Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    Abdelmadjid Merdaci portait Constantine dans son cœur et l'Algérie chevillée au corps    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    OPEP+: le JMMC confiant dans les perspectives d'évolution du marché pétrolier    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Régime sec    Les souscripteurs de l'AADL dans l'expectative    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    La réforme fiscale : pour une performance économique et une efficacité comptable    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    Paix et subterfuges    Au boulot, citoyens !    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections : Une haute instance indépendante en attendant des scrutins transparents
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 10 - 02 - 2016

La nouvelle Constitution adoptée dimanche dernier par les deux Chambres du Parlement institue une instance indépendante de surveillance des élections.
En réponse à une vieille revendication de l'opposition relative à la mise en place d'une commission indépendante d'organisation et de surveillance des élections, le pouvoir crée ainsi une «haute instance indépendante de surveillance» des scrutins. Cette instance, telle que définie dans l'article 170 ter, est présidée par une «personnalité nationale qui est nommée par le président de la République, après consultation des partis politiques».
La haute instance dispose d'un comité permanent et déploie ses autres membres dès la convocation du corps électoral. Elle est composée de magistrats proposés par le Conseil supérieur de la magistrature nommés par le président de la République et de compétences indépendantes choisies parmi la société civile, nommées par le président de la République. Sa mission est de veiller à la transparence et à la probité des élections présidentielle, législatives et locales, depuis la convocation du corps électoral jusqu'à la proclamation des résultats provisoires du scrutin.
Le comité permanent de la haute instance veille à la supervision des opérations de révision des listes électorales par l'administration, à la formulation de recommandations pour l'amélioration du dispositif législatif et réglementaire régissant les opérations électorales, à l'organisation de cycles de formation civique au bénéfice des formations politiques sur la surveillance des scrutins et la formulation des recours.
Si la constitutionnalisation de l'instance indépendante en charge de surveiller les élections a été présentée comme un gage de bonne volonté d'aller vers des scrutins transparents, il n'en demeure pas moins que la forme que le législateur lui a donnée ne répond pas à la véritable demande de l'opposition, qui ne se limite pas à une instance de surveillance des élections mais à l'organisation de tout le processus électoral, de la convocation du corps électoral jusqu'à la proclamation des résultats.
En effet, les partis de l'opposition parlent d'une autre approche qui consiste en la mise en place de deux organes distincts et indépendants, à savoir une commission nationale chargée de la gestion des élections (CNCGE) et un observatoire national des élections (ONE), tous deux fruits d'une large concertation de l'ensemble de la classe politique et de la société civile. Or, cette instance est constituée de membres qui seront tous nommés par le président de la République, ce qui relativise son degré d'indépendance.
Elle n'est chargée que de surveiller le déroulement du scrutin. Autrement dit, elle ne constitue pas une autorité décisionnelle suprême d'organisation des élections et de leur contrôle. Cela même si les modalités d'application de ces dispositions constitutionnelles seront fixées par une loi organique, ce qui laisse les partis de l'opposition dubitatifs quant à l'approche du pouvoir par rapport à cette question. Tout sera assurément plus clair une fois la composante de cette instance connue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.