La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Librairie «Le 88» à Alger : Chaleureux hommage à Anna Greki
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 06 - 2017

Un hommage chaleureux a été rendu à la grande poétesse et militante algérienne, Anna Greki, jeudi soir, à la librairie «Le 88», à Alger.
La toute première rencontre littéraire de la librairie «Le 88» Didouche Mourad, ex-librairie Dar El Hikma qui a été rénovée, rouverte, rebaptisée et sise au siège de l'Union des écrivains algériens, a été étrennée par un hommage rendu à Anna Greki (1931-1966). Et ce, par Abderrahmane Djelfaoui, photographe, cinéaste et, justement, auteur de l'ouvrage intitulé Anna Greki : les monts d'amour, les mots de guerre, paru aux éditions Casbah (2016), Lamis Saïdi, poétesse et traductrice et le guitariste et chanteur musicien Bhar Bensalem. Abderrahmane Djelfaoui retracera le parcours d'une battante et combattante, d'une belle (Anna était d'une beauté divine qui ne laissait pas la gent masculine indifférente) et rebelle.
Une Algérienne jusqu'aux bout des ongles. Fille des Aurès. De son vrai nom Anna Colette Grégoire, Anna Gréki passe son enfance à Menaâ, dans les Aurès, où son père est instituteur. Elle effectue ses études primaires à Collo, secondaires à Skikda (alors Philippeville), mais interrompt ses études supérieures de lettres à Paris pour participer activement au combat pour l'indépendance de l'Algérie.
Institutrice à Annaba, puis à Alger, militante du Parti communiste algérien, elle est arrêtée et torturée en 1957, incarcérée à la prison à Serkadji (ex-Barberousse), à Alger, transférée en novembre 1958 au camp de Beni Messous puis expulsée d'Algérie. Son œuvre majeure est Algérie, capitale Alger , un recueil de poésie préfacé par un certain Mostefa Lacheraf.
Parcours d'une battante
Anna Greki est une personne qui occupe une place très importante dans la littérature… Sa vie est un conte de fée. Née le 14 mars 1931 de parents instituteurs, elle vécut dans un hameau, sur une montagne, à Menaâ, aux Aurès. Elle comprend le tamazight, le chaoui… Elle vécut aussi à Collo, une carte postale où elle découvrira les nomades du Sud algérien sur les plages… Elle fréquentera le lycée secondaire à Skikda et étudiera à la Sorbonne (Paris)… Et puis, un jour le regard de Sid Ahmed Inal croise celui d'Anna.
C'est le coup de foudre. Etudiante, elle croisera le «fer» avec une certain Jean-Marie Le Pen. En Algérie, soutenant et assurant le transit vers le maquis des fidayine, elle entrera dans la clandestinité. Mais elle sera arrêtée, torturée et jetée dans une cellule avec une femme, Nassima Hablal, la secrétaire de Larbi Ben M'hidi et croise le grand poète Djamel Amrani… C'est dans un milieu carcéral, malgré ce sombre et glauque univers, malgré les meurtrissures, elle se met à écrire, de la poésie.
C'est l'esquisse de ce qui deviendra Algérie, capitale Alger. Son écriture est saine, sincère, vraie, lumineuse.Un miracle. Donc, j'ai eu à reconstituer cette cellule où Anna a été incarcérée. J'ai rencontré des gens qui y ont vécu. La poétesse Lamis Saïdi, présentant Anna Greki, soulignera : «J'ai découvert un texte géant concurrençant n'importe quelle poésie universelle, de haute qualité. Où elle se réfère à Charles Baudelaire, Aimé Césaire…Dans le deuxième ouvrage, Temps fort, publié en 1966 à titre posthume, on sent un travail de recherche du style. Sa poésie mérite d'être traduite en arabe. Il faut rééditer Algérie, capitale Alger et Temps fort… ».
Des extraits issus de Temps fort et Algérie, capitale Alger ont été déclamés par Lamis Saïdi et Abderahmane Djelfaoui. Et le musicien Bhar Bensalem a accompagné ce récital de poésie avec un intermède mélomane en reprenant Oued Chouli tout un symbole de la cause révolutionnaire, de Novembre 1954.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.