Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tensions entre la majorité parlementaire et le chef du gouvernement
Remaniement ministériel en Tunisie
Publié dans El Watan le 13 - 08 - 2017

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a reçu au cours de ces derniers jours le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, et le secrétaire général de la centrale syndicale, Noureddine Taboubi. Ces deux derniers se sont également récemment rencontrés.
Le remaniement ministériel attendu pour les semaines à venir se prépare dans les coulisses. Des rencontres ont été déjà enregistrées entre le président, Béji Caïd Essebsi, le leader d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, et le secrétaire général de l'UGTT, Noureddine Taboubi, les principaux acteurs de la vie politique.
Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a reçu au cours de ces derniers jours le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, et le secrétaire général de la centrale syndicale, Noureddine Taboubi. Ces deux derniers se sont également récemment rencontrés. Les communiqués officiels publiés parlent d'examen de la situation prévalant dans le pays. Mais il n'échappe à personne que le remaniement ministériel est au centre de tels entretiens. Toutefois, les grands acteurs sont encore en phase de cogitations.
Imminence
Le remaniement ministériel est imminent et inévitable, puisque le ministère de l'Education est concerné. Le département est chapeauté par le ministre de l'Enseignement supérieur, Slim Khalbous, en cumul avec l'Enseignement supérieur, après l'éviction de Neji Jalloul le 30 avril dernier.
Il y aura donc impérativement une nomination imminente à la tête de ce département stratégique. Mais, nul ne peut affirmer l'étendue du remaniement, vu l'équilibre fragile de la majorité parlementaire en place et les exigences des uns et des autres, parmi les partis. «Les défaillances constatées dans l'exercice gouvernemental ne manquent pas et concernent plusieurs départements.
Mais un remue-ménage n'est pas envisagé, parce qu'il faut réunir un consensus autour des nouveaux noms, ce qui n'est pas facile», estime Mustapha Ben Ahmed, le président du bloc national au Parlement. Ben Ahmed pense que le remaniement ministériel nécessite d'abord l'accord des trois principaux acteurs de la scène politique en ce moment, à savoir Béji Caïd Essebsi, Rached Ghannouchi et l'UGTT.
Le président de la République continue à régner en maître absolu sur Nidaa Tounes, le parti dont il est le fondateur et le symbole, le parti qui a redistribué les cartes en 2014, en remportant les élections. Rached Ghannouchi a tout fait lors du dernier congrès d'Ennahdha pour préserver la domination du président du mouvement, élu par les congressistes, sur le parti. C'est lui qui propose les membres du bureau exécutif, ce qui lui permet de dominer le parti. Avec le 1er bloc parlementaire à l'ARP, l'aval d'Ennahdha est fondamental pour tout remaniement.
Concernant l'UGTT, son rôle est capital pour stabiliser le terrain social. C'est Taboubi qui est parvenu à convaincre les jeunes du sit-in de Kamour à Tataouine, de rompre leur mouvement et accepter l'accord proposé par le gouvernement. Lequel sit-in avait déstabilisé le gouvernement.
Enjeux et attentes
Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a déjà annoncé aux acteurs politiques, il y a deux semaines, un remaniement ministériel, l'annonçant comme résultat de l'évaluation en cours de l'année d'exercice du gouvernement d'Union nationale, formé sur la base de l'accord de Carthage, signé en juillet 2016. La scène politique et les réseaux sociaux ont déjà spéculé durant des mois au rythme des échos d'un tel remaniement. Chaque force politique regarde ce remaniement sous l'angle de ses intérêts partisans.
Les islamistes d'Ennahdha, partie prenante de la coalition gouvernante, font des acrobaties entre le pouvoir et le contre-pouvoir. Au moment où la direction politique pèse de tout son poids sur les choix, les structures régionales font plutôt de l'opposition pour aspirer le mécontentement populaire et refléter le ton de la rue. Ennahdha veut garder ses portefeuilles et contrôler le prochain titulaire du ministère de l'Education, afin de ne pas se retrouver un Neji Jalloul bis, trop libéral pour eux.
Nidaa Tounes, ou ce qu'il en reste, veut préserver le ministère de l'Education et être plus présent dans l'entourage du chef du gouvernement, Youssef Chahed, issu certes du parti fondé par le président Caïd Essebsi mais échappant au contrôle de la sphère de Hafedh Caïd Essebsi, l'actuel directeur exécutif du parti. Nidaa Tounes veut réaffirmer sa présence sur la scène politique. Mais, il semble qu'il manque de figures pouvant assurer cette fonction.
Afek Tounes est l'unique autre parti disposant de députés dans l'actuelle coalition au pouvoir. Il n'a que huit députés mais, néanmoins, deux ministères (Santé et Collectivités locales). Afek Tounes n'est pas sûr de rester au pouvoir. Ses militants font pression pour quitter la coalition gouvernante, trop figée par cette alliance contre-nature «Nidaa Tounes/Ennahdha». Machrouaa Tounes de Mohsen Marzouk est signataire de l'accord de Carthage, mais n'est pas dans la coalition gouvernementale, parce que le parti se considère diamétralement opposé avec Ennahdha.
Marzouk veut que son parti (22 députés) prenne le rôle joué par Nidaa Tounes en 2014. Aujourd'hui, Machrouaa Tounes soutient à fond Youssef Chahed dans son opération coup-de-poing de lutte contre la corruption. Machrouaa Tounes jouera le contrôle du pouvoir, en émettant le veto contre certains noms.
Les autres partis ne font qu'observer dans une conjoncture internationale marquée par le recul de l'islam politique. Ennahdha est donc loin d'être à l'aise pour manœuvrer à sa guise. Le remaniement ne s'annonce pas facile, surtout que les partis au pouvoir (Nidaa Tounes et Ennahdha) considèrent que Youssef Chahed les a ignorés dans sa campagne contre la corruption.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.