Sûreté d'Alger: une sortie pour s'assurer du respect des mesures préventives à Tamaris    Wilaya d'Alger : fin de quarantaine pour 100 Algériens rapatriés de France    Renault Algérie lance un plan de départ volontaire    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    Installation du président et du procureur général de la cour    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Fin prêt pour les examens et la prochaine rentrée scolaire    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ouyahia refuse de se donner en spectacle»
Des cadres du RND réagissent aux attaques de Amar Saadani
Publié dans El Watan le 17 - 01 - 2016

S'achemine-t-on vers une guerre des tranchées entre les deux principales formations politiques au pouvoir ? Les deux frères ennemis, le FLN et le RND, s'adonnent depuis quelque temps à un échange de tirs à distance.
Amar Saadani ne cache pas sa «haine» contre son partenaire politique, Ahmed Ouyahia, secrétaire général par intérim du RND, qu'il «soupçonne» d'avoir des ambitions présidentielles et qui lui fait de surcroît de l'ombre. Ainsi, le parton du FLN ne rate aucune occasion pour décocher des piques, voire des critiques, quant à l'attitude d'Ouyahia qui est également chef de cabinet de la Présidence. Saadani martèle à chacune de ses sorties que le prochain candidat du FLN à l'élection présidentielle de 2019 sera issu exclusivement des rangs du parti, ce qui sous-entend que si Ouyahia se présente à cette élection, il n'aura ni l'appui ni le soutien du FLN dirigé par Saadani.
«Ni Ouyahia ni quelqu'un d'autre ne marchera sur le dos du FLN pour arriver au palais d'El Mouradia», a déclaré Saadani. Réponse aussi cinglante concernant la proposition du RND pour la reconstitution de l'alliance présidentielle pour Saadani, le FLN dispose de la majorité absolue dans l'Exécutif et ne peut, à cet effet, accepter de former une alliance, dont l'objectif est la participation au gouvernement.
L'homme du consensus est révolu pour le patron le plus contesté du FLN qui envisagerait de s'engager seul dans la course à la présidentielle. La bataille des sénatoriales remportées par le RND, qui demeure la première force au Conseil de la nation, n'est pas fait pour arranger les choses. Saadani estime qu'il a la majorité en dépit des résultats officiels rendus par le Conseil constitutionnel qui démontre que le RND, avec un siège au moins, conserve sa majorité au sein de la Chambre haute du Parlement.
Pour sa part, Ouyahia n'a, jusqu'à ce jour, jamais répondu ouvertement aux attaques de Saadani ni affiché son adversité à son égard. Usant d'une certaine diplomatie, le premier responsable du RND, révèlent nos sources, ne veut pas se donner en spectacle. «Ouyahia répondra au moment opportun», c'est-à-dire une fois le projet de révision de la Constitution approuvé et mis en œuvre.
Actuellement, Ouyahia veut concrétiser le rêve du président Bouteflika : faire passer le projet de Constitution «sans bruit». Seddik Chihab , porte-parole du parti et proche d'Ouyahia, confirme à demi-mot cette vérité. Chihab refuse de commenter les propos et les multiples déclarations, instruction donnée apparemment par Ouyahia.
«Nous n'avons aucun commentaire à faire au sujet des attaques de Saadani. Le FLN est un allié stratégique pour nous et au RND, nous avons des priorités et nous agissons en fonction de nos engagements. Aujourd'hui, notre priorité est de faire campagne pour expliquer le contenu de la nouvelle Constitution et pour que les Algériens comprennent le bien-fondé des nouveaux articles», affirme Chihab qui a tout de même tenu à recadrer Saadani qui a reproché à Ouyahia de s'être conduit comme le chef du RND plutôt que comme le chef de cabinet de la présidence de la République, lors de la présentation de l'avant-projet de révision de la Constitution.
«Ahmed Ouyahia est imprégné de la culture de l'Etat et de ce fait, il sait très bien faire la différence entre les deux fonctions», lâche Seddik Chihab.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.