«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enquête sur la mort de Nihal : C'est l'énigme !
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 07 - 08 - 2016

Alors que les restes de la petite Nihal ont quitté, hier en fin de journée, l'hôpital de Tizi Ouzou pour la msie en terre aujourd'hui dans la ville d'Oran, l'enquête de la Gendarmerie nationale n'a pas encore démêlé l'écheveau de cette affaire qui a provoqué l'émoi des Algériens.
En attendant de connaître la vérité, des citoyens convergent vers le domicile de la famille, à Aït Toudert et à Oran, pour réconforter les proches de la petite disparue.
Sorti douloureusement de l'anonymat, le petit village Aït Abdelouahab, relevant de la commune d'Aït Toudert, située dans la région des Ouacifs, wilaya de Tizi Ouzou, s'est transformé, cette fin de semaine, en un immense lieu de compassion et de solidarité avec la famille de la petite Nihal Si Mohand, dont le décès a été confirmé, suite aux tests d'ADN, effectués sur les ossements et la touffe de cheveux retrouvés par les gendarmes, et ce, après 15 jours de sa disparition. Un décès qui a ouvert la porte à toutes les spéculations possibles, ayant alimenté la presse durant ce week-end.
«A ce stade de l'enquête, nous n'avons privilégié aucune piste. Les éléments en possession des enquêteurs n'ont jusqu'à présent rien révélé», a déclaré, hier, le colonel Mohamed Tirghini, responsable du service de la communication de la Gendarmerie nationale. Il précise : «Les indices retrouvés ne nous permettent pas d'établir les circonstances exactes de la mort.
Les gendarmes ont retrouvé un crâne, une touffe de cheveux et quelques ossements. Certains maculés de sang et d'autres portant les traces de crocs.
Il y a eu aussi la découverte d'une claquette et d'un vêtement maculé de sang appartenant à le petite Nihal. Il fallait faire un recoupement et des analyses ADN, pour prouver que tous ces indices appartiennent à Nihal.
C'est grâce à la touffe de cheveux que l'identification a été effectuée, puisque la comparaison a été faite avec des cheveux de Nihal, récupérés sur le peigne avec lequel elle se brossait. L'enquête est en cours. Nous ne savons pas comment elle est morte. La récupération des indices a eu lieu au village Mechrak, plus précisément, au lieudit Azaghar. Ils étaient dispersés sur une superficie de 4 ha.»
Le colonel dément toute arrestation ou interpellation dans le cadre de cette affaire. «Aucune personne n'a été arrêtée, interpellée ou placée en garde à vue lors de cette enquête qui se poursuit toujours.
Les enquêteurs interrogent tout le monde dans l'entourage de la famille, que ce soit à Aït Toudert, la maison familiale de la mère de Nihal et lieu de disparition ou à Oran, où se trouve son domicile parental», affirme le colonel Tirghini.
Apparemment, rien n'indique à ce stade de l'enquête que la petite Nihal ait été assassinée. «Les circonstances de sa mort demeurent encore non élucidées.
Toutes les pistes restent ouvertes. Les experts sont face à un travail colossal. Comment la petite Nihal est-elle arrivée dans cet endroit ? Comment certains de ses ossements ont été retrouvés sans chair ? A-t-elle été dévorée par les animaux sauvages, qui rôdent dans cette région ? A-t-elle été enlevée pour être abandonnée dans ce lieu situé à un peu plus d'un kilomètre de la maison familiale ?
A-t-elle été enlevée, puis laissée pour morte, avant que son corps ne soit déchiqueté par les animaux ? Autant de questions dont les réponses ne peuvent être données que par les experts et les enquêteurs de la gendarmerie. C'est une question de temps seulement» conclut notre interlocuteur..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.