues chemin faisant. Un jour ou l'autre, elle sera mûre. Il faut commencer aujourd'hui.
-La langue n'obéit pas à des règles définies. Comment concevez-vous vos cours d'algérien ?
Comme je parle plusieurs langues, français, anglais, allemand, arabe et espagnol, je fais de la comparaison, comme la fameuse méthode Assimil. Car à chaque fois la derja ressemble à l'une ou l'autre. Pour ne pas paraître trop docte et éviter l'ennui, souvent je passe par le sarcastique ou le burlesque. On rit et on apprend. Beaucoup de non-Algériens m'écrivent pour me dire qu'ils adorent ces petits cours d'algérien qui leur semblent une bonne introduction à notre langue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.