Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'organisation, le secret de la réussite
Oran : les autres articles
Publié dans El Watan le 28 - 05 - 2015

Rencontrée dans son bureau, un endroit un peu sombre rempli de paperasse, Fatima, 34 ans, visage souriant, se dit satisfaite de ce qu'elle fait et nous révèle qu'elle a pu assumer son travail et sa vie de famille.
«Le secret de la réussite, c'est l'organisation et le partage des tâches avec mon mari qui est très compréhensif. Il m'a expliqué dès le début d'être en mesure d'harmoniser le travail, l'éducation des enfants et la maison», explique Fatima, salariée dans une entreprise privée, mère de deux enfants de 11 et 8 ans, dont le mari est administrateur.
Elle dévoile qu'elle a réussi à stabiliser sa vie professionnelle et familiale. «Mon principe est d'éduquer mes enfants, qu'ils atteignent l'âge pour qu'ils puissent entrer en crèche pour que je puisse reprendre le travail et être tranquille psychiquement.
En étant une maman poule, j'ai peur pour mes enfants surtout en voyant ce qui se passe actuellement, je suis angoissée à l'idée de laisser mon enfant chez une nourrice que je connais à peine. Quand je sors pour ma pause de déjeuner, je donne à manger aux enfants, un repas que j'ai préparé la veille. Je profite pour faire un gâteau pour le goûter», dit-elle. Elle ajoute qu'il lui arrive de sortir après ses enfants, en attendant de rejoindre la maison, elle les appelle au téléphone ou se connecte sur skype pour voir ce qu'ils font. «Durant les week-ends, je m'organise pour préparer le menu de toute la semaine, je fais le grand ménage, je profite avec mes enfants et mon mari pour passer du temps ensemble». «Ça m'arrive d'être fatiguée et dépassée par les événements mais cela ne m'empêche pas de reprendre la force surtout que je suis complice avec mon mari qui m'aide beaucoup», révèle Fatima. Pour elle, le travail est une liberté et c'est important dans la vie car cela permet à la femme de changer un peu, d'aider le mari financièrement surtout que maintenant la vie est devenue trop chère.
Dans une grande salle, un grand silence plâne, assise à une table, Yasmina, une jeune femme au visage épuisé, les yeux cernés mais gardant son dynamisme, tient dans la main plusieurs paquets de double-feuilles de ses élèves. Yasmina, 29 ans, professeur de français dans un collège, mère de deux enfants de 3 et 1 an, se dit dépassée par le travail et la vie familiale. «Je suis coincée entre l'éducation des enfants, le mari, le devoir domestique, les études et le travail, je ne me s'en sors plus.
Et je ne crois pas qu'une mère qui travaille, s'en sort facilement», nous révèle Yasmina avec un ton ferme. Préparant sa thèse de magister depuis un moment, Yasmina pense abandonner ses études: «Je suis sur le point de laisser tomber ma thèse car je ne m'en sors plus avec tout ce que j'ai comme travail dehors et à la maison. Même pour chercher de la documentation, c'est devenu impossible». Pour la jeune maman, la plupart des femmes qui travaillent, avec des enfants et un mari, et font des études en parallèle, ne s'en sortent pas: «On n'est pas satisfait sur tous les plans car si on s'occupe bien de nos enfants et de notre maison alors on est obligé de laisser de côté les études et on culpabilise, donc psychiquement on n'est jamais à l'aise».
Coinée entre le travail et le devoir domestique, Yasmina ne trouve plus de temps pour elle. «Si je travaille, c'est assurer un avenir meilleur pour mes enfants. Ça m'arrive de penser à arrêter pour être auprès de mes enfants, pour ma maison, mon confort et mon bien-être, mais je ne peux pas pour des raisons financières», explique-t-elle. Elle ajoute: «En plus de déposer et récupérer les enfants de chez la nourrice et à la crèche, ça m'arrive de faire des courses surtout quand mon mari est de garde car il est médecin et cela me pose problème. Ça m'est même arrivé de passer une année sans mon mari qui était détaché dans une wilaya limitrophe pour son travail et j'étais obligée de me débrouiller toute seule avec les enfants, ce qui n'était pas évident».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.