Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lieux de détente et de loisirs à Constantine : Zouaghi parc, attraction garantie
Magazine : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 08 - 2015

Le lieu commence à s'animer. Des familles affluent de tous les coins de la ville. On est au square du 18 Février, surnommé affectueusement «Zouaghi Parc».
Aménagé il y a quelques années, avec un magnifique jet d'eau au centre, entouré par des espaces en gazon artificiel, des allées boisées et des aires de repos en gazon naturel, l'endroit est devenu «le lieu d'atterrissage» de centaines de familles pour une réelle escapade nocturne. Dans ces lieux, des Constantinois ne demandent qu'à se détendre, se rencontrer et blablater à l'air libre.
Faute de loisirs, c'est la parade idéale pour fuir la monotonie de la ville. Saïd, employé dans une entreprise privée est devenu un habitué des lieux. Il témoigne : «C'est durant le mois de Ramadhan dernier que des amis m'ont invité à venir y passer une soirée ; depuis, je suis devenu un visiteur assidu.» Djamel et Keltoum, deux enseignants à la retraite, habitant la cité Boussouf, y viennent souvent avec leurs petits-enfants. Ils préfèrent s'attabler pour siroter un thé et s'offrir des boissons et des crêpes au chocolat.
«C'est magnifique de se retrouver ici en famille ; le lieu est agréablement animé, l'air est doux, en plus de la sécurité ; nous venons souvent passer d'agréables moments», révèle Djamel. La nuit tombée, tous les espaces sont occupés.
Des jeux sont installés. Des enfants gambadent avec joie et des bébés font leurs premiers pas.
Tout le monde y trouve son compte. Plusieurs groupes de jeunes attablés sont plongés dans d'interminables parties de dominos, partageant un narguilé.
La consommation de ce dernier est très à la mode ces derniers temps. Près du jet d'eau, des familles font des balades ou s'installent sur des bancs en bois profitant de la fraîcheur qui enveloppe la nuit.
Le square du 18 Février fait surtout l'affaire de ces nombreux jeunes qui se débrouillent durant l'été pour se faire de l'argent, chacun à sa manière.
Des étals et de la musique
Issam est celui qui fait le plus d'ambiance à Zouaghi Parc. Son petit chapiteau, éclairé grâce à un petit groupe électrogène, est le plus visité. Il propose des boissons fraîches, de la crème glacée, des fruits secs, mais aussi de la musique, beaucoup de musique, qui fait danser les petits. Dans le même «boulevard», on trouve aussi des vendeurs de crêpes, de barbe à papa, de la mahdjouba, du thé, mais aussi des chips et du popcorn. Installé un peu à l'écart, Ayoub propose chaque jour du maïs grillé.
«Je loue chaque jour une camionnette pour aller m'approvisionner au marché de gros du Polygone ; je m'installe dans mon coin en fin de journée pour préparer le feu ; le lieu nous arrange beaucoup et cela nous permet de gagner de l'argent pour aider nos familles», dira-t-il.
Il est vrai que ce jeune propose du maïs grillé qui s'arrache comme des petits pains. Souvent, «il boucle» avant 22h. Djamil, étudiant universitaire ne chôme pas.
Il veille toute la nuit en louant des petites voitures électriques pour le grand plaisir des bambins. «J'ai investi dans deux petites voitures ; je peux travailler jusqu'à minuit, cela dépend de la clientèle, nous essayons de proposer des prix abordables pour tout le monde, car les familles qui viennent ici sont toutes de la classe moyenne, et cela nous permet aussi d'avoir des revenus pour la prochaine rentrée universitaire», affirme-t-il.
Les veillées se poursuivent jusque tard la nuit. Les familles constantinoises qui n'ont pas où se détendre espèrent que ces lieux se multiplient encore dans toutes les grandes cités de Constantine. «Dans une ville qui étouffe, on en aura grand besoin», dira un père de famille. Pourvu que les responsables y pensent aussi, car les rares espaces libres à Constantine ont tous été envahis par le béton.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.