Milan AC : Bennacer débute par une défaite face à l'Udinese    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Youssef Chahed face aux défis du chômage et la marginalisation
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 25 - 08 - 2016

Les Tunisiens vivent dans la désillusion, plus de cinq ans après la chute de Ben Ali en 2011. Le taux de croissance économique était de 0,7% en 2015.
L'endettement extérieur a grimpé de 40% du PIB en 2010 à 52% fin 2015. Il suffit de comparer entre les divers bilans faits par Hamadi Jebali, Ali Laareyedh, Mehdi Jemaa ou Habib Essid, lors de leurs arrivées respectives au pouvoir, en 2012/13/14/15, pour comprendre l'importance des défis socioéconomiques à relever par le prochain gouvernement de Youssef Chahed. En effet, si la situation sécuritaire a évolué positivement, notamment sous le gouvernement de Habib Essid, ce n'est pas le cas pour le volet socioéconomique. Youssef Chahed prend donc le témoin alors que la Tunisie traverse une grave crise économique, notamment sur le plan des ressources de l'Etat et de la productivité générale du travail.
En revenant aux divers rapports économiques, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Depuis 2011, il y a au moins un milliard de dinars (420 millions d'euros) de manque à gagner dans le secteur des phosphates et autant dans les hydrocarbures, en plus de près d'un milliard d'euros dans le tourisme. Deux milliards d'euros, c'est presque 5% du PIB. C'est donc déjà bien que la croissance reste positive. Elle est en effet de 0,7% en 2015.
Soucis persistants
Les appels à la reprise de la production ont été faits par tous les chefs de gouvernement nominés depuis 2011. Les questions du bassin minier, des débrayages et du déficit des caisses sociales restent toujours sans solution, en plus des vœux quasi-pieux de réalisation des objectifs de la révolution en matière de lutte contre la marginalisation et la pauvreté. Les observateurs s'attendent donc à ce que Youssef Chahed reprenne le discours de Mehdi Jemaa, lors de sa venue au pouvoir fin février 2014, qui a été réitéré une première fois par Habib Essid en février 2015, avant qu'il ne le soit de nouveau en février 2016, lorsqu'il a revu la copie de son gouvernement. Youssef Chahed ne va sûrement pas soulever d'autres problématiques majeures lorsqu'il présentera demain le programme de son gouvernement pour obtenir la confiance de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), surtout que la majorité gouvernementale n'a pas changé de bord. Youssef Chahed était, lui-même, membre du gouvernement de Habib Essid. Les observateurs sont toutefois curieux de voir ce qui va changer avec la nouvelle équipe.
La situation sera certes plus difficile, puisque l'échéancier de la dette publique tunisienne est remarquablement chargé pour les trois années à venir. La Tunisie devra rembourser à ses créanciers 4,3 milliards de dinars (1,9 milliard d'euros) en 2016 ; 5,5 milliards de dinars (2,4 milliards d'euros) en 2017, dont 500 millions de dollars au Qatar ; 4,9 milliards de dinars (2 milliards d'euros) en 2018 et 4,2 milliards de dinars en 2019.
Changements attendus
Youssef Chahed est parvenu à intégrer deux syndicalistes (Mohamed Trabelsi et Abid Briki) dans son gouvernement. Ils ont été chargés des départements polémiques des Affaires sociales et de la Lutte contre la corruption. Les ministres précédents des Affaires sociales ne sont pas parvenus à réformer les régimes de la retraite parce que les syndicats s'y sont opposés. Pourtant, les caisses sociales (CNRPS, CNSS et CNAM) cumulent des déficits d'un milliard de dinars qui va crescendo, menaçant dangereusement l'avenir de ces caisses. M. Chahed a nommé Mohamed Trabelsi à la tête de ce département pour trouver une solution à cette problématique. Même chose pour la Lutte contre la corruption. Il n'échappe plus à personne que plusieurs membres de syndicats deviennent désormais très impliqués dans les réseaux de corruption ou se dressent pour défendre des responsables corrompus.
Les dossiers de l'hôpital Habib Bourguiba à Sfax ou des laboratoires Saiph en sont de parfaits exemples, puisque les syndicats sont contre l'application de la loi et s'opposent à l'application des normes de bonne gouvernance. La venue de Abid Briki à la tête de ce département vise à forcer davantage la main des syndicalistes. Reste la question de la lutte contre la pauvreté et la marginalisation. Pour le moment, ce rêve légitime de larges franges des Tunisiens est loin d'être réalisé, faute de moyens et d'efficacité. Certains projets sont bloqués à cause de problèmes fonciers ou d'environnement d'investissement adéquat. Youssef Chahed réussira-t-il à trouver une solution à cette problématique ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.