Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kidnappings et assassinats à Sidi Bel Abbès
Bel Abes : les autres articles
Publié dans El Watan le 27 - 10 - 2016

Samedi 25 septembre 2010, dans la localité de Boukhanefis, la jeune Ikram, 9 ans, est enlevée devant le domicile familial. Ses parents, inquiets de sa disparition, se pressent d'alerter la gendarmerie.
La nouvelle fait vite le tour de cette localité, située à 13 km à l'est de Sidi Bel Abbès. Après 48 heures de recherches, le corps sans vie d'Ikram est découvert à moitié enfoui sur les berges de l'oued Mekerra. L'auteur de ce crime, un jeune de 24 ans, l'a kidnappée, violée et assassinée à coups de hache. C'était un voisin de la victime. Après 9 mois d'incarcération, il est condamné à la peine capitale. L'enlèvement et l'assassinat d'Ikram est l'un des crimes les plus crapuleux qu'ait connus la wilaya de Sidi Bel Abbès.
Six années plus tard, d'autres cas d'enlèvement et d'assassinat plongent la population locale dans le désarroi. Cette fois-ci, c'est la localité de Ben Badis qui est confrontée à l'horreur. Chaibi Miloud, 14 ans, est enlevé vers la fin du mois de décembre par plusieurs individus devant son domicile. Il sera emballé dans un sac en plastique après avoir été violé, torturé puis assassiné. Son corps a été retrouvé le 29 décembre 2015 par les services de police. «Les investigations, après la prise d'échantillons de salive, de sang et d'empreintes, ont conduit à l'arrestation de 4 individus âgés entre 21 et 24 ans», rappelle un responsable de la sûreté de wilaya.
Là aussi, les auteurs présumés sont des voisins. «L'affaire Chaibi a nécessité beaucoup d'efforts, notamment de la part de la police scientifique, pour parvenir en une demi-journée à identifier et à arrêter les auteurs présumés de ce crime», souligne notre interlocuteur. Il précise que la tâche des enquêteurs fut des plus difficiles, «car il s'agissait de mettre rapidement le grappin sur les auteurs de ce crime et d'éviter, en même temps, que la situation ne dégénère après leur arrestation».
La nouvelle de l'assassinat de Miloud a, rappelons-le, failli tourner à l'émeute. Les habitants de Ben Badis sont sortis, au lendemain de son assassinat, dans la rue réclamant vengeance. Le procès des 4 mis en cause est prévu le 2 novembre prochain devant le tribunal criminel de Sidi Bel Abbès. Ils sont inculpés d'enlèvement et sévices corporels, acte contre-nature sur mineur de moins de 16 ans et homicide volontaire avec préméditation. Trois mois après le meurtre de Miloud, un autre enfant est assassiné, encore une fois à Ben Badis. Mohamed Nadjib, âgé à peine de 9 ans, est retrouvé mort, début mars 2016, à moins de 2 km de son lieu de résidence.
Sa grand-mère, constatant sa disparition, alerte la gendarmerie qui a immédiatement entrepris des recherches ayant abouti à la découverte macabre. Les gendarmes sont parvenus, après d'intenses recherches, à mettre la main sur l'assassin présumé de Nadjib. Celui-ci, sexagénaire, connaissait parfaitement la victime. Il habitait la localité de Ben Badis où il exerçait comme manœuvre en bâtiment, côtoyant souvent le père de la victime.
Selon le réseau Nada, 195 enfants, dont 53 garçons, ont été enlevés en Algérie en 2014, tandis que, durant la période allant de janvier à fin août 2015, 52 enfants, dont 39 fillettes, ont été kidnappés et violés. Le réseau Nada, en collaboration avec une centaine d'associations réparties à travers 35 wilayas, s'efforce d'apporter une alternative en consolidant le mouvement associatif pour la défense des droits des enfants.
«L'adoption de mécanismes de signalement et d'alerte en cas d'enlèvement constitue un pas important en ce sens. Ceci dit, l'accentuation de la violence contre les enfants n'est que le reflet d'une société qui a du mal à retrouver ses repères», estime pour sa part Arar Abderrahmane, président du réseau algérien pour la défense des droits de l'enfant (Nada).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.