"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Touareg reprennent le chemin d'Alger
La CMA accepte de parapher l'accord de paix au Mali
Publié dans El Watan le 14 - 05 - 2015

Des sources touareg expliquent que les représentants de la CMA n'ont accepté de parapher l'Accord d'Alger que «pour prouver leur attachement au processus de paix et essayer de faire avancer les choses».
La patience et la persévérance dont ont fait preuve, depuis près d'une année, Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères, et la médiation internationale dans le règlement de la crise malienne commencent visiblement à porter leurs fruits. Après avoir rejeté, le 1er mars dernier, l'Accord d'Alger pour la paix et la réconciliation au Mali au motif qu'il ne répond pas à leurs aspirations, les membres de la Coalition des mouvements de l'Azawad (CMA) se sont finalement laissés convaincre de parapher le document.
Celui-ci a déjà reçu le feu vert du gouvernement et des trois mouvements engagés dans la plateforme d'Alger, à savoir le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA, dissident), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA) et la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR). La cérémonie de signature, a indiqué hier le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali-Cherif, aura lieu aujourd'hui à Alger. Une délégation de la CMA, conduite par Bilal Ag Acherif, le chef du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), était d'ailleurs attendue hier après-midi dans la capitale algérienne.
L'autonomie encore d'actualité
Des responsables de la CMA ont, pour leur part, confirmé à El Watan leur projet de se rendre à Alger. Fruits de huit longs mois d'âpres négociations entre le gouvernement malien et les rebelles touareg, l'accord en question prévoit notamment la création d'assemblées régionales, élues au suffrage universel direct, dotées de pouvoirs importants. Il reconnaît par ailleurs l'«Azawad», nom par lequel les rebelles désignent le nord du Mali, comme une «réalité humaine», ce qui est une avancée par rapport aux précédents accords signés entre Bamako et les Touareg. Dans l'accord, le vocable ne revêt cependant pas un contenu politique. L'omission, comme il fallait s'y attendre, a déplu aux leaders de la CMA qui avaient fait de l'autonomie de l'Azawad leur principale revendication.
En réalité et bien qu'ils aient accepté de revenir à Alger, il n'est pas certain que les rebelles touareg aient abandonné leur rêve de fonder un Azawad autonome. En fait, ils n'auraient accepté de parapher l'Accord d'Alger qu'à la condition que les autorités maliennes s'engagent à ouvrir des discussions autour des propositions d'amendement misent sur la table par la CMA au lendemain des consultations de Kidal. Condition vraisemblablement acceptée. Mais cela ne semble pas suffisant aux yeux de la CMA.
Hama Ag Sid Ahmed, membre du Haut Conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), indique effectivement que la CMA ne signera aucun document et ne se rendra pas à Bamako tant qu'un accord final n'aura pas été trouvé. A ce propos, la même source a tenu à préciser que «pour la Coordination un paraphe n'est juridiquement pas un engagement, ce qui est tout le contraire d'une signature». En d'autres termes, rien n'est encore vraiment réglé, surtout que, sur le terrain, les accrochages entre l'armée malienne et les rebelles touareg n'ont pas cessé.
Dans la foulée, d'autres sources touareg expliquent que les représentants de la CMA n'ont accepté de parapher l'Accord d'Alger que «pour prouver leur attachement au processus de paix et essayer de faire avancer les choses». Pour éviter que la cérémonie de signature de l'accord, prévue demain à Bamako, ne soit une «mascarade» puisqu'aucun membre de la CMA ne compte s'y rendre, Hama Ag Sid Ahmed a fait savoir que la Coordination plaide tout bonnement en faveur de son report. «Il serait plus productif que la cérémonie soit différée jusqu'à ce qu'un accord définitif soit trouvé entre les parties en conflit», a-t-il insisté.
Du côté de Bamako, on ne l'entend pas de cette oreille. «La cérémonie de signature de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali aura bel et bien lieu demain à Bamako», a soutenu le ministre des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, au cours d'un échange d'informations avec les représentants du corps diplomatique accrédité au Mali.
Le projet de programme distribué aux diplomates et à la presse prévoit d'ailleurs l'arrivée des délégations invitées à partir d'aujourd'hui. La cérémonie de signature est prévue au Centre international de conférences dans l'après-midi, en présence de tous les invités. Les autorités maliennes semblent compter beaucoup sur Alger pour que les membres de la CMA soient présents. Ramtane Lamamra réussira-t-il à convaincre, cette fois encore, Bilel Ag Cherif de prendre l'avion pour Bamako une fois l'Accord d'Alger paraphé ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.