Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Détresse à la cité des 50 Logements
Ouzellaguen
Publié dans El Watan le 30 - 10 - 2016

Les locataires des blocs A et B de la cité des 50 Logements LPL, sise à Hellouane, dans la commune d'Ouzellaguen, ruent dans les brancards et alertent les pouvoirs publics sur la dégradation de leur logement.
«Nous n'avons eu de cesse d'interpeller qui de droit sur le délabrement de ces deux blocs et les infiltrations d'eau qui inondent nos appartements à chaque épisode pluvieux», fulmine Hocine, un membre du collectif des locataires.
«Certes, concède-t-il, les services de l'OPGI ont remédié, l'hiver dernier, à l'étanchéité de la toiture, mais le problème n'est que partiellement réglé, car les gouttières sont défectueuses, tandis que d'autres parties des édifices ne sont même pas dotées de dispositif d'écoulement des eaux pluviales».
Les deux immeubles en question, est-il loisible de constater, affichent une triste figure : façades décrépies et parcourues de lézardes, peinture écaillée et gouttières arrachées. Détachées de leur emplacement initial, des tuiles coiffant la toiture donnent l'impression de ne tenir qu'à un fil, tant elles semblent prêtes à tomber à la moindre bourrasque. «Si la dégradation continue à ce rythme, le toit de
nos appartements finira, tôt ou tard, par nous tomber sur la tête», s'alarme un locataire, tout en dénonçant «l'indifférence» des pouvoirs publics à leur égard.
Le collectif des locataires revient aussi à la charge, à propos de leur logement de type F2, qu'ils veulent troquer contre des F3.
«Dès notre prise de possession de ces logements, il y a une dizaine d'années, nous avions introduit des recours pour
obtenir des logis plus spacieux en adéquation avec la taille de nos familles.
L'idée d'un désistement était dans l'air, mais nous avions peur de nous retrouver exclus définitivement du bénéfice du logement», rappellent nos interlocuteurs. Depuis, des démarches sans lendemain, des actions inabouties et des requêtes restées lettre morte. «Nous avons saisi les autorités à tous les niveaux. Hélas, le retour d'écoute a emprunté la voie des promesses. Parfois, nous nous sommes heurtés à un mur de silence», se désole-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.