Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tension sociale en Tunisie
Le gouvernement Chahed décrète le blocage des salaires
Publié dans El Watan le 19 - 10 - 2016

Les syndicats réclament les augmentations signées par Habib Essid.
Le déséquilibre des caisses de l'Etat a obligé Youssef Chahed à décréter le blocage des salaires. Les syndicats revendiquent par contre l'application des accords biennaux signés avec Habib Essid. De la brouille est annoncée dans l'environnement social en Tunisie. Le gouvernement Chahed est l'émanation de l'accord de Carthage, signé le 13 juillet dernier par neuf partis politiques réunissant plus de 80 % des voix du Parlement et les trois organisations nationales dignes de ce nom.
La puissante centrale syndicale, l'UGTT, est signataire de cet accord et l'a défendu. Le rétablissement de l'équilibre des finances publiques constitue l'un des principaux objectifs de cet accord. Les ministres des Affaires sociales et de la Fonction publique et de la Gouvernance sont d'éminents syndicalistes.
Pourtant, trois mois après la signature de cet accord, annonçant pourtant des réformes douloureuses pour sortir la Tunisie de sa crise, le torchon commence à brûler entre le gouvernement et la centrale syndicale à propos du projet de loi de finances 2017, associée à la loi de finances complémentaire 2016.
L'UGTT accuse le gouvernement de dérailler par rapport aux principes de l'accord de Carthage. Le gouvernement Chahed appelle l'UGTT à la table de négociations. «Nous avons deux mois pour discuter et trouver les meilleures formules possibles pour rééquilibrer, au mieux, les caisses de l'Etat», répond Chahed dans une lettre adressée à l'UGTT.
Grogne de l'UGTT
Aussitôt le projet de loi de finances 2017 validé par le gouvernement et transmis à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), le bureau exécutif de l'UGTT s'est réuni et a rendu public, avant-hier, un communiqué exprimant son «rejet total» de toutes les mesures prises par le gouvernement dans le cadre du projet de loi des finances 2017, notamment le gel de l'accord des augmentations de salaires dans le secteur public, publié pourtant au Journal officiel.
L'UGTT accuse le gouvernement de soumission aux diktats étrangers dont les conditions injustes portent atteinte à la souveraineté nationale. La centrale syndicale regrette l'absence de la moindre volonté chez le gouvernement pour «lutter contre la corruption et l'évasion fiscale, récupérer ses créances auprès des entreprises». Le communiqué a, en outre, souligné qu'«il tient le gouvernement pour responsable des conséquences qui pourraient découler de ces décisions sur la stabilité sociale». Il a également réitéré sa demande de hâter l'ouverture des négociations salariales dans le secteur privé.
Par ailleurs, le bureau exécutif de la centrale syndicale a appelé les travailleurs de tous les secteurs à se mobiliser pour la défense de leurs droits et pour le respect des engagements pris. De même, il a appelé ses structures syndicales à se mobiliser et à se tenir prêtes pour «défendre les droits des travailleurs par tous les moyens légitimes». L'UGTT reproche surtout au gouvernement de lui avoir promis de lui remettre une copie de son projet pour apporter son avis avant sa remise à l'ARP. Mais il n'a pas tenu cet engagement puisque les documents ont été remis à l'ARP en même temps qu'à l'UGTT.
Âpres Négociations
Les négociations entre les deux parties s'annoncent âpres. Youssef Chahed assure que tout reste possible puisque la loi de finances ne sera adoptée que le 15 décembre prochain. Son ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance, le syndicaliste Abid Briki, dit à l'adresse de ses «camarades» de l'UGTT que «ceux qui ont reporté des grèves en 2013 pour préserver la stabilité de la Tunisie, en proie à des attentats, pourraient réagir positivement à des propositions pour sauver le pays qui traverse aujourd'hui une phase aussi cruciale que celle de 2013».
Le secrétaire général de la centrale syndicale, Hassine Abbassi, souffle le chaud et le froid dans ses discours. Il se dit prêt au dialogue et assure que les employés sauraient continuer à se sacrifier pour l'intérêt national. Mais il exige que les dossiers de la corruption et de l'équité fiscale soient ouverts pour que les Tunisiens sentent un vent d'équité souffler sur leur pays. Abbassi rappelle que «le taux de grèves a baissé de manière significative pour aider à stabiliser le pays». Mais il souligne que «cela ne veut nullement dire que l'UGTT a abdiqué par rapport à ses revendications sociales». Un automne difficile attend le gouvernement Chahed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.