«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enquête sur la mort de Nihal : C'est l'énigme !
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 07 - 08 - 2016

Alors que les restes de la petite Nihal ont quitté, hier en fin de journée, l'hôpital de Tizi Ouzou pour la msie en terre aujourd'hui dans la ville d'Oran, l'enquête de la Gendarmerie nationale n'a pas encore démêlé l'écheveau de cette affaire qui a provoqué l'émoi des Algériens.
En attendant de connaître la vérité, des citoyens convergent vers le domicile de la famille, à Aït Toudert et à Oran, pour réconforter les proches de la petite disparue.
Sorti douloureusement de l'anonymat, le petit village Aït Abdelouahab, relevant de la commune d'Aït Toudert, située dans la région des Ouacifs, wilaya de Tizi Ouzou, s'est transformé, cette fin de semaine, en un immense lieu de compassion et de solidarité avec la famille de la petite Nihal Si Mohand, dont le décès a été confirmé, suite aux tests d'ADN, effectués sur les ossements et la touffe de cheveux retrouvés par les gendarmes, et ce, après 15 jours de sa disparition. Un décès qui a ouvert la porte à toutes les spéculations possibles, ayant alimenté la presse durant ce week-end.
«A ce stade de l'enquête, nous n'avons privilégié aucune piste. Les éléments en possession des enquêteurs n'ont jusqu'à présent rien révélé», a déclaré, hier, le colonel Mohamed Tirghini, responsable du service de la communication de la Gendarmerie nationale. Il précise : «Les indices retrouvés ne nous permettent pas d'établir les circonstances exactes de la mort.
Les gendarmes ont retrouvé un crâne, une touffe de cheveux et quelques ossements. Certains maculés de sang et d'autres portant les traces de crocs.
Il y a eu aussi la découverte d'une claquette et d'un vêtement maculé de sang appartenant à le petite Nihal. Il fallait faire un recoupement et des analyses ADN, pour prouver que tous ces indices appartiennent à Nihal.
C'est grâce à la touffe de cheveux que l'identification a été effectuée, puisque la comparaison a été faite avec des cheveux de Nihal, récupérés sur le peigne avec lequel elle se brossait. L'enquête est en cours. Nous ne savons pas comment elle est morte. La récupération des indices a eu lieu au village Mechrak, plus précisément, au lieudit Azaghar. Ils étaient dispersés sur une superficie de 4 ha.»
Le colonel dément toute arrestation ou interpellation dans le cadre de cette affaire. «Aucune personne n'a été arrêtée, interpellée ou placée en garde à vue lors de cette enquête qui se poursuit toujours.
Les enquêteurs interrogent tout le monde dans l'entourage de la famille, que ce soit à Aït Toudert, la maison familiale de la mère de Nihal et lieu de disparition ou à Oran, où se trouve son domicile parental», affirme le colonel Tirghini.
Apparemment, rien n'indique à ce stade de l'enquête que la petite Nihal ait été assassinée. «Les circonstances de sa mort demeurent encore non élucidées.
Toutes les pistes restent ouvertes. Les experts sont face à un travail colossal. Comment la petite Nihal est-elle arrivée dans cet endroit ? Comment certains de ses ossements ont été retrouvés sans chair ? A-t-elle été dévorée par les animaux sauvages, qui rôdent dans cette région ? A-t-elle été enlevée pour être abandonnée dans ce lieu situé à un peu plus d'un kilomètre de la maison familiale ?
A-t-elle été enlevée, puis laissée pour morte, avant que son corps ne soit déchiqueté par les animaux ? Autant de questions dont les réponses ne peuvent être données que par les experts et les enquêteurs de la gendarmerie. C'est une question de temps seulement» conclut notre interlocuteur..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.