Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tension sociale en Tunisie
Le gouvernement Chahed décrète le blocage des salaires
Publié dans El Watan le 19 - 10 - 2016

Les syndicats réclament les augmentations signées par Habib Essid.
Le déséquilibre des caisses de l'Etat a obligé Youssef Chahed à décréter le blocage des salaires. Les syndicats revendiquent par contre l'application des accords biennaux signés avec Habib Essid. De la brouille est annoncée dans l'environnement social en Tunisie. Le gouvernement Chahed est l'émanation de l'accord de Carthage, signé le 13 juillet dernier par neuf partis politiques réunissant plus de 80 % des voix du Parlement et les trois organisations nationales dignes de ce nom.
La puissante centrale syndicale, l'UGTT, est signataire de cet accord et l'a défendu. Le rétablissement de l'équilibre des finances publiques constitue l'un des principaux objectifs de cet accord. Les ministres des Affaires sociales et de la Fonction publique et de la Gouvernance sont d'éminents syndicalistes.
Pourtant, trois mois après la signature de cet accord, annonçant pourtant des réformes douloureuses pour sortir la Tunisie de sa crise, le torchon commence à brûler entre le gouvernement et la centrale syndicale à propos du projet de loi de finances 2017, associée à la loi de finances complémentaire 2016.
L'UGTT accuse le gouvernement de dérailler par rapport aux principes de l'accord de Carthage. Le gouvernement Chahed appelle l'UGTT à la table de négociations. «Nous avons deux mois pour discuter et trouver les meilleures formules possibles pour rééquilibrer, au mieux, les caisses de l'Etat», répond Chahed dans une lettre adressée à l'UGTT.
Grogne de l'UGTT
Aussitôt le projet de loi de finances 2017 validé par le gouvernement et transmis à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), le bureau exécutif de l'UGTT s'est réuni et a rendu public, avant-hier, un communiqué exprimant son «rejet total» de toutes les mesures prises par le gouvernement dans le cadre du projet de loi des finances 2017, notamment le gel de l'accord des augmentations de salaires dans le secteur public, publié pourtant au Journal officiel.
L'UGTT accuse le gouvernement de soumission aux diktats étrangers dont les conditions injustes portent atteinte à la souveraineté nationale. La centrale syndicale regrette l'absence de la moindre volonté chez le gouvernement pour «lutter contre la corruption et l'évasion fiscale, récupérer ses créances auprès des entreprises». Le communiqué a, en outre, souligné qu'«il tient le gouvernement pour responsable des conséquences qui pourraient découler de ces décisions sur la stabilité sociale». Il a également réitéré sa demande de hâter l'ouverture des négociations salariales dans le secteur privé.
Par ailleurs, le bureau exécutif de la centrale syndicale a appelé les travailleurs de tous les secteurs à se mobiliser pour la défense de leurs droits et pour le respect des engagements pris. De même, il a appelé ses structures syndicales à se mobiliser et à se tenir prêtes pour «défendre les droits des travailleurs par tous les moyens légitimes». L'UGTT reproche surtout au gouvernement de lui avoir promis de lui remettre une copie de son projet pour apporter son avis avant sa remise à l'ARP. Mais il n'a pas tenu cet engagement puisque les documents ont été remis à l'ARP en même temps qu'à l'UGTT.
Âpres Négociations
Les négociations entre les deux parties s'annoncent âpres. Youssef Chahed assure que tout reste possible puisque la loi de finances ne sera adoptée que le 15 décembre prochain. Son ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance, le syndicaliste Abid Briki, dit à l'adresse de ses «camarades» de l'UGTT que «ceux qui ont reporté des grèves en 2013 pour préserver la stabilité de la Tunisie, en proie à des attentats, pourraient réagir positivement à des propositions pour sauver le pays qui traverse aujourd'hui une phase aussi cruciale que celle de 2013».
Le secrétaire général de la centrale syndicale, Hassine Abbassi, souffle le chaud et le froid dans ses discours. Il se dit prêt au dialogue et assure que les employés sauraient continuer à se sacrifier pour l'intérêt national. Mais il exige que les dossiers de la corruption et de l'équité fiscale soient ouverts pour que les Tunisiens sentent un vent d'équité souffler sur leur pays. Abbassi rappelle que «le taux de grèves a baissé de manière significative pour aider à stabiliser le pays». Mais il souligne que «cela ne veut nullement dire que l'UGTT a abdiqué par rapport à ses revendications sociales». Un automne difficile attend le gouvernement Chahed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.