Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chant d'une vie
Publication - Ma mère en vagues - de Fateh Agrane
Publié dans El Watan le 13 - 08 - 2016

Le poète Fateh Agrane vient tout juste de publier aux éditions françaises EdiLivre un recueil de poésie intitulé Ma mère en vagues.
Fateh Agrane a de tout temps aiguisé sa plume pour donner naissance à une poésie des plus épurées. Ainsi, à travers ce présent recueil de poésie Ma mère en vagues, le poète donne la pleine mesure à sa prose. Il propose soixante poèmes, dont le dénominateur commun est sa mère, Zoubida. Une mère qu'il n'a pas connue, mais qui est toujours présente dans ses pensées et dans son cœur. Sa défunte mère a fait l'objet d'une fusillade à Timizer, à Jijel, par l'armée coloniale, en 1958, durant la guerre de Libération nationale, alors qu'il était âgé, à peine de quatre mois.
Cette mère brave et aimante à la fois se confond avec l'immensité de la mer et la perturbation des vagues. Fateh Agrane écrit en quatrième de couverture : «Ma mère en vagues, ce recueil de mots joyaux, de maux, d'émois, que j'ai longtemps portés en moi, est une quête éperdue de ma mère que j'avais perdue, martyre fusillée par l'armée coloniale, alors que je n'avais que quelques mois…
Depuis, je n'ai cessé de la chercher partout sur tous les beaux visages, dans tout sublime paysage, dans la mer, car c'est une côtière aux yeux saphir, ma béance, mon azur. Je la cherche sur cette terre qui la contient au point que quand je marche je fais attention à elle. Et devant cette adversité, je prends ses ailes, ma fierté, ma douceur bleu ciel. Car je n'ai aucune photo d'elle, notre maison fut brûlée, et tout est parti avec, c'est le lot de la guerre, et la liberté pour moi n'est qu'emblème d'elle, Zoubida, et Messaoud mon père !» L'aède Fatah Agrane tisse des mots bien ciselés et poignants à la fois pour décrire l'absence douloureuse de sa mère. Dans le poème intitulé Ma mère, il déclame cet amour incommensurable pour cet être exceptionnel.
« Ô comme j'aurais aimé
Me souvenir
Au moins d'être frappé par toi,
Une seule fois.
J'aurais alors senti tes manies
Me parcourir,
Se poser sur moi,
Rugueuses ou de soie
Sentir la terre !
Les fragrances du ciel
L'iode de la mer
Dans tes doigts !
ô comme j'aurais aimé
Me souvenir
Au moins d'être frappé par toi
Une seule fois
J'aurais alors de nouveau germé
Et sur sein atterrir
Et pousser de joie».
Dans un miroitement de couleurs.
Poussant plus loin son admiration pour cette mère adorée, il fait une transposition dans le regard de sa mère à travers le poème Mon saphir. En effet, il s'identifie dans le regard de sa maternelle qui n'est autre qu'un horizon pour lui, une eau en feu et un ciel qui flamboie.
Ma mère en vagues est un recueil qui reflète le talent d'un poète audacieux et inspiré. Qu'elle soit en prose ou en rimes, la poésie profonde de Fath Agrane touche au cœur.
Le poète Fath Agrane promet, après la sortie ce présent recueil, de revenir très vite dans les rayons des librairies algériennes avec d'autres ouvrages.
Pour rappel, Fath Agrane est libraire de profession. Il est détenteur, depuis une vingtaine d'années, d'une librairie aux Bananiers, à Alger. Il a mené une carrière de cadre dans des entreprises. Il fut, également, président du conseil d'administration du quotidien national d'information SPA Horizon.
Fatah Agrane - ma mère en vague
126 pages
Edi. livre juin 2016


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.