Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Une eau ocre dans les robinets
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 26 - 09 - 2017

Depuis quelques jours, les ménages de plusieurs communes de la wilaya se rabattent sur l'eau minérale, parce que celle qui coule des robinets est d'une couleur et d'une odeur étranges.
Les ménages des communes alimentées en eau à partir du barrage hydraulique de Tichy-Haf se plaignent depuis quelques jours de la turbidité de l'eau qui coule de leurs robinets. Ils décrivent une eau «lourde», à la couleur ocre ou jaunâtre, comportant des particules de terre. Une eau donc inconsommable et inutilisable pour la vaisselle et le linge.
«Depuis l'apparition de ce phénomène qui s'apparente à de la pollution de l'eau du robinet, nous ne pouvons pas boire cette eau», dit un habitant de la ville de Béjaïa. «Nous espérions qu'après le raccordement de nos quartiers au barrage, nous aurions une eau de qualité, mais malheureusement, je continue, comme tous les autres habitants de Béjaïa et des villes de l'intérieur de la wilaya, à acheter de l'eau minérale pour la consommation», ajoute-t-il. D'autres se rabattent sur l'eau des sources proposée par les colporteurs, ou se déplacent vers ces sources pour remplir leurs jerricans.
A ce propos, le responsable de la station de traitement des eaux du barrage hydraulique de Tichy-Haf, Aouchiche Djamel, intervenant avant-hier sur les ondes de la radio locale, se veut rassurant. Pour lui, en dépit de sa couleur et de son goût, «cette eau demeure potable grâce au traitement chimique que nous lui appliquons au niveau de la station de pompage».
Il explique ce phénomène de turbidité par le fait de la diminution du niveau du barrage à cause de la faible pluviométrie, ce qui a amené à l'exploitation de la «prise inférieure» du réservoir, c'est-à-dire de l'eau puisée à un niveau bas du barrage. Il note au passage que du fait des «paramètres physicochimiques composant ce niveau de la structure hydraulique, en plus du fait qu'elle ne comporte pas assez d'oxygène, l'eau qui est distribuée ces jours-ci se caractérise par une charge d'éléments chimiques qui lui donnent une odeur et une couleur inhabituelles».
En outre, le responsable a indiqué que la couleur de l'eau a déjà commencé à disparaître après son traitement, mercredi dernier, avec un corps chimique utilisé pour éliminer la couleur ocre de l'eau. Quant au goût, Aouchiche Djamel l'explique par «la présence d'une importante quantité de sulfate, un sel de l'acide intraitable avec la méthode et les produits classiques qui sont utilisés dans le traitement ordinaire de l'eau destinée à la consommation».
Plus précis, le responsable ajoute que «le goût est également affecté par la nature géologique (roche, terre…) du large bassin versant que brasse cette eau qui finit dans le barrage pour le stockage». Cependant, les efforts des services de l'Algérienne des eaux et des gestionnaires de la station de traitement des eaux du barrage de Tichy-Haf, qui consistent en le traitement de cette eau avec du charbon actif et autres produits chimiques non nocifs pour la santé, devraient aboutir à éliminer cette couleur jaunâtre et l'odeur bizarroïde de l'eau.
Pour rappel, le barrage de Tichy-Haf alimente une vingtaine de communes, avec 10 000 à 110 000 m³ par jour. Actuellement, le taux de remplissage du barrage est de 43%, soit 28 millions m³ à exploiter sur les 181 millions de m³ qui représentent la capacité théorique de la structure. Ce qui offre aux collectivités alimentées par le barrage une autonomie de huit mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.