Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Industrie pharmaceutique: appel à une production locale innovante    Lettre ouverte à un frère de l'Armée Nationale Populaire    Rezig reçoit des experts en agriculture membres de la communauté établie au Canada    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Madar joue la carte des «primes »    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chant d'une vie
Publication - Ma mère en vagues - de Fateh Agrane
Publié dans El Watan le 13 - 08 - 2016

Le poète Fateh Agrane vient tout juste de publier aux éditions françaises EdiLivre un recueil de poésie intitulé Ma mère en vagues.
Fateh Agrane a de tout temps aiguisé sa plume pour donner naissance à une poésie des plus épurées. Ainsi, à travers ce présent recueil de poésie Ma mère en vagues, le poète donne la pleine mesure à sa prose. Il propose soixante poèmes, dont le dénominateur commun est sa mère, Zoubida. Une mère qu'il n'a pas connue, mais qui est toujours présente dans ses pensées et dans son cœur. Sa défunte mère a fait l'objet d'une fusillade à Timizer, à Jijel, par l'armée coloniale, en 1958, durant la guerre de Libération nationale, alors qu'il était âgé, à peine de quatre mois.
Cette mère brave et aimante à la fois se confond avec l'immensité de la mer et la perturbation des vagues. Fateh Agrane écrit en quatrième de couverture : «Ma mère en vagues, ce recueil de mots joyaux, de maux, d'émois, que j'ai longtemps portés en moi, est une quête éperdue de ma mère que j'avais perdue, martyre fusillée par l'armée coloniale, alors que je n'avais que quelques mois…
Depuis, je n'ai cessé de la chercher partout sur tous les beaux visages, dans tout sublime paysage, dans la mer, car c'est une côtière aux yeux saphir, ma béance, mon azur. Je la cherche sur cette terre qui la contient au point que quand je marche je fais attention à elle. Et devant cette adversité, je prends ses ailes, ma fierté, ma douceur bleu ciel. Car je n'ai aucune photo d'elle, notre maison fut brûlée, et tout est parti avec, c'est le lot de la guerre, et la liberté pour moi n'est qu'emblème d'elle, Zoubida, et Messaoud mon père !» L'aède Fatah Agrane tisse des mots bien ciselés et poignants à la fois pour décrire l'absence douloureuse de sa mère. Dans le poème intitulé Ma mère, il déclame cet amour incommensurable pour cet être exceptionnel.
« Ô comme j'aurais aimé
Me souvenir
Au moins d'être frappé par toi,
Une seule fois.
J'aurais alors senti tes manies
Me parcourir,
Se poser sur moi,
Rugueuses ou de soie
Sentir la terre !
Les fragrances du ciel
L'iode de la mer
Dans tes doigts !
ô comme j'aurais aimé
Me souvenir
Au moins d'être frappé par toi
Une seule fois
J'aurais alors de nouveau germé
Et sur sein atterrir
Et pousser de joie».
Dans un miroitement de couleurs.
Poussant plus loin son admiration pour cette mère adorée, il fait une transposition dans le regard de sa mère à travers le poème Mon saphir. En effet, il s'identifie dans le regard de sa maternelle qui n'est autre qu'un horizon pour lui, une eau en feu et un ciel qui flamboie.
Ma mère en vagues est un recueil qui reflète le talent d'un poète audacieux et inspiré. Qu'elle soit en prose ou en rimes, la poésie profonde de Fath Agrane touche au cœur.
Le poète Fath Agrane promet, après la sortie ce présent recueil, de revenir très vite dans les rayons des librairies algériennes avec d'autres ouvrages.
Pour rappel, Fath Agrane est libraire de profession. Il est détenteur, depuis une vingtaine d'années, d'une librairie aux Bananiers, à Alger. Il a mené une carrière de cadre dans des entreprises. Il fut, également, président du conseil d'administration du quotidien national d'information SPA Horizon.
Fatah Agrane - ma mère en vague
126 pages
Edi. livre juin 2016


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.