14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lieux de détente et de loisirs à Constantine : Zouaghi parc, attraction garantie
Magazine : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 08 - 2015

Le lieu commence à s'animer. Des familles affluent de tous les coins de la ville. On est au square du 18 Février, surnommé affectueusement «Zouaghi Parc».
Aménagé il y a quelques années, avec un magnifique jet d'eau au centre, entouré par des espaces en gazon artificiel, des allées boisées et des aires de repos en gazon naturel, l'endroit est devenu «le lieu d'atterrissage» de centaines de familles pour une réelle escapade nocturne. Dans ces lieux, des Constantinois ne demandent qu'à se détendre, se rencontrer et blablater à l'air libre.
Faute de loisirs, c'est la parade idéale pour fuir la monotonie de la ville. Saïd, employé dans une entreprise privée est devenu un habitué des lieux. Il témoigne : «C'est durant le mois de Ramadhan dernier que des amis m'ont invité à venir y passer une soirée ; depuis, je suis devenu un visiteur assidu.» Djamel et Keltoum, deux enseignants à la retraite, habitant la cité Boussouf, y viennent souvent avec leurs petits-enfants. Ils préfèrent s'attabler pour siroter un thé et s'offrir des boissons et des crêpes au chocolat.
«C'est magnifique de se retrouver ici en famille ; le lieu est agréablement animé, l'air est doux, en plus de la sécurité ; nous venons souvent passer d'agréables moments», révèle Djamel. La nuit tombée, tous les espaces sont occupés.
Des jeux sont installés. Des enfants gambadent avec joie et des bébés font leurs premiers pas.
Tout le monde y trouve son compte. Plusieurs groupes de jeunes attablés sont plongés dans d'interminables parties de dominos, partageant un narguilé.
La consommation de ce dernier est très à la mode ces derniers temps. Près du jet d'eau, des familles font des balades ou s'installent sur des bancs en bois profitant de la fraîcheur qui enveloppe la nuit.
Le square du 18 Février fait surtout l'affaire de ces nombreux jeunes qui se débrouillent durant l'été pour se faire de l'argent, chacun à sa manière.
Des étals et de la musique
Issam est celui qui fait le plus d'ambiance à Zouaghi Parc. Son petit chapiteau, éclairé grâce à un petit groupe électrogène, est le plus visité. Il propose des boissons fraîches, de la crème glacée, des fruits secs, mais aussi de la musique, beaucoup de musique, qui fait danser les petits. Dans le même «boulevard», on trouve aussi des vendeurs de crêpes, de barbe à papa, de la mahdjouba, du thé, mais aussi des chips et du popcorn. Installé un peu à l'écart, Ayoub propose chaque jour du maïs grillé.
«Je loue chaque jour une camionnette pour aller m'approvisionner au marché de gros du Polygone ; je m'installe dans mon coin en fin de journée pour préparer le feu ; le lieu nous arrange beaucoup et cela nous permet de gagner de l'argent pour aider nos familles», dira-t-il.
Il est vrai que ce jeune propose du maïs grillé qui s'arrache comme des petits pains. Souvent, «il boucle» avant 22h. Djamil, étudiant universitaire ne chôme pas.
Il veille toute la nuit en louant des petites voitures électriques pour le grand plaisir des bambins. «J'ai investi dans deux petites voitures ; je peux travailler jusqu'à minuit, cela dépend de la clientèle, nous essayons de proposer des prix abordables pour tout le monde, car les familles qui viennent ici sont toutes de la classe moyenne, et cela nous permet aussi d'avoir des revenus pour la prochaine rentrée universitaire», affirme-t-il.
Les veillées se poursuivent jusque tard la nuit. Les familles constantinoises qui n'ont pas où se détendre espèrent que ces lieux se multiplient encore dans toutes les grandes cités de Constantine. «Dans une ville qui étouffe, on en aura grand besoin», dira un père de famille. Pourvu que les responsables y pensent aussi, car les rares espaces libres à Constantine ont tous été envahis par le béton.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.